Motiver la lecture de textes littéraires chez les élèves allophones en lycée français à l'étranger

par Elodie Wynar

Projet de thèse en Lettres et arts – spécialité didactique de la littérature

Sous la direction de Jean-François Massol et de Nathalie Auger.

Thèses en préparation à Grenoble Alpes , dans le cadre de École doctorale langues, littératures et sciences humaines (Grenoble) , en partenariat avec UMR 5316 Litt&Arts (Arts & Pratiques du Texte, de l'Image, de l'Ecran & de la Scène) (laboratoire) depuis le 01-09-2017 .


  • Résumé

    Les élèves allophones scolarisés en lycée français à l'étranger sont amenés à relever de nombreux défis durant leur parcours scolaire. Ils doivent en effet apprendre une langue leur permettant de communiquer avec les autres élèves et la communauté éducative au sein de l'établissement mais surtout acquérir les compétences linguistiques et disciplinaires nécessaires pour réussir dans le système scolaire français. La prise en charge de ces élèves non francophones s'inscrit dans le champ spécifique du Français Langue Seconde (FLS). Cet enseignement, resté longtemps sous la coupe de la didactique du FLE ou sous celle de modèles issus du Français Langue Maternelle (FLM), constitue aujourd'hui un champ didactique spécifique reconnu, fondé sur une articulation interdidactique FLE-FLM. Dans ce contexte didactique nous intéresse particulièrement la question de la lecture des textes littéraires. Au sein de la discipline « français » en FLM, que ce soit au collège ou au lycée, la littérature occupe en effet une place centrale, et de multiples connaissances et compétences qui dépassent le cadre scolaire lui sont attachées. Si la maîtrise de la lecture de textes littéraire est en effet indispensable à l'acquisition d'une culture savante et à la réussite d'examens tels que le Diplôme National du Brevet (DNB) et l'épreuve anticipée de français (EAF), elle est également selon nous indispensable à la construction identitaire d'un élève-lecteur. Les nouveaux programmes de l'Education Nationale pour le cycle 4 rappellent ainsi le rôle majeur de la littérature dans la transmission de valeurs ou dans la construction de soi lorsqu'il affirment qu'à travers la lecture, « l'élève est conduit à s'approprier les textes, à les considérer non comme une fin en soi mais comme une invitation à la réflexion » ou encore que « [les] entrées et questionnements [sur les textes] présentent la lecture et la littérature comme des ouvertures sur le monde qui nous entoure, des suggestions de réponse aux questions que se pose l'être humain » . Il nous apparaît en outre que se frayer un chemin vers la langue par le biais de la littérature, c'est fonder une relation affective et émotionnelle avec le français, et ainsi en faciliter l'apprentissage et éviter peut-être une attitude de repli sur soi. Toutefois, si la recherche en didactique de la littérature en FLM est très active sur les moyens de revivifier l'enseignement de la littérature (S. Ahr, B. Shawky-Milcent, F. Demougin, M. Sauvaire, J. F. Massol, N. Rannou, etc.) et de permettre aux élèves faibles lecteurs d'accéder aux œuvres littéraires, en s'appuyant notamment sur la théorie du sujet-lecteur (A. Rouxel, G. Langlade, etc.), on trouve finalement peu de ressources sur les démarches à mettre en œuvre face à un texte littéraire en classe de FLS. Les manuels, ouvrages théoriques ou articles que nous avons consultés proposent ainsi le plus souvent des réflexions sur les approches du texte littéraire en classe de FLE, ou, s'ils s'inscrivent dans le camp du FLS, n'abordent pas les textes pour eux-mêmes et réduisent bien souvent ces derniers à de simples réservoirs de formes linguistiques. Nous souhaiterions donc voir dans cette recherche dans quelle mesure certaines propositions didactiques issues de la théorie du sujet-lecteur pourraient se révéler porteuses en classe de français (FLS puis FLM) dans le contexte d'un lycée français à l'étranger pour permettre aux élèves d'accéder à terme à la lecture d'œuvres patrimoniales. Nous tenterons dans le même temps de vérifier la pertinence de proposer une telle approche des textes, fondée entre autres sur la psychanalyse. En effet, la perspective du sujet-lecteur, si féconde en FLM, a-t-elle des chances de trouver un écho chez des apprenants de FLS ? Ces élèves, pour certains issus de sociétés qui n'ont pas été irriguées par la théorie et la pratique psychanalytiques, et parfois de traditions didactiques qui ne laissent aucune place à l'expression subjective, peuvent-ils néanmoins se montrer réceptifs à des activités qui engagent leur subjectivité dans la lecture de textes littéraires ? Nous tenterons de répondre à cette question en nous attachant à dégager les traits spécifiques d'une didactique de la littérature en FLS, avant d'analyser les pratiques effectives en œuvre autour des textes littéraires en classe de FLS, dont nous faisons l'hypothèse qu'elles sont souvent mises au service d'objectifs d'apprentissage où le texte littéraire est rarement abordé pour lui-même. Enfin, nous esquisserons quelques propositions didactiques, qui, tout en ayant pour objectif de permettre aux apprenants d'avoir accès à la lecture d'œuvres patrimoniales en français, seraient de nature à mobiliser la sensibilité et la subjectivité des lecteurs. Pour mesurer la pertinence de ces propositions en classe de FLS, nous verrons si des progrès sont notés lors de l'intégration en cours de français en classe ordinaire. Nous comparerons également les résultats obtenus avec ceux d'élèves de FLM pour tenter d'évaluer le bien-fondé de proposer une approche subjective de la littérature à des élèves probablement encore moins rompus à cette approche que les élèves français.

  • Titre traduit

    How to motivate pupils in French lycées abroad to read literary texts


  • Résumé

    Allophone pupils have to face several challenges during their school education in French lycées abroad : they have to learn a language to communicate in the school with the other pupils and the educative community, but they also have to acquire the specific language and subject skills to academically succeed in the French educational system. The specific handle of these pupils takes place in the frame of “French as a second language” (FSL). This teaching has long been submitted to the teaching didactics of “French as a foreign language”, or to the models and approaches from “French as a mother tongue”. It has now become a specific and recognized didactic field, based on an articulation and a continuum between “French as a foreign language” and “French as a mother tongue”. In this specific didactic environment, we have a particular interest in reading literary texts, since literature, and several related knowledge and skills, have a key place in the “French” subject in middle and high schools. Indeed, in addition to the fact that mastering the reading of literary texts guarantees access to a higher culture and the completion of exams such as the “Brevet des collèges” (French Certificate of general education) or the first part of the French exam in the baccalaureate, it can also help pupils build an identity. The new public 4th cycle programs underline the fact that literature plays a key role in the transmission of moral and social values. We also strongly believe that studying the language through literature helps pupils build an emotional relationship with the French language, facilitates their learning and avoids withdrawal. Nevertheless, if the researches on teaching literature in “French as a mother tongue” have come to solutions to revitalize the ways of teaching literature (S. Ahr, B. Shawky-Milcent, F. Demougin, M. Sauvaire, J. F. Massol, N. Rannou, etc.) and to enable weak readers to access literary works thanks to the theory of subject reader (A. Rouxel, G. Langlade, etc.), we find very few references on how to engage migrant pupils in the reading of literary texts. Indeed, the manuals and theoretical works that we have consulted are most often focused on the use of literary texts with students in “French as a foreign language”, or reduce the text to a grammatical activities support. Therefore we would like to see to what extent some didactic propositions emerging from the theory of subject reader can be useful in French as a Second Language classes, in order to enable allophone pupils in French lycées to access patrimonial literary works. At the same time, we will wonder if proposing such an approach of the texts, based inter alia on psychoanalysis, is relevant with pupils coming from societies where the psychoanalytic theory has not been developed and where didactic cultures do not give space for the expression of subjectivity. To answer this question, we will first try to define the specific features of a didactic of literature in a “French as a second language” context, before analyzing the teaching practices in the field of literature, for which we hypothesize that they often enslave the literary text into learning goals, without considering its literary dimension. Lastly, we will make some didactic proposals in order to help pupils access patrimonial works, but also to give them a way to express their reader's sensibility and subjectivity. To determinate the relevance of this approach in FSL class, we will see if there is significant progress when the pupils integrate ordinary classes. We will also compare their results with the ones of francophone pupils, to weight the merits of a subjective approach of literature for pupils less used to this kind of teaching than their French classmates.