Stimuler la conception distribuée de systèmes agroécologiques par l’étude de pratiques innovantes d’agriculteurs

par Chloé Salembier

Thèse de doctorat en Sciences agronomiques

Sous la direction de Jean-Marc Meynard.

Le président du jury était Thierry Doré.

Le jury était composé de Thierry Doré, Michel Duru, Sylvain Lenfle, Benoît Weil, Julie Labatut, Christian Huyghe, Marion Casagrande.

Les rapporteurs étaient Michel Duru, Sylvain Lenfle.


  • Résumé

    Aujourd’hui, dans un nombre croissant d’initiatives de la R&D agricole, on cherche à apprendre de pratiques ‘innovantes’ d’agriculteurs, pour soutenir l’évolution des systèmes agricoles, souvent dans le projet de l’agroécologie. Ces initiatives émergent dans un contexte où, en agronomie, on explore de nouveaux itinéraires de production de connaissance pour faire face aux enjeux contemporains qui induisent des questions inédites comme : Comment prendre en compte, dans la conception de systèmes agroécologiques, des équilibres naturels peu prédictibles et en partie inconnus ? Quelles représentations des processus agronomiques permettent d’imaginer des systèmes affranchis des intrants de synthèse? Ou encore, quelles connaissances produire pour concevoir des solutions techniques propres aux situations et attentes de chaque agriculteur ?… Dans cette thèse, nous faisons l’hypothèse que l’étude de pratiques innovantes d’agriculteurs serait une voie, empruntée par certains acteurs, pour explorer de nouvelles manières de produire dans le contexte actuel. En particulier, nous explorons comment et à quelles conditions l’étude de pratiques jugées innovantes d’agriculteurs peut stimuler la conception de systèmes agricoles aujourd’hui.Un détour par l’histoire de l’agronomie nous permet de mettre en perspective cette dynamique contemporaine avec les façons dont des agronomes ont, par le passé, étudié des pratiques d’agriculteurs pour générer des prescriptions visant à faire évoluer les pratiques en ferme. Dès les fondements de l’agronomie, au 18ème siècle, certains s’inspiraient de pratiques d’agriculteurs ; puis, en lien avec l’évolution de la discipline, ce lien aux pratiques est devenu marginal dans de nombreux travaux. Nous montrons que le rapport aux pratiques d’agriculteurs se renouvelle face aux enjeux contemporains de l’agriculture et c’est ce renouvellement que nous approfondissons ensuite avec un focus sur l’étude de pratiques innovantes d’agriculteurs. Par l’étude d’un panorama d’initiatives contemporaines, nous montrons qu’il existe différentes manières d’étudier des pratiques innovantes d’agriculteurs et nous proposons une manière d’organiser cette diversité. D’abord, nous montrons ce qu’apporte l’étude de ‘pratiques innovantes’ à ceux qui la réalise (fédérer une communauté de concepteurs, renouveler les représentations agronomiques, acquérir des connaissances sur des systèmes techniques inconnus…). Nous identifions des traits communs dans les raisonnements sous-jacents à l’étude de pratiques innovantes (ex. s’orienter vers des pratiques innovantes en formulant un inconnu désirable), et des variantes dans leurs réalisations (ex. différents types d’analyses systémiques) qui, parfois, influent sur ce qu’en apprennent leurs initiateurs. Enfin, nous montons que ce travail permet d’enrichir de différentes façons des dynamiques collectives de conception de systèmes agricoles innovants : à la fois en stimulant, par l’étude de pratiques, l’émergence de nouveaux systèmes techniques en ferme ; et en contribuant à la génération de prescriptions agronomiques originales venant soutenir la conception par les agriculteurs (témoignages contextualisés, logiques d’action génériques ...).Ces initiatives illustrent l’émergence, en agronomie, de formes originales de contributions à des dynamiques de conception distribuée dans les territoires agricoles. Cette thèse éclaire des ressorts et des modalités de réalisation de l’étude de pratiques innovantes d’agriculteurs et ses relations à des activités de conception, et elle contribue à la formulation de repères pour penser leur articulation dans l’action.

  • Titre traduit

    Fostering the distributed design of agroecological systems by studying farmer’s innovative practices


  • Résumé

    Today, in an increasing number of initiatives in the R&D agricultural sector, we want to learn from farmer’s innovative practices to foster change in agriculture toward agroecology. These initiatives, still poorly known, emerge in a context where agronomists explore new ways to produce knowledge to face current issues and answer new questions such as : while designing agroecological farming systems, how to deal with natural regulations, partly unknown and poorly predictable? What kind of models of agroecosystems allow to imagine chemical-free cropping systems? Or, what knowledge should we produce to design technical options adapted to every farmer’s expectations? … In this thesis, we assume that studying farmer’s innovative practices would be one way, taken by certain actors, to explore innovative farming systems today. More precisely, we explore how and in which conditions the study of farmer’s innovative practices could foster the design of agricultural systems.First, by exploring the history of agronomy, we show that since the foundation of the discipline, in the 18th century, agronomists draw inspiration from farmer’s practices; then, with the evolution of the discipline, the study of farmer’s practices marginalised. Today, new ways to study farmer’s practices emerge, in relation with contemporaneous challenges and we then propose to focus on ways to study ‘farmer’s innovative practices’. Through the analysis of a panorama of 14 initiatives from the agricultural R&D sector we show that it exists various ways to study farmer’s innovative practices, and we propose to organize this diversity. First, we shed light on what people get from the study of innovative practices depending on their own situation (to federate a designer’s community, to renew agronomic models, to get knowledge on unknown technical systems…). We then shed light on common traits in agronomist’s reasoning underlying the study of farmer’s innovative practices (ex. They all spot innovative practices formulating desirable unknown), and we show variants in ways to analyse them (ex. various systemic analysis). We finally show that studying innovative practices allows to enrich collective design dynamics: by fostering the emergence of new technical systems on farm, and by contributing to the emergence of original prescriptions aiming to support the design on farm of innovative systems (contextualised testimonies, generic action logics…)These initiatives illustrate the emergence of original forms of contributions, in agronomy, in a distributed design organisation, spread in territories. This thesis contribute to the understanding of what’s studying farmer’s innovative practices in relation to a design activity, and it gets to the formulation of reflexive keys to study farmer’s practices while designing in agronomy.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : AgroParisTech. Centre de Paris Claude Bernard. Bibliothèque.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.