Le bien-être alimentaire : une recherche interpretative à partir du souvenir de l'expérience du consommateur

par Ophélie Mugel

Thèse de doctorat en Sciences de Gestion

Sous la direction de Patricia Gurviez et de Laure Lavorata.

Soutenue le 10-12-2018

à Paris Est , dans le cadre de OMI - Organisations, Marchés, Institutions , en partenariat avec Institut de recherche en gestion (Créteil) (laboratoire) .

Le président du jury était Eric Rémy.

Le jury était composé de Patricia Gurviez, Laure Lavorata, Pauline-Marie de Pechpeyrou.

Les rapporteurs étaient Philippe Robert-Demontrond, Lucie Sirieix.


  • Résumé

    Ancrée dans le courant de la Transformative Consumer Research (Mick et al., 2012), cette recherche explore la manifestation du bien-être alimentaire à partir de l’analyse de souvenirs d’expériences vécues par le consommateur. Dans une approche naturaliste (Lincoln et Guba, 1985) et interprétativiste, notre recherche qualitative combine trois types de recueil de données pour accéder aux expériences vécues des consommateurs : l’entretien phénoménologique, la photo-élicitation et le journal personnel. En suivant un processus d’analyse fondé sur la Grounded Theory (Glaser et Strauss, 1967), nos résultats présentent deux éléments majeurs de l’expérience de bien-être alimentaire : le rôle de l’expression des valeurs personnelles (Schwartz, 1992) dans l’expérience de bien-être alimentaire et l’existence de trois composantes-clés dans le processus global de l’expérience. Les résultats nous permettent alors de définir l’expérience de bien-être alimentaire comme une expérience eudémonique, congruente avec les valeurs ou types motivationnels de la personne. Elle est soutenue par différentes conditions facilitantes (attention portée au temps qualitatif, aux produits et recettes ainsi qu’au contexte physique de l’expérience) ; elle implique différents processus expérientiels (pleine maîtrise de l’expérience, immersion, initiation, partage, réminiscence et reproduction du souvenir et processus sensoriel) ; enfin, elle fait émerger des résultantes émotionnelles positives pouvant se combiner (fierté, joie, enthousiasme, gratitude, détente, réconfort et nostalgie). Nos résultats nous conduisent à proposer une taxonomie du bien-être alimentaire selon quatre types : le bien-être alimentaire de conservatisme, de transcendance de soi, d’ouverture au changement et d’affirmation de soi. Ils mettent au jour la définition d’eudémonie alimentaire qui caractérise l’alignement des expériences alimentaires et des significations attribuées au bien-être sur les propres valeurs de l’individu. Enfin, cette recherche propose des recommandations managériales en direction des pouvoirs publics, des associations de défense des consommateurs et organisations non gouvernementales ainsi qu’à tous les acteurs des filières alimentaires et distributeurs investis et/ou concernés par la question du bien-être du consommateur.

  • Titre traduit

    Food well-being : an interpreative research through consumers' lived experiences


  • Résumé

    Rooted in the Transformative Consumer Research (Mick et al., 2012), this research explores the manifestation of food well-being using consumers' memories of lived experiences.  In a naturalistic (Lincoln and Guba, 1985) and interpretativist approach, this qualitative research combines three types of data which grant us access to lived experiences: the phenomenological interview, photo-elicitation and the personal diary. By following a grounded analysis process theory (Glaser and Strauss, 1967), our results present two major elements defining the experience of food well-being: the role of the expression of personal values (Schwartz, 1992) in the experience of food well-being and the presence of three key components in the overall process of the experiment. The results then allow us to define the experience of food well-being as a eudemonic experience linked to the motivational values of the person. This is supported by different enabling conditions (attention to quality of time, products and recipes as well as the physical context of the experience); experiential processes (full mastery of the experience, immersion, initiation, sharing, reminiscence and reproduction of memory, and sensory process); and positive emotions (pride, joy, enthusiasm, gratitude, relaxation, comfort and nostalgia). Our results propose a taxonomy of food well-being according to 4 principles: the food well-being of conservation, the food well-being of self-transcendence, the food well-being of openness to change and the food well-being of self-enhancement. These concepts define food eudemonia characterized by the confluence of food related experiences and meanings attributed to well-being with the individual's own values. Finally, this research proposes managerial recommendations for public authorities, consumer protection associations and non-governmental organizations, as well as all the actors in food chains and distributors invested and / or concerned by consumer well-being issues.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Communautés d’Universités et d'Etablissements Université Paris-Est. Bibliothèque universitaire.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.