Les causes de l'abandon de l'étude du français au Kenya : étude didactique et sociolinguistique

par Bernard Nzuki Kyuma

Thèse de doctorat en Sciences du langage

Sous la direction de Sophie Bailly et de Francis Carton.

Soutenue le 17-12-2015

à l'Université de Lorraine , dans le cadre de Ecole doctorale Stanislas (Nancy-Metz) , en partenariat avec Analyse et traitement informatique de la langue française (Nancy) (laboratoire) .

Le président du jury était Claude Frey.

Le jury était composé de Jeanne-Marie Debaisieux.


  • Résumé

    Cette thèse est à la première recherche doctorale menée au Kenya sur les causes de ladiminution des apprenants de français langue étrangère à l‘école secondaire. Elle analyse lecontexte d‘apprentissage des langues au Kenya : leurs origines, leurs usages, leurs usagers et lesrelations didactique, professionnelle, sociétale, économique et culturelle entretenues par leKenya avec les pays voisins. La coexistence des langues au Kenya présente des usages et desimportances variés. La langue française s‘inscrit dans cette société plurilingue et y est enseignéede l‘école primaire au niveau supérieur.Cette étude souligne les liens qui existent entre la situation sociolinguistique etl‘approche didactique du français langue étrangère. Elle présente l‘origine de la langue françaisedans ce pays anglophone, depuis la période de l‘esclavage, ainsi que la politique linguistiquedans le système éducatif du Kenya. Elle essaie de montrer l‘image du français dansl‘enseignement et l‘apprentissage. Les attitudes face au français et son image sont discutées.Sept acteurs responsables du français au Kenya et 64 enseignants de français ont étéinterviewés et 179 apprenants de FLE de l‘école secondaire ont répondu à un questionnaire. Lesquestions portaient sur l‘abandon, le choix et l‘enseignement de l‘étude du français à la fin de ladeuxième année de l‘école secondaire.Les résultats font apparaître que plusieurs facteurs poussent les apprenants à abandonnerou au contraire à poursuivre l'étude de la langue française. D‘une part, ceux qui abandonnent lefont à cause de plusieurs matières enseignées à l‘école secondaire et d‘autre part, ceux quipoursuivent le font grâce à l‘amour de la langue française. L‘étude a également permis d‘établirque la langue française, même si elle n‘est pas la seule langue étrangère présente et enseignée àl‘école secondaire au Kenya, est la langue la plus enseignée et préférée de l‘école primairejusqu'aux études supérieures.À l‘inverse, la diminution du nombre des apprenants de français a été constatée commela plus forte en troisième année dans des écoles secondaires. L‘étude a également montré ladémotivation des apprenants du français en cours dans les écoles secondaires kenyanes, situationqui fait que les effectifs, importants lors de l‘inscription initiale, se dégradent au niveauuniversitaire et dans les Alliances Françaises.


  • Résumé

    This thesis is the first doctoral research conducted in Kenya on causes of declinein French foreign language learners in high school. It analyzes the context of language learningin Kenya: their origins, their uses, their users and the didactic relations, professional, social,economic and cultural, maintained by Kenya and its neighboring countries. The coexistence oflanguages in Kenya has a variety of uses and importance. French language is part of thismultilingual society and is taught from primary school to higher level of learning.This study highlights the links between the sociolinguistic situation and didactic approachof French language. It shows the origin of French language in this English-speaking country,from the era of slavery and language policy on education in Kenya. It tries to show the image ofFrench in teaching and learning. Attitudes to French language and its image are also discussed.Seven French key officials in Kenya and 64 French teachers were interviewed. 179French learners from high school answered a questionnaire. The questions focused ondiscontinuation of the language and choice to continue the learning of French language at the endof the second year of high school.The results show that several factors are pushing students to drop or otherwise pursue thestudy of French language. First, those who drop out do so because of many subjects taught inhigh school and secondly, those who continue to learn, is because of the love of Frenchlanguage. The study also revealed that although French is not the only foreign language taught inhigh schools in Kenya, it is the most preferred by students from primary school through toinstitutions of higher learning.However, the decrease in the number of French learners was seen to occur a lot in thethird year of high school. The study also showed lack of motivation from French learners insecondary schools, a situation that makes the number decrease from the initial registration; fromform one to form four. The same scenario is noted in regard to French learners in Kenyanuniversities and at Alliances Française in Kenya.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Lorraine. Direction de la documentation et de l'édition. BU Ingénieurs.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.