Les actes de naissance de Claude Simon. : sur quelques dispositifs d'écriture : archive, érotisme et pornographie.

par Odile-Marie Castillon

Thèse de doctorat en Littératures française et francophone

Sous la direction de Mireille Calle-Gruber.

Thèses en préparation à Paris 3 , dans le cadre de École doctorale Littérature française et comparée (Paris) , en partenariat avec Théorie et histoire des arts et des littératures de la modernité (Paris) (laboratoire) depuis le 08-01-2013 .


  • Résumé

    La thématique érotique, voire pornographique, dans les œuvres de Claude Simon a fait l’objet d’analyses précises mais partielles. Cette place marginale dans les travaux de recherche sur l’œuvre de Claude Simon peut s’expliquer par le discrédit culturel et social à l’encontre des deux thèmes souvent réservés à une forme de paralittérature et de littérature « sous le manteau » ou « bon marché » qui ne siéent guère à un écrivain récompensé par le Prix Nobel de Littérature (1985). Pourtant l’amour, le désir et la sexualité sont au sein de chaque roman. Ils concourent à donner forme à une « littérature vivante » que l’écrivain appelle de ses vœux dans son Discours de Stockholm. Son observation avide et attentive du monde inscrit une poétique du voyeurisme au cœur de ses textes. Avant d'être écrivain, Claude Simon est peintre, il compose aussi des collages, dessine, photographie et emprunte, le temps d’une aventure cinématographique, le chemin des studios de Télévision. Il tire des dispositifs de l’image des leçons de composition pour ses fictions et fait voir ce qui est « mal vu ». Ce sont autant de faireparts des « actes de naissance » de l’écriture. La dimension biographique est partie prenante de ces « actes » qui s’écrivent tout contre une pluralité massive d’actes de morts (la première guerre mondiale, la maladie, la révolution espagnole, la vieillesse, la seconde guerre mondiale, le camp de prisonniers, le suicide, etc.) auxquels Claude Simon est confronté tout au long de sa vie (1913-2005). Il y a une sorte de « toucher le fond » qui informe toute son écriture, du plus petit au plus grand élément, de la lettre au livre. Il déjoue les modèles canoniques en insufflant à la littérature une vitalité et une survivance qui commencent avec l’image et l’archive.

  • Titre traduit

    Claude Simon's acts of birth : on a few apparatures : archives, eroticism, pornograph


  • Résumé

    The erotic, if not pornographic theme in Claude Simon’s work has been the subject of detailed, yet partial studies. The little focus on these among the research works on Claude Simon’s work can be explained by the social and cultural stigma associated with the two themes, usually found in a certain paraliterature or “under the table” or “cheap” literature that do not suit a writer that was awarded the Nobel Prize in Literature (1985). Yet, love, desire and sexuality can be found in every one of his novels Together, these contribute in shaping a “living literature” that the writer called for in his Banquet Speech. His keen and careful observation of the world brings a voyeurism poetics to the core of his writings. More than a writer, Claude Simon was also a painter, collage artist, drawer, photographer, and for one cinematographic adventure, found himself in TV studios. From the image apparatus, he draws lessons for his fictions’ compositions and unveils what was meant to remain hidden. These are all announcements of writing’s “birth certificates”. The biographical dimension is an integral part of these “acts” written against a stream of various death announcements (World War I, disease, the Spanish revolution, old age, World War II, the prison camp, suicide, etc.) that Claude Simon had to face during his entire life (1913-2005). There is a history of “hitting rock bottom” that informs all of his writings, big or small, from letters to books. He eludes canonical models by instilling into literature a vitality and a sense of survival that sprout from images and archives.