La ludicité des simulations de crises, ou ce qui se joue au coeur d'une crise simulée

par David Goutx

Projet de thèse en Sciences de gestion

Sous la direction de Sophie Sauvagnargues.

Thèses en préparation à l'IMT Mines Alès , dans le cadre de École doctorale Risques et Société , en partenariat avec LSR - Laboratoire des Sciences des Risques (laboratoire) et de EUREQUA - Etude des risques et de la qualité de l'air (equipe de recherche) depuis le 01-10-2016 .


  • Résumé

    L'objectif de ce travail est d'étudier la ‘ludicité' de simulations de crise, cette dynamique ludique qui déborde irrésistiblement le cadre pédagogique, lucide et rigoureux, des mises en situation pour se préparer à la gestion de crise. L'hypothèse de recherche est que dans tout participant à ce type d'exercice sommeille un joueur qui ajoute aux objectifs de simulation ses propres enjeux et qu'une bonne part de l'expérience tirée de ces exercices pédagogiques provient de ce niveau de jeu libre qui ‘ensauvage' la simulation à l'échelle individuelle et à l'échelle collective. Comme toujours s'agissant de ce qui est à l'oeuvre en matière de Jeu, la dynamique ludique - évanescente et ambivalente - est difficile à observer avec les méthodes usuelles et il faut doter cette recherche d'instruments appropriés pour en saisir à la fois les caractères invariants et les subtiles nuances au-delà de cette sorte d'évidence indicible dont les joueurs témoignent souvent. La compréhension de cette ludicité permettra de proposer des modalités pour apprivoiser ses effets dans les simulations de crise et enrichir les expériences que les participants en tirent.

  • Titre traduit

    Ludicity within crisis management training - what is at stake when you play (in) a simulated crisis


  • Résumé

    The aim of this work is to study the "ludicity" of simulations of crisis, this playful dynamics that overflows irresistibly the pedagogical framework, lucid and rigorous scenarios to prepare for crisis management. The hypothesis of research is that in any participant in this type of exercise slumps a player who adds to the objectives of simulation his own stakes and that a good part of the experience derived from these educational exercises comes from this level of free play which makes simulation wilder on an individual and collective scale. As always with regard to what is at work in the matter of playing a game, the playful - evanescent and ambivalent dynamics - is difficult to observe with the usual methods and we must equip this research with appropriate instruments to grasp both invariant characters and subtle nuances beyond that kind of unspeakable evidence that players often witness. Understanding this logic will allow to propose modalities to tame its effects in the simulations of crisis and to enrich the experiences that the participants draw from it