Efficacité des paiements pour les services environnementaux (PSE) dans la lutte contre la déforestation en zones tropicales

par Gabriela Demarchi Dias

Projet de thèse en Sciences Économiques

Sous la direction de Julie Subervie et de Stibniati Atmadjia.

Thèses en préparation à Montpellier, SupAgro , dans le cadre de École doctorale Economie Gestion de Montpellier (2015-.... ; Montpellier) , en partenariat avec CEE-M - CENTRE D'ÉCONOMIE DE L'ENVIRONNEMENT (laboratoire) depuis le 01-07-2019 .


  • Résumé

    Alors que le taux de déforestation annuel au Brésil a diminué de 70% entre 2005 et 2013 (Nepstad et al. 2014), il s'est stabilisé entre 5,000 et 7,000 km² par an à partir de 2009 (Godar et al. 2014), pour finalement augmenter sur la période récente selon l'Institut National Brésilien de Recherche Spatiale. Après une décennie d'approche règlementaire de type command-and-control, la communauté scientifique est à la recherche de nouveaux mécanismes incitatifs susceptibles de freiner durablement la déforestation en Amazonie dans les zones les plus vulnérables économiquement. Dans ce contexte, de multiples initiatives REDD+ sub-nationales, visant notamment les petits propriétaires fonciers, sont apparues en Amazonie brésilienne, avec le double objectif de conservation de la forêt et de sécurité alimentaire. La plupart de ces initiatives REDD+ sont des programmes hybrides couplant l'approche dite de « projet de conservation et de développement intégré » et de nouvelles approches de conservation des forêts, telles que les paiements pour services environnementaux (PSE). Cette thèse vise à évaluer l'efficacité de l'un des tout premiers projets REDD+ proposant des contrats de PSE aux petits propriétaires fonciers, le programme « Sustainable Settlements in the Amazon », mis en oeuvre le long de la route Transamazonienne, en utilisant un jeu de données uniques collectées par le CIFOR (Center for International Forestry Research), centre de recherche CGIAR, dans le cadre de son étude comparative mondiale sur les initiatives REDD+ (The Global Comparative Study) démarrée en 2009.

  • Titre traduit

    Effectiveness of Payments for Environmental Services (PES) in Curbing Deforestation in tropical areas


  • Résumé

    Curbing deforestation in developing countries may be a cost-effective way to reduce carbon emissions and address climate change. But how to prevent the deforestation and degradation of forest lands in areas where landowners depend, for their livelihood, on swidden agriculture and extensive cattle ranching, two primary drivers of deforestation? In Brazil, the implementation of command-and-control measures, the expansion of protected areas, and interventions in the soy and beef supply chains, such as the Soy Moratorium established in 2006, have significantly curbed deforestation in the Amazon. Despite this overall improvement, however, deforestation rates have stabilized at 5,000-7,000 km2 per year since 2009 (Godar et al., 2014). After a decade of command-and-control regulation targeting primarily larger farms, there is now a consensus that new mechanisms targeting small landowners are required in order to achieve additional reductions in deforestation in the Amazon rainforest. Within this context, offering payments for ecosystem services (PES) contracts1 to small landowners has emerged as a potential strategy that may achieve both food security and conservation goals in Brazil. This thesis aims to evaluate the effectiveness of one of the first REDD + projects proposing PES contracts to small landowners, the program "Sustainable Settlements in the Amazon", implemented along the Transamazonian road, using a unique dataset collected by the Center for International Forestry Research (CIFOR), CGIAR research center, as part of its global comparative study on REDD + initiatives (The Global Comparative Study) started in 2009.