L'anesthésie : propriétés immunomodulatrices et application oncologique

par Alejandra Wu Chuang

Projet de thèse en Recherche clinique, innovation technologique, santé publique

Sous la direction de Guido Kroemer.

Thèses en préparation à Paris Saclay , dans le cadre de Cancérologie : biologie - médecine - santé , en partenariat avec Apoptose, Cancer et Immunité (laboratoire) , Apoptose, Cancer et Immunité (equipe de recherche) et de Université Paris-Sud (établissement de préparation de la thèse) depuis le 01-11-2018 .


  • Résumé

    La chirurgie oncologique induit, par la douleur et l'inflammation, des modifications métaboliques aux effets délétères sur le système immunitaire et favorise la survenue de métastases suite à la manipulation directe de la tumeur. Il apparait essentiel d'associer à l'acte chirurgical un traitement renforçant les cellules immunitaires affaiblies par l'opération et qui pourra maitriser les cellules tumorales migratrices. Or, quelques rares études semblent démontrer que la prévention de la douleur et de l'inflammation pourrait être décrite comme un moyen de prévention des récidives tumorales via un renforcement du système immun. Par ailleurs, les produits d'anesthésie présenteraient également des propriétés immunomodulatrices utilisables en chirurgie oncologique pour diminuer l'immunodépression induite par le stress chirurgicale. Mais l'absence de preuves concluantes impose la recherche expérimentale dans ce domaine. Question posée : quel est l'impact moléculaire direct et indirect de l'anesthésie et de la chirurgie sur la réponse immune anti tumorale et quelles modifications des pratiques cliniques pourrions-nous alors en déduire.

  • Titre traduit

    Anesthesiology :immunomodulation and oncological practice


  • Résumé

    Thanks to pain, inflammation, metabolic modifications and direct tumor manipulation, the oncologic surgery leads to immunodepression and tumor relapse. It seems essential to combine surgery with specific treatments strengthening immune cells weakened by the surgery and that can control the residual tumor cells. Yet, some rare studies seem to demonstrate that the prevention of the pain and inflammation could constitute a way of preventing relapses. Moreover, some anaesthetic agents might have immunomodulatory properties usable in oncologic surgery to decrease the immunosuppression. Nevertheless, fundamental research on this topic must be started to obtain molecular evidence on the link between anaesthesia and immunomodulation. Question: what is the direct or indirect molecular connection between, on one hand, anesthesia and surgery and, on the other hand, anticancer immune responses? And can such connection be harnessed in clinical practice?