Georges Perec, avec et contre le Nouveau Roman

par Nassimeh Gheisary

Projet de thèse en Langues et littérature françaises

Sous la direction de Maxime Decout.

Thèses en préparation à Lille 3 , dans le cadre de École doctorale Sciences de l'homme et de la société (Villeneuve d'Ascq, Nord) depuis le 01-12-2017 .


  • Résumé

    J'ai trouvé une question intéressante : Georges Perec est pour et contre le nouveau roman, c'est pour cette raison je voudrais avoir une étude vaste et comparée entre les romans perecquiens et le nouveau roman. Perec s'est opposé dès le début au Nouveau Roman de Robbe-Grillet, dans LG, une aventure des années 60, avant même d'entrer à l'Oulipo en 1967. Le formalisme ludique de l'Oulipo s'est pensé comme un formalisme en prise sur l'Histoire et le romanesque, avec des personnages et des intrigues, contrairement à celui de Robbe-Grillet. C'est pourtant La Modification de Michel Butor qui inspire Perec dès Un homme qui dort (1967) puis L'Emploi du temps pour La Vie mode d'emploi (1978). Mais les parentés vont au-delà puisque La Disparition en 1969 reprend implicitement Les Gommes et que 53 jours, le dernier roman de Perec, critique Robbe-Grillet tout en reprenant ses procédés de mise en abyme. Il s'agira donc de s'interroger sur cet héritage problématique, concernant tant la place du formalisme et des différents dispositifs formels, de la description et des objets, des personnages, et surtout du rapport à l'Histoire.


  • Pas de résumé disponible.