À propos des enjeux psychiques de l'identification à un « objet radical » chez des adolescents : approches cliniques

par Nicolas Campelo

Thèse de doctorat en Psychologie

Sous la direction de Francoise Neau et de Guillaume Bronsard.

Thèses en préparation à l'Université Paris Cité , dans le cadre de ED 261 Cognition, Comportements, Conduites Humaines .


  • Résumé

    Depuis le début des années 2010, le départ de plusieurs centaines de jeunes français en zone de guerre irako-syrienne dans le but de s'engager dans une lutte armée a suscité nombre de questionnements. Diverses disciplines, jusque là peu concernées par les phénomènes de violences idéologisées, ont été invitées à s'impliquer dans la compréhension et la prise en charge de ce phénomène. Les nombreux adolescents signalés au numéro vert « Stop-Djihadisme » par leurs parents ainsi que la judiciarisation de plus d'une centaine d'entre eux pour « Association de Malfaiteur en vue d'une entreprise Terroriste » (AMT) ont incité les pouvoirs publics à mobiliser, entre autres, les institutions pédopsychiatriques et la Protection Judiciaire de la Jeunesse (PJJ) dans une optique de prévention de la radicalisation. Cette clinique nouvelle pour les psychologues de ces institutions suscite de nombreuses questions quant à leur prise en charge, conduisant certains cliniciens à se demander s'il ne s'agit pas là d'un nouveau type de symptôme adolescent. C'est dans ce contexte que cette thèse propose d'explorer cette clinique en partant du questionnement suivant : « L'identification à un « objet radical » répond-t-elle à certaines particularités de la problématique adolescente et, si tel est le cas, lesquelles et quelles sont les fonctions de cette modalité identificatoire ? » Pour tenter de répondre aux questions posées, sont examinés : 4 récits cliniques de prises en charge en thérapie individuelle ou en thérapie familiale effectuées dans le cadre d'une consultation de prévention de la radicalisation en pédopsychiatrie accompagné d'un bilan projectif ; 4 protocoles projectifs d'autres jeunes ayant manifesté un engagement pour une idéologie qui prône le recours à la violence ; ainsi que les données de recherche de 15 adolescents judiciarisés pour « AMT » ayant participé à une étude « médico-psychologique » menée par une équipe de pédopsychiatres et de psychologues en partenariat avec la PJJ.

  • Titre traduit

    The Psychical Implications of The Identification to a "Radical Object"" for Some Teenagers: Clinical Studies.


  • Résumé

    From 2010's onwards, hundreds of young French people left for the Iraqui-Syrian war zone aiming of engaging in an armed struggle, raising many questions. Various disciplines, not usually concerned with ideologist violence facts, got involved to promote a better understanding of this phenomenon. As many teenagers have been reported to the "Stop-Jihadism" helpline by their parents, and as more than a hundred of them have had criminal prosecutions from the "Criminal Conspiracy Towards a Terrorist Enterprise", encouraged public authorities to raise awareness against radicalisation amongst the Child and adolescents institutes, Justice for Children and Youth, and others institutions. Psychologists are now questioning those new clinical facts, and the type of care and supports for those youngsters, wandering if it could be categorised as new type/ modern type of teenager's symptoms. This thesis grew in this context with the purpose to explore this clinical phenomenon questioning: "Could the Identification to a "Radical objet" answer specific peculiarities of the teenager's difficulties? If so, which ones and what are the functions of these identification modality?". In an attempt to answer that question, we examined: - Four clinical study cases issued from individual or family psychotherapy treatments preventing radicalisation. - Four projective tests from teenagers having expressed a commitment to an ideology which advocate the use of violence. - As well as research data of a medico-psychological study concerning 15 teenagers with a criminal prosecution from "Criminal Conspiracy Towards a Terrorist Enterprise", and conducted by members of a Child and Adolescents Psychiatric Institute and Psychologists working for the Justice for Children and Youth.