Santé sexuelle et reproductive des femmes migrantes sans logement hébergées à l'hôtel en Ile-de-France

par Lorraine Poncet

Thèse de doctorat en Santé publique - épidémiologie

Sous la direction de Virginie Ringa et de Armelle Andro.

Thèses en préparation à université Paris-Saclay , dans le cadre de École doctorale Santé Publique , en partenariat avec Centre de recherche en Epidemiologie et Santé des Populations (laboratoire) , Faculté de médecine (référent) et de Université Paris-Saclay. Graduate School Santé publique (2020-....) (graduate school) .


  • Résumé

    En Île-de-France, un nombre croissant de femmes migrantes sont sans logement personnel. Elles font appel au système d'hébergement d'urgence et sont hébergées avec leurs enfants dans des hôtels répartis dans toute la région. Faute d'accès au logement personnel, cet hébergement, en principe temporaire, dure souvent plusieurs années. Les femmes migrantes hébergées dans ces conditions connaissent des formes multiples de précarité, résidentielle, économique et vis-à-vis du droit au séjour, qui suggèrent un état de santé dégradé et interrogent les conditions d'accès aux soins, particulièrement les soins de santé sexuelle. Nous proposons d'étudier différents aspects de la santé sexuelle et reproductive dans ce groupe : les conditions d'accès au système de soins, la réalisation des dépistages du cancer du col de l'utérus et du VIH, l'usage de la contraception et des éléments de santé périnatale. Ce travail s'appuie principalement sur les données de l'enquête DSAFHIR, menée en 2017 auprès de 469 femmes migrantes hébergées dans des hôtels d'Île-de-France. Nos résultats mettent en évidence un recours aux soins fortement déterminé par la couverture médicale, et un faible recours au médecin généraliste. Le taux de réalisation du dépistage du cancer du col de l'utérus est faible, et, comme le dépistage du VIH, associé au niveau d'étude et à la maîtrise du français. Nos analyses révèlent que le dépistage du VIH a davantage lieu en début de séjour, alors que celui du cancer du col de l'utérus bénéficie d'une longue durée de résidence. Comparé à la population générale en France, le taux d'utilisation de la contraception est faible, et caractérisé par une utilisation importante de l'implant. Comparées aux femmes nées en France, les femmes nées à l'étranger ont un risque plus élevé de prise de poids gestationnel insuffisante. Cependant, il n'y a pas chez elles de différence de prise de poids gestationnel entre les femmes en logement stable et celles en logement instable. Nos analyses confirment un surrisque d'accouchement par césarienne pour les femmes nées en Afrique subsaharienne. De plus, nous mettons en évidence que parmi les multipares sans antécédent de césarienne, le risque d'accoucher par césarienne est le plus élevé lors du premier accouchement en France, et plus faible lors des accouchements suivants. Parmi les femmes migrantes hébergées à l'hôtel, des modes d'accès aux soins spécifiques sont symptomatiques d'un accès limité, en tout premier lieu par des barrières administratives.

  • Titre traduit

    Sexual and reproductive health of migrant women housed in emergency housing hotels in the Ile-de-France region in France


  • Résumé

    In the Ile-de-France region a growing number of homeless migrant women call on the emergency housing system for shelter. They are housed with their children in hotels scattered across the region. Because of barriers to access personal housing, this temporary housing option often last several years. This group of women encounter several types of vulnerability : housing instability, economic hearship and precarious administrative status. This suggests poor health status and limited access to healthcare, specifically sexual and reproductive health care. We investigate here various aspects of sexual and reproductive health in this group : the conditions of access to health services, access to cervical cancer screening and HIV test, contraception use and elements of perinatal health. We analyzed data from the DSAFHIR survey conducted in 2017 : 469 migrant women housed in 15 hotels participated. Our results suggested that medical insurance coverage strongly predicted health care utilization, and poor access to general practitionners. We found low uptake of cervical cancer screening. Like HIV test, it was associated with educational level and French language proficiency. It appeared that women in this group were likely to be tested for HIV at the beginning of their stay in France, while cervical cancer screening occured later. Compared to levels in the French general population, contraception use was low, with a high use of the contraceptive implant. Regarding perinatal health, and compared to women born in France, women who were born abroad had increased risk of inadequat gestational weight gain. However, within this group, there was no increased risk for women with unstable housing. Our analyses confirmed a high risk of cesarean section among women born in Sub Saharan Africa. Moreover, we found that among multiparous women with no prior cesarean sections, risk of cesarean section was highest in the first birth in France, and was lower in subsequent births. Among migrant women in emergency housing hotels, specific mode of access to care reveal a limited and hampered access, with administrative status as the main barrier.