La langue occitane de pêcheurs méditerranéens à l'aube du XXIe siècle

par Alice Champollion

Thèse de doctorat en Etudes occitanes

Sous la direction de Hervé Lieutard.

Thèses en préparation à Montpellier 3 , dans le cadre de École doctorale 58, Langues, Littératures, Cultures, Civilisations , en partenariat avec RESO: Recherches sur les Suds et les Orients (laboratoire) .


  • Résumé

    Le projet de cette thèse s'inscrit dans le sillage des enquêtes orales réalisées pour l'élaboration des atlas linguistiques (ALF, ALLOc, ALLOr, ALBit, ALPro, ACM, ALCANOM, NALC) ou d'étude de sociolectes occitans, avec un double objectif : documenter la langue occitane et analyser les effets du contact linguistique avec le français au sein d'une communauté linguistique liée à la fois par sa langue et par la pratique de la pêche en Méditerranée. Pour ce faire, une vaste campagne de collectage a été réalisée sur la côte méditerranéenne entre Gruissan (11) et Beaulieu-sur-Mer (06). Les enquêtes ont été réalisées grâce à des entretiens semi-directifs à questions ouvertes. Le corpus élaboré contient 27 heures et 34 minutes d'enquêtes réalisées auprès de 33 personnes dans 19 localités. Certaines ont été filmées. Un échantillon fait l'objet d'une étude plus approfondie. Transcrite en graphie classique, puis en API, cette sélection d'enquêtes a permis d'étayer un certain nombre d'hypothèses. Tout d'abord, la langue courante parlée par les pêcheurs ne présente pas de particularismes par rapport aux variétés dialectales dans lesquelles elles s'insèrent ; son étude permet d'affirmer l'unité de la langue occitane. Seul le vocabulaire technique est spécifique. Il emprunte souvent au fonds lexical occitan, notamment pour les noms des animaux marins. Même si les locuteurs naturels ne communiquent plus quotidiennement en occitan, certains éléments de sociabilité ont pu toutefois entretenir des poches de résistance linguistique. Cela s'observe par la connaissance des proverbes, des surnoms, par l'évocation des fêtes, mais aussi grâce à l'organisation des pêcheurs au sein des prud'homies. Le processus diglossique qui conduit à l'effacement de l'occitan suit les tendances observables ailleurs en Occitanie. Enfin, il ressort de ces travaux que les pêcheurs ont une perception assez précise de l'espace occitanophone et de ses dialectes. Compte tenu de la situation critique de la langue occitane, la documentation orale collectée au XXIe siècle permet d'étudier la langue à travers le prisme de plusieurs disciplines scientifiques : dialectologie, lexicologie, sociolinguistique et ethnologie. L'édition de ces collectages fait l'objet de questionnement chez les chercheurs travaillant sur ces corpus, notamment pour ce qui est de leur usage et leur valorisation.

  • Titre traduit

    The Occitan language of Mediterranean fishermen at the beginning of the 21st century


  • Résumé

    The project of this thesis is in the wake of the oral surveys carried out for the development of linguistic atlases (ALF, ALLOc, ALLOr, ALBit, ALPro, ACM, ALCANOM, NALC) or study of Occitan sociolects, with a double objective: to document the Occitan language and to analyze the effects of linguistic contact with French within a linguistic community linked both by its language and by the practice of fishing in the Mediterranean. To do this, a vast collection campaign was carried out on the Mediterranean coast between Gruissan (11) and Beaulieu-sur-Mer (06). The surveys were carried out through semi-structured interviews with open questions. The compiled corpus contains 27 hours and 34 minutes of surveys carried out among 33 people in 19 localities. Some have been filmed. One sample is subject to further study. Transcribed in classical spelling, then in API, this selection of surveys supported a number of hypotheses. First of all, the everyday language spoken by fishermen does not present any particularities compared to the dialect varieties into which they are inserted; its study confirms the unity of the Occitan language. Only the technical vocabulary is specific. It often borrows from the Occitan lexical fund, in particular for the names of marine animals. Even if natural speakers no longer communicate in Occitan on a daily basis, certain elements of sociability have nevertheless been able to maintain pockets of linguistic resistance. This can be seen through knowledge of proverbs and nicknames, through the evocation of festivals, but also through the organization of fishermen within prud'homies. The diglossic process that leads to the erasure of Occitan follows trends observed elsewhere in Occitania. Finally, it emerges from this work that fishermen have a fairly precise perception of the Occitan-speaking space and its dialects. Given the critical situation of the Occitan language, oral documentation collected in the 21st century allows the language to be studied through the prism of several scientific disciplines: dialectology, lexicology, sociolinguistics and ethnology. The editing of these collections is the subject of questioning among researchers working on these corpora, particularly with regard to their use and valuation.