La discrimination des burakumin dans le Japon contemporain : analyse sociologique d'un racisme invisible

par Caroline Taïeb

Projet de thèse en Sociologie

Sous la direction de Serge Paugam et de Kiyohide Ishimoto.

Thèses en préparation à Paris, EHESS en cotutelle avec l'Université du Kansai , dans le cadre de École doctorale de l'École des hautes études en sciences sociales depuis le 17-11-2014 .


  • Résumé

    Cette thèse porte sur la discrimination et la stigmatisation des burakumin, une minorité japonaise qui ne présente aucune différence phénotypique, ethnique, religieuse ou même linguistique avec les autres Japonais. Depuis les années 1980, aucune recherche en français n’a été faite sur la situation des burakumin qui reste assez méconnue alors qu’elle est débattue au sein d’instances internationales chargées de protéger les droits de l’homme. Afin d’inscrire ce travail dans le prolongement des travaux menés en sciences sociales sur la discrimination, la stigmatisation et le racisme de ces dernières années, l’analyse s’appuie sur une bibliographie en langue japonaise mais aussi francophone et anglophone. Car malgré la grande richesse de la littérature sur ces questions, en dehors du Japon, le cas des burakumin n’a été que très peu confronté à ces recherches. Cette thèse s’appuie sur deux enquêtes qualitatives et une enquête quantitative menées dans plusieurs villes du Japon auprès des burakumin et des non-burakumin. Elle analyse les mécanismes par lesquels la discrimination et la stigmatisation se maintiennent et peinent à être enrayés alors qu’une partie des burakumin s’intègre et se fond dans la société japonaise. Cette recherche, qui vise à examiner les mécanismes conduisant au rejet de l’autre fondé sur une différence imaginaire, offre un cas exemplaire contribuant à l’avancée des connaissances sur une aire géographique où les questions du racisme et de la discrimination sont peu traitées dans les travaux francophones.


  • Résumé

    This thesis focuses on the discrimination and stigmatisation of the burakumin, a Japanese minority that has no phenotypical, ethnic, religious or even linguistic differences from other Japanese. Since the 1980s, no research in French has been done on the situation of the Burakumin, which remains relatively unknown even though it is debated within international instances responsible for the protection of human rights. In order to place this study in the context of the work carried out in the social sciences on discrimination, stigmatisation and racism in recent years, the analysis is based on a bibliography in the Japanese, French and English language. Despite the rich literature on these issues, outside of Japan the case of the burakumin has been very little addressed by such researches. This thesis is based on two qualitative surveys and one quantitative survey conducted in several Japanese cities among burakumin and non-burakumin. It analyses the mechanisms by which discrimination and stigmatisation are sustained and difficult to overcome as some burakumin integrate and blend into Japanese society. This research, which has the aim of examining the mechanisms leading to the rejection of the other based on an imaginary difference, offers an exemplary case contributing to the advancement of knowledge on a geographical area where the questions of racism and discrimination are little dealt with in French-speaking studies.