Enjeux épistémologiques de l'usage judiciaire des neurosciences

par Marie Penavayre

Projet de thèse en Épistémologie et histoire des sciences

Sous la direction de Pascal Duris et de Thomas Boraud.

Thèses en préparation à Bordeaux , dans le cadre de Sciences et environnements , en partenariat avec Sciences, Philosophie, Humanités (laboratoire) depuis le 27-09-2016 .


  • Résumé

    Ce travail de thèse propose une analyse épistémologique des travaux publiés dans le domaine de la neurocriminologie et du neurodroit, vaste programme de recherche consacré aux applications juridiques des neurosciences, et supporté par plusieurs initiatives institutionnelles aux Etats-Unis. L'objectif principal est de déterminer si ces données neuroscientifiques garantissent une explication pertinente pour informer les questions relatives à l'évaluation de la responsabilité pénale et de la dangerosité d'un individu. La première partie de cette thèse vise à analyser le pouvoir explicatif de la neurocriminologie, qui propose d'utiliser les techniques d'exploration cérébrale (e.g. EEG, IRMf) comme un instrument de connaissance du sujet criminel. A travers une analyse conceptuelle et méthodologique de la littérature publiée depuis le début des années 1940, je montre que ce programme de recherche est entièrement structuré par le paradigme de la phrénologie et de la criminologie du XIXème siècle. Cette filiation conceptuelle et méthodologique révèle en particulier la circularité d'une démarche dictée par une logique (neuro-)interventionniste, et qui ne fournit aucune explication des phénomènes étudiés. La deuxième partie interroge l'apport des neurosciences à la question de l'évaluation de la responsabilité pénale, dans le cadre ce qui est communément appelé le « my brain made me do it defense ». Cette analyse épistémologique prend pour objet l'un des principaux volets de recherche du Research Network on Law and Neuroscience, qui constitue à ce jour le meilleur indicateur institutionnel de l'émergence du neurodroit aux Etats-Unis. Elle propose d'analyser la valeur épistémique des modèles neuroscientifiques du contrôle de soi et des jugements moraux, afin de déterminer si les critères d'appréciation de la responsabilité pénale peuvent être accessibles à l'investigation neuroscientifique.

  • Titre traduit

    Epistemological issues of the use of neuroscience in the legal system


  • Résumé

    This thesis proposes an epistemological analysis of publications in the field of neurocriminology and neurolaw, a large area of research dedicated to legal applications of neuroscience, and supported by several institutional structures in the United States. The main objective is to determine whether these data ensure a relevant explanation to inform issues related to the assessment of an individual's criminal responsibility and dangerousness. The first part of this thesis aims to analyse the explanatory power of neurocriminology, which proposes to use brain exploration techniques (e.g. EEG, fMRI) as an instrument for understanding the criminal. Through a conceptual and methodological analysis of the literature published since the early 1940s, I show that this research program is entirely based on the paradigm of phrenology and criminology of the 19th century. In particular, this conceptual and empirical kinship reveals the circularity of an approach driven by a (neuro-)interventionist strategy, which provides no explanation of the phenomena studied. The second part studies the contribution of neuroscience to the question of the assessment of criminal responsibility, in the context of what is commonly referred to as the 'my brain made me do it do it defense'. This epistemological analysis focuses on one of the main research components of the Research Network on Law and Neuroscience, which to date is the best institutional indicator of the emergence of neurolaw in the United States. It proposes to analyse the epistemic value of neuroscientific models of self-control and moral judgments, in order to determine whether the criteria for assessing criminal responsibility are accessible to neuroscientific investigation.