Entre Psychologie et Ecologie : approche psycho socio écologique de la restauration des carrières en région méditerrannéenne (cas du Liban)

par Johnny Fenianos

Thèse de doctorat en PSYCHOLOGIE spécialité Psychologie cognitive

Sous la direction de Denis Brouillet et de Carla Khater.

Soutenue le 14-12-2018

à Montpellier 3 , dans le cadre de École doctorale 60, Territoires, Temps, Sociétés et Développement (Montpellier ; 2015-....) , en partenariat avec EPSYLON - Dynamique des capacités humaines et des conduites de santé (laboratoire) et de Dynamique des capacités humaines et des conduites de santé / EPSYLON (laboratoire) .

Le président du jury était Nicolas Arnaud.

Le jury était composé de Arielle Syssau, Ghaleb Faour.

Les rapporteurs étaient Margherita Pasini.


  • Résumé

    Si l’avenir de notre planète dépend en effet, comme le confirme Roberts et al. (2009), de la maitrise d’une “jeune discipline”, la restauration écologique, il est de notre devoir d’investir pour assurer un maintien et amélioration des services des écosystèmes, des connectivités écologiques et des cycles biologiques qui dépendent du fonctionnement des écosystèmes dégradés. Si la connaissance des écosystèmes méditerranéens, la maitrise des techniques d’ingénierie écologique témoignent d’importantes avancées au courant des dernières décennies, le transfert sur le terrain et la mise en œuvre de ces techniques reste assez lacunaire notamment dans les milieux où de fortes interactions avec les communautés humaines nécessitent une appropriation et adoption des méthodes d’intervention. Le contexte du bassin méditerranéen, hot spot de biodiversité, contexte socio-politique tendu et souvent instable, développement démographique intense, urbanisation souvent peu planifiée et de surcroît une histoire de coévolution des hommes et des paysages qui date depuis le néolithique, rend ce transfert encore plus complexe. Comment abaisser les résistances et mieux faire accepter les solutions techniques proposées ? Comment faire de sorte que les gens acceptent mieux une modification portant sur leur environnement de vie? Est- il possible d’initier un changement d’attitude et une modification comportementale portant sur les solutions proposées ? En d’autres termes, sommes-nous en mesure de mieux faire accepter les techniques et les méthodes d’intervention sur un environnement/ écosystème lorsque celles-ci heurtent les a priori des communautés humaines concernées? En partant de ces grandes questions, le travail de thèse s’inscrit dans une problématique bien particulière : Comment modifier les attitudes des individus vis-à-vis les modifications de leur environnement proche? L’hypothèse de départ étant qu’en agissant sur les processus sous jacents au changement d’attitude, on devrait améliorer la possibilité d’accepter le principe et les techniques d’intervention relatifs à une action sur l’environnement. Si on souhaite initier un changement d’attitude, il faut modifier les relations d’action à l’objet dont le frein principal est la consistance des individus. Il faut donc modifier à la fois la flexiblité cognitive, l’expérience émotionnelle et l’affordance. Les hypothèses opérationnelles se déclinent donc comme suit : H1 : Flexibilité cognitive et changement d’attitude: En améliorant la flexibilité cognitive Il est possible d’augmenter l’acceptabilité vis-à-vis le principe et les techniques d’intervention relatifs à une action sur l’environnement H2 : Expérience émotionnelle et changement d’attitude: l’expérience émotionnelle d’une personne et sa perception de l’espace peuvent induire un changement d’attitude vis-à-vis le principe et les techniques d’intervention relatifs à une action sur l’environnement H3 : Affordances et changement d’attitude : Un changement d’affordance peut contribuer à initier un changement d’attitude chez une personne vis-à-vis le principe et les techniques d’intervention relatifs à une action sur l’environnement. Ces hypothèses seront testées sur l’exemple de réhabilitation des carrières d’extraction au Liban- contexte méditerranéen.

  • Titre traduit

    When Psyhology meets Ecology : psycho- ecological approach for the rehabilitation of Quarries in Mediterranean context


  • Résumé

    If the future of our planet depends indeed on the mastering of the « young discipline” that is ecological restauration, as confirmed in Roberts et al. (2009), it is our duty to invest in the preservation and improvement of ecosystem services, ecological connectivity and biological cycles that rely on the functioning of corrupted ecosystems. Mediterranean ecosystems knowledge and the mastering of ecological engineering techniques have made substantial progress during the last decades. Unfortunately, the transfer of these techniques on the field and their implementation are still sparse, and notably in environments where consistent interactions with human communities require the appropriation and adoption of intervention methods. The Mediterranean basin, which is considered a hotspot for diversity, evolves in tense and often unstable sociopolitical conditions, along with huge demographic increase, poorly-planned urbanization and a long history of coevolution of men and landscapes dating back to the Neolithic period. This makes this transfer of techniques yet more complex. In this context, how can we overcome the resistance and win acceptance on the proposed technical solutions? How can we bring people to better accept modifications relating to their life environments? Is it possible to initiate an attitude and behavioral change towards the proposed solutions? In other words, can we induce acceptance for the intervention techniques and methods on an environment/ecosystem when these are met with the stereotypes disseminated by the concerned human communities? Starting from these questions, this thesis wishes to address a specific problematic: how can we change the behaviors of individuals towards the modifications of their close environment? The original hypothesis is the following: by influencing the processes underlying behavioral change, we can improve the acceptation of the principle and intervention techniques relating to environmental action. Should we wish to initiate a change in attitude, we need to modify the “action to object” relations, which are mainly slowed down by the consistency of individuals. We therefore need to modify, not only their cognitive flexibility, but also their emotional experience and affordance. Thus, the operational hypotheses break down as follows: H1: Cognitive flexibility and attitude change: by improving cognitive flexibility, it is possible to increase acceptability towards the principle and techniques of intervention relating to environmental action. H2: Emotional experience and attitude change: A person’s emotional experience and their space perception can induce a change in attitude towards the principle and techniques of intervention relating to environmental action. H3: Affordance and attitude change: A change in affordance can contribute to initiate a change in attitude in a person towards the principle and techniques of intervention relating to environmental action. These hypotheses will be tested on the example of quarries rehabilitation in Lebanon – in a Mediterranean context.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire. Section Lettres.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.