Développement de textiles photocatalytiques et compréhension de leur action anti-odeur

par Caroline Rodriguez

Thèse de doctorat en Chimie

Sous la direction de Chantal Guillard et de Éric Puzenat.

Le président du jury était François Renaud.

Le jury était composé de Jean Freney, René Borel, Nicolas Horvais.

Les rapporteurs étaient Valérie Héquet, César Pulgarin.


  • Résumé

    Dans le domaine du sport, le problème des odeurs sur les vêtements ou chaussures est récurrent et aucune solution réellement efficace n’est proposée à ce jour. Les odeurs corporelles résultent de la dégradation bactérienne de constituants de la peau et de la sueur inodore. Un textile photocatalytique a donc été développé dans le but de dégrader à la fois les odeurs et leur source bactérienne. Le composé modèle odorant choisi pour les tests photocatalytiques en phase gazeuse est l’acide isovalérique. La disparition de l’odeur a été évaluée à l’aide d’un nez électronique. L’évaluation de l’efficacité antibactérienne a été réalisée sur deux souches de micro-organismes cutanés : Staphylococcus Epidermidis et Brevibacterium Linens , selon la norme ISO 20743 adaptée à l’usage de la photocatalyse. Le textile, destiné à servir de revêtement des semelles internes des chaussures Salomon, a été imprégné de TiO2 selon différentes méthodes de dépôt (foulardage, imprégnation par transfert). La teneur en catalyseur, jouant un rôle fondamental dans l’activité photocatalytique du textile, a été optimisée afin de dégrader les composés organiques et les bactéries tout en présentant une bonne tenue du TiO2 aux tests de lavage et d’abrasion. Les résultats ont montré que quelques heures d’irradiation UV-A avec un faible éclairement énergétique (1 mW/cm2) suffisent à dégrader tout l’acide isovalérique ainsi que les micro-organismes déposés sur le textile. Ces résultats suggèrent qu’une exposition des semelles photocatalytiques à un rayonnement solaire pourrait être envisagée pour l’utilisation par les consommateurs. Des tests de terrain de porté de semelle sont en cours pour valider le transfert industriel à grande échelle

  • Titre traduit

    Development of photocatalytic textiles and understanding of their anti-odor effect


  • Résumé

    So far, the odor issue in sportswears remains unsolved. These odors produced during a physical activity come from the bacterial degradation of components from skin and odorless sweat. A photocatalytic textile has been developed in order to degrade both odors and their bacterial source. The odorant model molecule chosen for gaseous photocatalytic degradation tests is the isovaleric acid. The disappearance of odor was evaluated by using an electronic nose. Antibacterial activity was tested on Staphylococcus Epidermidis and Brevibacterium Linens strains with the ISO 20743 standard adapted for such photocatalytic tests. The textile, used as a lining for Salomon insoles, was impregnated with TiO2 according to different coating methods (padding, kiss-rolling). The TiO2 loading on the textile is a fundamental parameter in photocatalytic activity and has been optimized to degrade organic compounds and bacteria providing a good TiO2 hanging on the fibers after washing and abrasion tests. Results show that only few hours of UV-A irradiation at a low irradiance (1 mW/cm2) are sufficient to degrade all the isovaleric acid and the bacteria on the textile. These results suggest that a solar exposure of the insoles is possible for consumers use. Field tests are in progress using these insoles to validate the industrial large-scale transfer

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Claude Bernard. Service commun de la documentation. Bibliothèque numérique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.