La société byzantine dans les procès de la Peira (premier tiers du XIe siècle)

par Jacques Beauseroy

Thèse de doctorat en Études médiévales

Sous la direction de Jean-Claude Cheynet.

Le président du jury était Vincent Puech.

Le jury était composé de Béatrice Caseau, Dafni Penna, Cristina Rognoni.

Les rapporteurs étaient Vincent Puech, James Howard-Johnston.


  • Résumé

    Cette thèse a pour but de présenter la société byzantine du début du XIe siècle à travers les résumés de procès conservés dans la Peira. La Peira est un manuel composé à la fin des années 1030 ou au début des années 1040. Son auteur anonyme a été l’assistant d’un haut fonctionnaire de la capitale, Eustathe Rhômaios. A partir d’une série de ses verdicts et d’études, l’auteur de la Peira a rédigé un ouvrage divisé en 75 titres, ajoutant aux résumés des jugements des citations de lois, extraits majoritairement des Basiliques. La Peira n’a été étudiée que partiellement malgré sa richesse : pour la première fois, ce travail propose une étude générale, réclamée par de nombreux historiens. La société s’y révèle sous des aspects très variés. L’aristocratie civile se présente comme un milieu cultivant la rhétorique et le droit dans un cadre très concurrentiel (chapitre 1). Les noms transmissibles ainsi que les titres et fonctions cités signalent une forte présence de l’élite sociale parmi les justiciables sans exclure les milieux inférieurs (chapitre 2). Les affaires traitées concernent en premier lieu les patrimoines, transmis lors des mariages, très surveillés par les autorités (chapitre 3) et des successions (chapitre 4). Les résumés de procès présentent la valorisation des fortunes (chapitre 5). La Peira évoque la répression des crimes et montre une forte capacité d’adaptation de la justice à chaque situation (chapitre 6). Enfin, le traitement des intérêts de l’État et de l’empereur prouve à la fois la place éminente du souverain dans l’édifice judiciaire et le rôle de la fiscalité dans l’activité des juges (chapitre 7).

  • Titre traduit

    The Byzantine society in the trials of the Peira (first third of the eleventh century)


  • Résumé

    This thesis aims at describing the Byzantine society of the early eleventh century through the summaries of trials preserved in the Peira. The Peira is a legal workbook composed in the late 1030s or early 1040s. Its anonymous author was the assistant of a high civil servant of the capital, Eustathios Rhômaios. From a series of Eustathios’ verdicts and studies, the author of the Peira wrote a book divided into 75 titles, adding to the summaries of the judgments quotations from laws, mostly from the Basilicas. The Peira has only been partially studied despite its rich content: for the first time, this work offers a general study, as requested by many historians. Society is revealed in a variety of ways. The civil aristocracy is presented as a milieu cultivating rhetoric and law in a highly competitive environment (chapter 1). The patronymic names as well as the titles and functions cited, indicate a strong presence of the social elite among the litigants, without excluding the lower classes (chapter 2). The cases dealt with primarily concern assets, which are transmitted through marriages, which are closely monitored by the authorities (chapter 3), and successions (chapter 4). The summaries of the trials present the valuation of fortunes (chapter 5). The Peira discusses the repression of crimes and shows a strong capacity to adapt judgments to each situation (chapter 6). Finally, the treatment of the interests of the state and the emperor demonstrates both the prominent place of the sovereign in the judiciary and the role of taxation in the activity of judges (chapter 7).



Le texte intégral de cette thèse sera accessible librement à partir du 08-12-2025

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Sorbonne Université. Bibliothèque des thèses électroniques.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.