Moulins et énergie à Paris du XIIIe au XVIe siècle

par Pierre Marchandin

Thèse de doctorat en Histoire, textes, documents

Sous la direction de Olivier Guyotjeannin et de Mathieu Arnoux.

Soutenue le 26-02-2021

à l'Université Paris sciences et lettres , dans le cadre de École doctorale de l'École pratique des hautes études , en partenariat avec Centre Jean-Mabillon (Paris) (laboratoire) , École nationale des chartes (Paris) (établissement opérateur d'inscription) et de Centre Jean Mabillon / CJM (laboratoire) .

Le président du jury était Catherine Verna.

Le jury était composé de Olivier Guyotjeannin, Mathieu Arnoux, Catherine Verna, Boris Bove, Aline Durand, Alexis Wilkin.

Les rapporteurs étaient Boris Bove, Aline Durand.


  • Résumé

    L’étude de la place des dispositifs de production d’énergie renouvelable dans la satisfaction des besoins des sociétés préindustrielles a beaucoup à apporter à la compréhension des enjeux du débat autour de la transition énergétique. Afin d’envisager de manière nouvelle cette question, à laquelle de nombreuses réponses se trouvent à l’échelle des grandes villes, le présent travail se propose d’examiner la manière dont ces dispositifs, et en particulier les moulins à eau et à vent, contribuèrent à satisfaire la demande énergétique de la région métropolitaine du Paris médiéval, comptant, à l’aube du XIVe siècle, environ 250 000 habitants. Grâce à un corpus de documents et d’images en grande partie inédit, il dresse un tableau qualitatif, quantitatif et relationnel de l’équipement énergétique de la capitale, et met au jour les évolutions qu’il connut entre le XIIIe et le XVIe siècles, démentant l’idée d’un système énergétique préindustriel figé. Il s'intéresse également à la façon dont l'approvisionnement en énergie et l'installation des infrastructures énergétiques ont constitué un enjeu politique et institutionnel mobilisant de nombreux acteurs.

  • Titre traduit

    Mills and Energy in Paris (13th-16th century)


  • Résumé

    The study of the place of renewable energy providing devices took in the satisfaction of preindustrial societies’ needs is very useful to understand what is at stake in the energetic transition debate. In order to address this question from a new perspective, and given that quite a few answers can be found on the scale of large cities, the present work aims at examining how those installations, and especially watermills and windmills contributed to satisfying the energetic demands of the metropolitan region of medieval Paris, which counted about 250,000 inhabitants in the early 14th century. Through a corpus of documents and images – most of which have never been previously published – it paints a qualitative, quantitative and relational picture of the Parisian energetic equipment and highlights its evolutions between the 13th and the 16th centuries, thus contradicting the idea of a fixed preindustrial energetic system. This work also studies the way energy providing represented a political and institutional issue, mobilizing numerous stakeholders.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.