Le temps de militer : carrière syndicale et disponibilité biographique des femmes et des hommes de la CFDT

par Maxime Lescurieux

Thèse de doctorat en Sociologie

Sous la direction de Sophie Pochic et de Ariane Pailhé.

Le président du jury était Sophie Béroud.

Le jury était composé de Sophie Béroud, Catherine Achin, Thomas Breda, Laurent Lesnard.


  • Résumé

    En France, on estime à environ 11 % le taux de syndicalisation en 2017. Parmi l’ensemble des adhérent.e.s, les femmes représentent 36 %. Si nous assistons à une relative féminisation du tissu syndical sous l’impulsion de « l’espace de la cause des femmes », les femmes sont encore sous-représentées, tant en bas de la hiérarchie parmi les adhérentes, aux niveaux intermédiaires au sein des militantes sur les lieux de travail, qu’aux postes exécutifs des organisations syndicales. Bien qu’elles aient investi massivement le marché du travail salarié depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, les syndicats ont longtemps été réticents à s’ouvrir aux femmes, oscillant entre proclamations de leur droit au travail et renvoi des intéressées au foyer.Pour comprendre la permanence de ce constat, la thèse propose d’étudier la construction des carrières syndicales à l’aune de la question de l’articulation des sphères de vie des militant.e.s de la CFDT. À travers la notion de disponibilité biographique, qui renvoie à une relative absence de contraintes biographiques (familiales, professionnelles, financières, etc.) et qui tend à rendre le militantisme chronophage et/ou risqué, la thèse invite à prendre au sérieux la dimension temporelle dans le processus de fabrication de l’engagement syndical et de ses inégalités au sein du premier syndicat de France.Cette thèse s’appuie d’abord sur une recherche documentaire issue des archives confédérales de la CFDT. À partir de l’étude de tracts, la féminité et la masculinité, telles des curseurs mobiles, permettent d’approcher de manière historique le rapport de l’organisation syndicale à la cause des femmes. Elle repose ensuite sur un corpus de 40 entretiens biographiques de militantes et militants de la CFDT menés dans chacune des strates de l’organisation : par un axe professionnel et sectoriel d’une part, interprofessionnel et territorial d’autre part. Elle s’appuie enfin sur la création d’une enquête statistique nationale inédite : l’enquête EPASY qui retrace rétrospectivement et conjointement la dimension professionnelle, intime et syndicale de 1115 militant.e.s de la CFDT. Cette recherche met d’abord en évidence le poids de la disponibilité biographique dans la construction des carrières militantes dans l’espace et le temps syndical. Selon certaines configurations professionnelles et familiales, les carrières syndicales s’accélèrent ou ralentissent. L’engagement syndical et son niveau sont plus ou moins facilités. Mais cette disponibilité biographique est le lieu d’inégalités selon le genre et la classe d’appartenance des militant.e.s. en particulier selon le niveau de ressources économiques, culturelles et militantes.

  • Titre traduit

    Time for activism : union career and biographical availability of the women and men of the CFDT


  • Résumé

    In France, it is estimated that the unionization rate in 2017 will be around 11 %. Among the total membership, women represent 36 %. While we are witnessing a relative feminization of the union fabric under the impetus of the "women's cause space", women are still under-represented, both at the bottom of the hierarchy among members, at intermediate levels among workplace activists, and in executive positions in union organizations. Although women have entered the wage labor market in large numbers since the end of World War II, unions have long been reluctant to open up to women, oscillating between proclaiming their right to work and sending them home.In order to understand the permanence of this fact, the thesis proposes to study the construction of union careers in the light of the question of the work-life balance of CFDT militants. Through the notion of biographical availability, which refers to a relative absence of biographical constraints (family, professional, financial, etc.) and which tends to make militancy time-consuming and/or risky, the thesis invites us to take seriously the temporal dimension in the process of fabrication of union commitment and its inequalities within the first union in France.This thesis is first based on documentary research from the CFDT's confederal archives. Based on the study of leaflets, femininity and masculinity, like moving cursors, make it possible to approach in a historical manner the relationship of the union organization to the cause of women. It is then based on a corpus of 40 biographical interviews of CFDT activists carried out in each of the organization's strata : by a professional and sectoral axis on the one hand, and by an interprofessional and territorial axis on the other. Finally, it is based on the creation of an unprecedented national statistical survey: the EPASY survey, which retrospectively and jointly retraces the professional, intimate and trade union dimension of 1115 CFDT activists. This research first of all highlights the weight of biographical availability in the construction of activist careers in union space and time. According to certain professional and family configurations, union careers accelerate or slow down. Union engagement and its level are more or less facilitated. But this biographical availability is the site of inequalities according to gender and class of activists, particularly according to the level of economic, cultural and activist resources.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : École des hautes études en sciences sociales. Thèses.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.