Etude des associations entre facteurs nutritionnels et risque de cancers cutanés dans les cohortes E3N et EPIC

par Yahya Mahamat Saleh

Thèse de doctorat en Santé publique - épidémiologie

Sous la direction de Marina Kvaskoff.

Le président du jury était Philippe Saiag.

Le jury était composé de Katia Castetbon, Cécile Delcourt, Jean Bouyer, Khaled Ezzedine.

Les rapporteurs étaient Katia Castetbon, Cécile Delcourt.


  • Résumé

    Titre : Etude des associations entre facteurs nutritionnels et risque de cancers cutanés dans les cohortes E3N et EPICLes cancers cutanés sont les néoplasmes les plus fréquents chez les populations de type Caucasien et leur incidence est en constante augmentation. L'exposition aux rayonnements ultraviolets (UV) est le seul facteur environnemental reconnu comme cause avérée de cancer de la peau et actuellement le seul pour lequel une prévention est possible. Cependant, il apparait de plus en plus probable que certains facteurs nutritionnels, notamment les antioxydants, pourraient empêcher les effets néfastes de l'exposition aux UV et ainsi potentiellement représenter des agents de chimio-prévention des cancers cutanés. Il a également été suggéré que certains groupes d'aliments, tels que les agrumes, les compléments alimentaires, les acides gras, la vitamine D et l'alcool pouvaient être associés à un risque accru de cancers cutanés. Cependant, les études menées jusqu'à présent n'ont pas permis d'émettre de conclusion claire : peu d'études prospectives avec un échantillon suffisamment important et disposant de données sur l'exposition solaire sont disponibles. Il est donc nécessaire de faire progresser nos connaissances dans ce domaine afin de mieux cibler les campagnes de prévention des cancers cutanés.L’objectif principal de cette thèse était d’explorer les relations entre les facteurs nutritionnels et le risque de cancers cutanés. Les données utilisées dans ce projet incluent les données de la cohorte E3N, incluant près de 100 000 femmes françaises suivies depuis 1990, les données de la cohorte EPIC, incluant près de 520 000 participants issus de 10 pays européens, et les données du PMP, une étude prospective incluant 700 patients australiens atteints de mélanome suivis depuis 2014. De plus, les données de la littérature sur les liens entre vitamine D et mélanome ont été résumées et poolées dans une revue systématique et une méta-analyse.Nos résultats suggèrent que l’adhérence au régime méditerranéen est associée à risque plus faible de cancers cutanés, plus particulièrement de mélanome et de carcinome baso-cellulaire ; en revanche la prise de compléments alimentaires en bêta-carotène, vitamine A ou E était associée à un risque accru de carcinomes cutanés. De plus, nous avons observé que les consommations d’agrumes ou d’alcool étaient associées à un risque plus élevé de cancers cutanés. Par ailleurs, nos résultats suggèrent qu’une forte consommation d’un régime « riche en viande, poisson et graisses » est associée à l’épaisseur du mélanome. Enfin, les résultats de notre méta-analyse suggèrent que les taux circulants élevés de vitamine D sont associés à un risque accru de mélanome et de carcinomes cutanés.Les travaux de cette thèse ont mis en lumière des relations complexes entre les facteurs nutritionnels et le risque de cancers cutanés. Par ailleurs, ils soulèvent plusieurs questions qu’il serait envisageable d’approfondir dans d’autres études. Si ces résultats sont répliqués, ils pourraient, à terme, avoir un impact sur les stratégies de prévention des cancers cutanés.Mots-clés : cancers cutanés ; régime méditerranéen ; compléments en antioxydants ; agrumes ; alcool ; profils alimentaires ; vitamine D ; cohorte prospective ; méta-analyse

  • Titre traduit

    Associations between Nutritional Factors and Skin Cancer Risk in the E3N and EPIC Cohorts


  • Résumé

    Title: Associations between nutritional factors and skin cancer risk in the E3N and EPIC cohortsSkin cancers are the most frequent neoplasms in Caucasian populations and their incidence has been constantly rising. Ultraviolet (UV) radiation exposure is the only environmental risk factor recognized as a cause of skin cancer and the only factor for which prevention is possible. However, it appears increasingly likely that several nutritional factors, particularly antioxidants, could counteract the negative effects of UV exposure and thus potentially represent chemo-preventive agents for skin cancer. It has also been suggested that several food groups, such as citrus, dietary supplements, vitamin D, fatty acids, and alcohol, could be associated with skin cancer risk. However, investigations to date did not allow to draw clear conclusions; few prospective data are indeed available within a sufficiently large sample and available sun exposure data. It is thus crucial to advance our knowledge in this field in order to target skin cancer prevention campaigns more precisely.The objective of this doctoral project was to study the relationships between nutritional factors and skin cancer risk. To achieve our objective, we used data from E3N, a prospective cohort of ~ 100,000 French women followed since 1990, data from EPIC cohort, a prospective cohort involving ~520,000 participants who have been followed-up in 23 centers from 10 European countries, and data from PMP, a prospective study of ~700 melanoma patients diagnosed in Queensland between 2010 and 2014. Additionally, data from the literature were summarized and pooled in a systematic review and meta-analysis.Our results suggest that adherence to the Mediterranean diet is associated with a lower skin cancer risk in women, particularly melanoma and basal-cell carcinoma. Intake of supplements in beta-carotene, vitamin A or E was associated with an increased keratinocyte cancer risk in women. In addition, we found positive linear relationships between citrus intake and skin cancer risk, which were mostly driven by associations with keratinocyte cancers, and between alcohol consumption and overall skin cancer risk. However, our results also suggest that people with high meat, fish, and fat intakes, who thus consumed relatively high levels of omega-3 and high omega-6 fatty acid intakes, are more likely to be diagnosed with thick than thin melanomas. In the meta-analysis, we found positive associations between serum 25(OH)D levels and melanoma and keratinocyte cancer risk.This project highlighted complex relationships between nutritional factors and the risk of skin cancers. It also raised several questions that could be considered for further study. If replicated and confirmed in future research, these findings may ultimately have important implications in skin cancer prevention.Keyword: skin cancer ; Mediterranean diet ; antioxidant supplements ; citrus ; alcohol ; dietary pattern; vitamin D; prospective cohort; meta-analysis


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Paris-Saclay. DiBISO. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.