Lois, normes et performance en Grèce ancienne, du VIIIe au Ve siècle

par Antoine Chabod

Thèse de doctorat en Histoire

Sous la direction de Vincent Azoulay.

Soutenue le 05-12-2020

à Paris Est , dans le cadre de Ecole doctorale Cultures et Sociétés (Créteil ; 2015-....) , en partenariat avec Laboratoire Analyse Comparée des Pouvoirs (Champs-sur-Marne, Seine-et-Marne) (laboratoire) et de Laboratoire Analyse Comparée des Pouvoirs (Champs-sur-Marne, Seine-et-Marne) (laboratoire) .

Le président du jury était Madalina Dana.

Le jury était composé de Vincent Azoulay, Patrice Brun, Alain Duplouy, Silvia Milanezi, Rosalind Thomas.

Les rapporteurs étaient Patrice Brun.


  • Résumé

    Comment les Grecs anciens s’informaient-ils des lois en vigueur dans leur cité ? Consultaient-ils des inscriptions sur pierre ou sur bronze, affichées au milieu de l’espace public, comme on le croit souvent ? En considérant les inscriptions normatives dans leur matérialité plutôt que comme des textes ordonnant une lecture, on se propose d’interpréter différemment leurs usages. On constate notamment qu’elles ne sont pas affichées dans l’espace public avant la fin du Ve siècle. Elles s’amoncèlent au contraire dans quelques sanctuaires et partagent bien des similitudes avec les offrandes. C’est l’un des faits qui questionne la part de l’écriture dans la transmission du droit grec. L’oralité, en revanche, est omniprésente. Les inscriptions elles-mêmes attestent de l’efficacité normative d’une grande variété d’actes de langage et l’étymologie des mots du droit évoque également des paroles efficaces. Cette oralité du droit grec conduit à relativiser l’importance des lois formelles dans la cité au profit de la coutume. Jusqu’au Ve siècle au moins, ce sont les habitudes ancestrales qui constituent l’essentiel du droit des cités. Or ces coutumes dépendent d’une parole d’autorité, fréquemment assumée par les poètes. Quelques témoignages tardifs gardent le souvenir de temps reculés où l’on chantait la loi. Plus encore, les poètes grecs s’emploient à mettre en musique les coutumes tandis que les cités entretiennent des récits héroïques où des poètes inspirés sauvent les citoyens des ravages de la guerre civile. Les expressions du droit grec archaïque et classique paraissent donc être variées, et bien plus originales qu’on ne le pense

  • Titre traduit

    Laws, Norms and Performance in Ancient Greece, from 8th to 5th century


  • Résumé

    How did the ancient Greeks get informed about the applicable laws in their city? Did they consult the inscriptions, on stone or bronze, displayed in the middle of the public sphere, as it is so often believed? Considering the normative inscriptions in their materiality rather than as writings commanding a reading, the intention is to propose a different interpretation of their uses. In particular, they are not displayed in the public sphere before the end of the 5th century. They are accumulated on the contrary in a few sanctuaries and share, as such, many similarities with offerings. This is one of the facts that questions the role of writing in the transmission of Greek Law. Orality, however, is omnipresent. The inscriptions themselves assert the normative efficiency of a great variety of speech acts and the etymology of the words of Law also evocates efficient speech. The orality of Greek Law relativizes the importance of statutory laws in the city in favour of the custom. Until the 5th century at least, it is the ancestral ways, which form most of the Law of the city. Yet, these customs depend upon an authority of speech, frequently held by the poets. A few late testimonies keep the memory former times when people sang the law. Even more so, the Greek poets are in charge of putting the customs into music, while the cities nurture heroic tales in which inspired poets save the citizens from the rampage of a civil war. The expressions of Archaic and Classic Greek Law appear therefore to be diversified, and much more creative than it might seem



Le texte intégral de cette thèse sera accessible librement à partir du 22-12-2022

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Communautés d’Universités et d'Etablissements Université Paris-Est. Bibliothèque universitaire.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.