Quand la filière sort du bois : les nouvelles dynamiques territoriales des ressources et des proximités au sein du secteur forêt-bois : construction de stratégies alternatives dans les massifs des Vosges et du Jura

par Jonathan Lenglet

Thèse de doctorat en Géographie

Sous la direction de Laurent Simon et de Meriem Fournier.

Le président du jury était André Torre.

Le jury était composé de Laurent Simon, Meriem Fournier, Véronique Peyrache-Gadeau, Sébastien Bourdin, Vincent Banos.

Les rapporteurs étaient Christophe Beaurain, Leïla Kebir.


  • Résumé

    La filière forêt-bois s’est construite de longue date comme catégorie politique et statistique englobante, occultant souvent les dynamiques socio-spatiales qui la structurent. Les enjeux forts de durabilité auxquels elle est aujourd’hui confrontée invitent à questionner ses articulations avec les territoires, dans une perspective croisée de relocalisation et d’écologisation. Cette thèse cherche à comprendre dans quelle mesure et sous quelles formes se manifestent les nouvelles logiques territoriales au sein de la filière forêt-bois. Elle interroge également les conditions sous lesquelles ces dernières peuvent devenir des leviers permettant l’émergence d’innovations. Nous proposons d’explorer les points d’achoppement entre filière et territoire à travers le double prisme d’une montée en puissance de dynamiques institutionnelles locales, publiques ou privées, et d’attentes environnementales et sociales qui pèsent de plus en plus fortement sur le secteur. Ce travail repose principalement sur une enquête de terrain, réalisée sur les massifs des Vosges et du Jura, à la rencontre des acteurs de la filière et des territoires (forestiers, transformateurs, animateurs, élus). Le cadre théorique et analytique déployé emprunte à la géographie et à l’économie territoriale et s’appuie principalement sur les apports conceptuels proposés par l’école de la proximité et les approches institutionnelles et territoriales de la dynamique des ressources. A travers l’analyse de plusieurs cas d’étude (contractualisation, circuits-courts, labellisation, stratégies de développement territorial), nous montrons comment s’établissent des liens et s’activent les proximités entre les collectifs d’acteurs, les structures et les institutions. Dans la quasi-totalité des configurations observées, la gestion et la construction commune des ressources forestières, ainsi que les modalités de leur valorisation au niveau territorial apparaissent comme les principales clés de compréhension des systèmes de production et de consommation. Nous montrons également que les articulations entre filière et territoire deviennent, dans le contexte actuel, un espace propice à l’émergence de postures à contre-pied, portant l’idée d’une transformation possible localement. Ce que contribue à montrer cette thèse est que le dynamisme territorial dont peut faire preuve le secteur forêt-bois contraste avec la description régulièrement faite d’un système inertiel et peu novateur. Cette perspective ouvre la voie à une compréhension de la filière comme organisation résiliaire encastrée dans des réalités territoriales diversifiées.

  • Titre traduit

    Out of the woods : new territory-based resources and proximity dynamics within the forestry sector : alternative development strategies in the Vosges and Jura mountains (France)


  • Résumé

    In France, the forest-wood sector has been long established as a political and statistical category, a vision which obscures the underlying socio-spatial dynamics. Today, the rising sustainability issues faced by both forestry and local stakeholders call for a reconsideration of the links between sector and territories. This thesis attempts to understand how and to what extent new territorial logics of action develop within the sector and elicits the conditions under which these can be a lever for innovation. We propose to explore the sticking points between sector and territory through the rise of local institutional dynamics in a context of growing social and environmental expectations. This work is based on a field survey primarily carried out in the Vosges and Jura mountains. We conducted semi-structured interviews with stakeholders involved in forest management and wood processing, as well as with institutional brokers, organisations and local authorities. The theoretical and analytical framework we use borrows from geography and territorial economics and is mainly based on the conceptual contributions proposed by the proximity school and the institutional and territorial approach to resource dynamics. Through the analysis of several case studies (contracts, short supply chains, labelling, territorial development strategies), we show how links are established and how proximity between groups of actors, structures and institutions are activated. In a majority of cases, the construction and monitoring of forest resources, as well as the ways and means of their valorisation at the territorial level, appear to be the main keys to understanding production and consumption systems. We also show that, in the current context, the links between sector and territory allow the emergence of alternative postures, supporting the idea that transformations are possible at the local level. We contribute to show that the forestry sector, although often described as inertial and non-innovative, can also bear potential for change when involved in territorial and trans-sectoral dynamics. This perspective suggest a more horizontal and network-based approach to the sector, embedded in territories’ diversity.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Bibliothèque électronique de l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.