La dynastie des pépiniéristes Baumann de Bollwiller et son influence sur l'horticulture et le goût des jardins (XVIIIe siècle - XXe siècle)

par Cécile Modanese

Thèse de doctorat en Histoire contemporaine

Sous la direction de Nicolas Stoskopf et de Bernard Jacqué.

Soutenue le 29-06-2020

à Mulhouse , dans le cadre de École doctorale Sciences humaines et sociales – Perspectives européennes (Strasbourg ; 2009-....) , en partenariat avec Centre de recherche sur les économies, les sociétés, les arts et les techniques (Mulhouse, Haut-Rhin) (laboratoire) et de Centre de Recherches sur les Économies- les Sociétés- les Arts et les Techniques / CRESAT (laboratoire) .


  • Résumé

    Les pépinières Baumann sont fondées à Bollwiller par Jean Baumann vers 1735. Révolutionnant les pratiques arboricoles d’alors, celui-ci créé pour son propre compte une pépinière d’arbres fruitiers à objectif mercantile. L’activité traverse la Révolution française et réalise une formidable ascension en trois générations. Elle connaît son heure de gloire au XIXe siècle, documentée notamment par des archives familiales et par des articles dans diverses revues horticoles du XIXe siècle. L’entreprise perdure non sans difficultés de transmission à travers six générations, jusqu’en 1969, mais sans jamais plus atteindre la renommée des Frères Baumann. Le succès extraordinaire de cette entreprise spécialisée au XIXe dans les arbres fruitiers et d’ornement, repose sur sa capacité à s’approvisionner et à reproduire des plantes rares et prisées. Elle se distingue par la qualité et la rareté de ses produits : camélia, séquoia géant, sophora pleureur... La pépinière se charge elle-même de la commercialisation des productions, sur un marché en expansion et en constante mutation. Ainsi, ces plantes participent à la propagation d’un goût nouveau : celui pour la végétation exotique, propice à l’évasion par la rêverie. Son champ d’activité principal de production d’arbres et d’arbustes est complété dès le début du XIXe siècle par le travail de « dessin de jardins », diffusant notamment en Alsace et en Suisse les jardins pittoresques. En étudiant cet établissement pionnier, qui se développe en amont de l’âge d’or de l’horticulture, la thèse éclaire un angle mort de la recherche historique à savoir l’histoire de l’horticulture, située à la croisée de plusieurs spécialités historiques reconnues. Cette étude s’insère à la fois dans l’histoire des entreprises, l’histoire agricole, l’histoire des sciences et dans l’histoire de l’art. Par ailleurs, elle met en avant l’importance de cette nouvelle activité économique : celle des pépinières, jouant le rôle du maillon manquant entre la plante rare et celle largement diffusée dans les jardins. L’étude incite enfin à aborder l’analyse patrimoniale des parcs et jardins, avec une place particulière pour l’étude des végétaux présents et utilisés pour la composition de ceux-ci.

  • Titre traduit

    The Baumann nurserymen’s dynasty from Bollwiller (France) and its influence on horticulture and garden art (18th century - 20th century)


  • Résumé

    The Baumann tree nurseries were established in Bollwiller around 1735 by Jean Baumann. Revolutionizing the arboricultural practices of the time, he sets up for his own account a profit-oriented fruit tree nursery. The activity gets over the French Revolution and achieves a remarkable growth over three generations. It reaches its moment of glory in the 19th century, as documented by family archives in particular and by articles in various 19th century horticultural magazines. Until 1969 and during six generations, the business remains family run, although not without transfer difficulties and never again reaching the Baumann Brother’s reputation. The overwhelming success of this company, which specialized in the 19th century in fruit and ornamental trees, is based on its ability to get hold of and reproduce rare and prized plants. It is characterized by the quality and rarity of its products: camellia, giant sequoia, sophora japonica pendula... The nursery takes responsibility for its own products’ marketing in a growing and ever changing market. Thus, these plants partake in spreading a new taste: that for exotic vegetation, conducive to daydreaming escape. Since the beginning of the 19th century, the main activity of trees and shrubs production has been completed by “gardens’ design” which contributed to disseminate picturesque gardens, in particular in Alsace (France) and Switzerland.By studying this pioneering company which developed prior to the golden age of horticulture, the thesis sheds light on a blind spot in historical research, namely the history of horticulture, located at the crossroads of several recognized specialties. Indeed, this study is incorporated in the history of business, of agriculture, of sciences and the history of art. Furthermore, it highlights the importance of a new economic activity: that of tree nurseries as a missing link between rare plants and those widely distributed in gardens. Finally, the thesis encourages to consider parks and gardens’ estate analysis, with a particular focus on the study of the current vegetation and of the plants used in their design.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.