La stratégie d'engagement des États-Unis dans le Sud à l'ère de la mondialisation

par Tewfik Hamel

Thèse de doctorat en HISTOIRE spécialité Histoire militaire

Sous la direction de Jacques Aben.

Le président du jury était Antoine Coppolani.

Le jury était composé de Jacques Aben.

Les rapporteurs étaient Anne-Sophie Millet-Devalle, Anne-Françoise Cammilleri.


  • Résumé

    Il y a des lacunes dans la littérature qui traite la politique étrangère des Etats-Unis. Considérer les attaques du 11 Septembre 2001, Pearl Harbor ou l’Union soviétique comme les seuls facteurs déterminants la politique américaine comporte des erreurs ; c’est ignorer le rôle des facteurs intérieurs dans la formulation et l’exécution de la politique étrangère des Etats-Unis. Dans le domaine de la sécurité nationale, vous ne pourriez pas étudier la politique d'un Etat sans comprendre le contexte historique. Pourtant, de nombreux analystes viennent à l’étude de la stratégie de sécurité nationale des Etats-Unis, sans ce contexte historique. C’est comme si 1941 ou 1945 étaient l'année « zéro ». Comme si le pays vivait dans un isolement vertueux alors que l’expansion est le mot descriptif de la « personnalité stratégique » américaine. Les racines de la stratégie nationale sont plus profondes que les calculs des décideurs politiques comme le montre l’engagement américain dans le Sud.L’engagement international des Etats-Unis, principalement motivé par des forces internes, ne commence pas avec Pearl Harbor, par exemple. Mais la Seconde guerre mondiale fut un moment décisif pour le système international émergeant. Le projet américain mondial qui a résulté cherchait à gérer une série de défis à l’ordre mondial axé sur les intérêts américains. Beaucoup d’obstacles avaient entravé cet ordre mondial : la sphère de coprospérité japonaise, le nouvel ordre allemand, le système de préférence impérial britannique, les empires européens, le nationalisme politico-économique du Tiers-Monde, l’antiétatisme et l’aversion d’une partie des Américains à l’engagement extérieur. Tous ces défis devaient être gérés et surmontés. La particularité de l’Union soviétique était d’être l’obstacle le plus important - le seul vrai contrepoids à la puissance américaine. Son effondrement a offert l’opportunité aux Etats-Unis d’utiliser leurs capacités pour exercer plus de contrôle sur le système international, accroître leur puissance et atteindre des objectifs anciens, désormais, sous couvert de la mondialisation.En effet, la notion de la mondialisation a joué un rôle dans les débats politique et stratégique américains dans l’après-guerre froide. Certes, le concept de la mondialisation est devenu le véhicule de la politique américaine, mais reflète aussi des transformations profondes dans l’organisation politique, économique et sociales des sociétés contemporaines et de la politique mondiale. Parce que le changement de discours n’est pas dissociable du changement de l’environnement physique et social, il ne s’agit pas donc de rejeter le terme comme synonyme de l’impérialisme américain, mais de comprendre comment les concepts sociologiques sont transformés par les décideurs politiques, et comment ils agissent pour encadrer les débats politiques. Par conséquent, placer l’engagement des Etats-Unis dans le « Sud Global » et le processus d'organisation internationale dans le cadre de changements globaux semble nécessaire pour saisir la particularité et les forces qui façonnent l’époque actuelle.

  • Titre traduit

    The engagement strategy United States in the South in the era of globalization


  • Résumé

    There are shortcomings in the literature dealing with the foreign policy of the United States. To consider the 9/11 attacks, Pearl Harbor or the Soviet Union as the only factors determining the American policy if wrong; that is forgetting that the intern factors also are important in the designing of this policy. It is impossible to study a state’s national security policy without understanding the historical context. Nevertheless, a number of analysts do this same thing. It is as if 1941 or 1945 were the “zero” year. As if this country was living in a virtuous isolation, when expansion is the good word to describe the “strategic personality” of the USA. The national strategy roots are deeper than the political deciders calculations as it is proven by the American engagement in the South.The United States international engagement, essentially motivated by internal motives, does not begin with Pearl harbor, for instance. But the Second World war has been a decisive moment for the emerging international system. The American project for the world was to deal with a number of challenges against the international order linked with American interests. This international order has suffered of a number of obstacles: the Co-Prosperity Japanese sphere; the German new order; the British system of Imperial Preference; the European empires; the Third World’s nationalism and the aversion of numerous Americans for the state and external engagement. All these challenges had to be confronted and overcome. The Soviet Union was the only real counterbalance to the American power. Its collapse was an opportunity for the United States to increase their control upon the international system, and to reach ancient objectives under the cover of Globalization.Indeed, the concept of Globalization has played a role in the political and strategical US debate, after the Cold War. Of course, the concept of globalization has become an instrument of American policy, but reflects also the deep transformations of the political, economic, and social organization of the contemporaneous societies and of the world policy. Because the changing of views is not separable of the physical and social environment changing, it is not a question of rejecting this term as a synonym of American imperialism, but to understand how the sociological concepts are transformed by the political deciders, and how they act to control the political debate. Consequently, to put the US engagement in the “Global South”, and the process organizing the international system in the frame of global changings seem to be necessary to understand the forces shaping the present time.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Bibliothèque universitaire Lettres et Sciences humaines (Montpellier).
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.