Du langage des médias et des politiques libanais et français sur les migrants : la représentation des réfugiés Syriens au Liban et en France entre identité, sens, contextes et traductions

par Marya-Initia Yammine

Thèse de doctorat en Sciences du langage

Sous la direction de Abdenbi Lachkar et de Tanios Njeim.

Le président du jury était Nicole Saliba-Chalhoub.

Le jury était composé de Véronique Traverso.

Les rapporteurs étaient Salam Diab-Duranton, Hayssam Kotob.


  • Résumé

    Langage, discours, cultures, médias, traduction et identité, six notions inextricablement liées constituent la pierre angulaire de notre recherche et guident notre réflexion qui admet que la langue n’est pas uniquement un système de sons et de signes, elle est plutôt un mode d’expression de la culture, et nous renvoie à notre identité, à l’altérité et à la collectivité.La présente étude se propose de faire une analyse lexico-discursive minutieuse et systématique de la manière dont les médias au Liban traitent les phénomènes migratoires surtout depuis la crise syrienne en 2011. En plus de se focaliser sur la valeur sémio-sémantique et lexico-grammaticale des mots désignant ou renvoyant aux migrants, elle tente de vérifier si le champ lexical du mot مهاجر (migrant) et ses variantes, dans ce contexte arabe, ressemble à celui des autres contextes non arabes, notamment français. Même si la traduction est une technique primordiale dans la compréhension du phénomène migratoire syrien depuis le début de la guerre en Syrie, nous avons opté pour la traduction en tant qu’interprétation et non en tant que technique. Cette étude tente aussi d’expliquer qu’une crise migrantoire constitue un phénomène socioculturel et géopolitique qu’il faut prendre en compte pour garantir une stabilité sociale dans les zones d’accueil.Il est à noter que cette thèse comprend deux volumes. Le premier volume s’intéresse à la partie théorique et pratique et le deuxième volume regroupe les données du corpus et les conditions de l’enquête de terrain.Le premier volume se consacre à l’étude des théories lexicales et énonciatives, spécifiquement celles qui traitent de la subjectivité du langage pour s’articuler ensuite sur la sémantique et la pragmatique. Elle prend comme support d’étude un corpus de presse écrite et numérique réunissant des articles de presse arabophones et francophones publiés au Liban entre 2013 et 2018. Après extraction des des occurrences, cooccurences, collocations et locutions portant sur le rapport réfugiés-migrants-déplacés, notre étude classe ces derniers puis les analyse en respactant l’ordre chronologique de leurs apparitions dans les discours politique et médiatiques libanais. Elle rend compte de l’ambiguïté, de l’opacité et de la confusion sémantiques marquant l’emploi du mot « migrant » et ses équivalents dans ces genres de discursifs. Notre étude se fonde donc sur l’analyse du discours, tout en s’inscrivant dans le cadre de la sémantique lexicale discursive et interprétative d’une part, et de la linguistique de corpus et de terrain, d’autre part. Elle compare les différentes catégorisations et représentations du mot « migrant » et ses resignifiants dans les discours politiques et médiatiques au Liban et en France. Les témoignages des « réfugiés » syriens au Liban que cette recherche expose permettent de comprendre le contexte géopolitique de la présence syrienne « bien justifiée » au Liban. Les résultats de l’analyse vont dans ce sens et démontrent la complexité du phénomène et son appréciation parodoxale par les sociétés d’accueil. Au début de la guerre, cet accueil était dominé par l’hospitalité des locaux mais qui s’est vite transformé en haine, colère, stigmatisation et criminalisation du migrant dans les discours identitaires, avec le temps.

  • Titre traduit

    The language of media and political Lebanese and French discourses about migrants : The representation of Syrian refugees in Lebanon and France between identity, meaning, contexts and translations


  • Résumé

    Language, discourse, culture, media, translation and identity are six inextricably linked conceptions that constitute the cornerstone of our research. They lead our thinking that acknowledges that the language is not reduced to a system of sounds and signs, it rather represents a modality for the expression of culture and takes us back to our identity, alterity and collectivity.This study offers to develop a meticulous, discursive and systematic analysis of the way the media in Lebanon tackle migratory phenomena, especially since the eruption of the Syrian crisis in 2011. In addition to focusing on the semio-semantic and lexico-grammatical value of the words designating or referring to migrants, it tends to verify whether the lexical field of the word مهاجر (migrant) and its variants within the Arabic context resembles to that of other non-Arabic contexts, namely the French one. Although translation is a key technique in understanding the Syrian migration phenomenon since the eruption of the war in Syria, we have opted for translation as an interpretation and not as a technique. This study also outlines the idea that a migratory crisis constitutes a sociocultural and geopolitical phenomenon that must be taken into consideration in order to guarantee a social stability in the reception zones.It is noteworthy that this thesis includes two volumes. The first volume focuses on the theoretical and practical part while the second volume combines the data of the corpus as well as the conditions of the field survey.The first volume aims at studying lexical and enunciation theories, especially those that deal with the subjectivity of the language, and deals with semantics and pragmatics. It takes as study support a collection of print media and digital press that gather francophone and Arabic-speaking newspaper articles published in Lebanon between 2013 and 2018. After the extraction of collocations and idioms focusing on the link between refugees-migrants-displaced persons, our study classifies them and then analyzes them while respecting the chronological order of their appearances in the Lebanese political and media discourses. It accounts for the ambiguity, opacity and semantic confusion marking the use of the word “migrant” and its equivalents in these discursive genres. Our study is therefore based on discourse analysis, while falling within the scope of discursive and interpretive lexical semantics on one hand, and linguistics of corpus and terrain on the other hand. It compares the different categorizations and representations of the word “migrant” and its “re-signifiers” in the political and media discourses in Lebanon and in France. The testimonies of Syrian refugees in Lebanon that this research exposes allow us to understand the geopolitical context of the “well justified” Syrian presence in Lebanon. The results of the analysis go in this direction and demonstrate the complexity of the phenomenon and its contradictory evaluation by the host societies. At the beginning of war, this reception was dominated by the hospitality of locals but it has transformed, over time, into hatred, anger, stigmatization and criminalization of the migrant within the identity discourses.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Bibliothèque universitaire Lettres et Sciences humaines (Montpellier).
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.