Du trotskysme à la social-démocratie : le courant lambertiste en France jusqu'en 1963

par Jean Hentzgen

Thèse de doctorat en Histoire

Sous la direction de John Barzman.

Le président du jury était Frédéric Sawicki.

Le jury était composé de Ludivine Bantigny, Michel Dreyfus.

Les rapporteurs étaient Frank Georgi.


  • Résumé

    Ce mémoire étudie un courant original de l’extrême gauche française : celui le plus souvent nommé « lambertiste » d’après le nom de son principal dirigeant, Pierre Lambert. La présente thèse examine sa genèse aux lendemains de la Libération puis son développement jusqu’en 1963. Ce groupe se constitue autour de quelques convictions comme un antistalinisme affirmé, la nécessité d’un fonctionnement rigoureux, la volonté d’agir « dans la classe » et la priorité donnée à l’action syndicale. Au cours de la période étudiée, il acquiert d’autres particularités comme l’anticléricalisme, un manque d’intérêt pour les révolutions coloniales ou la méfiance envers la modernité. Surtout, quand la direction de la IVe Internationale trotskyste prétend que le mouvement communiste international peut jouer un rôle progressiste, les lambertistes rompent avec elle. Désormais, ils ne cessent de dénoncer « les pablistes », Michel Pablo étant alors le dirigeant de la IVe. En revanche, ce courant politique se lie à une mouvance mêlant anarchistes, syndicalistes révolutionnaires et socialistes de gauche. Par ce biais, il se rapproche des réformistes, d’abord dans le domaine syndical puis, à la faveur de la guerre d’Algérie, dans la sphère politique. A la fin de la période étudiée, il est en passe de devenir un allié de la social-démocratie à l’extrême gauche.

  • Titre traduit

    From trotskyism to social democracy : the lambertist movement up to 1963.


  • Résumé

    This thesis studies a specific group of the French extreme left most often called « lambertist » after the name of its principal leader, Pierre Lambert. This research examines its genesis in the wake of the Liberation to its development until 1963. This organization is built around several convictions like an affirmed anti-stalinism, the necessity of a rigorous functioning, the will to act for the working class and the priority given to the unionist action. During the studied period, it acquires other characteristics such as anticlericalism, a lack of interest in colonial revolutions or a skepticism towards modernity. Above all, when the leadership of the fourth International trotskyist claims that the international communist movement can play a progressive role, the lambertists take their independence from these leaders. From now on, they keep criticizing the pablists, Michel Pablo being the leader of the fourth. Otherwise, the lambertists associate with a movement of anarchists, revolutionary trade unionists and left-wing socialists. In this way, they get closer to the reformists first in the trade union field, then, in favor of the Algerian war, in the political sphere. At the end of the studied period, the group is about to become an ally of social democracy at the extreme left.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Autre version

Du trotskysme à la social-démocratie : le courant lambertiste en France jusqu'en 1963


Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université du Havre. Service commun de la documentation. Bibliothèque centrale.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.

Consulter en bibliothèque

à

Informations

  • Sous le titre : Du trotskysme à la social-démocratie : le courant lambertiste en France jusqu'en 1963
  • Détails : 1 vol (538 p.)
La version de soutenance de cette thèse existe aussi sous forme papier.

Où se trouve cette thèse\u00a0?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.