La territorialisation des énergies renouvelables en France

par Ferdaous Roussafi

Thèse de doctorat en Sciences économiques

Sous la direction de Patricia Renou-Maissant.

Soutenue le 09-12-2019

à Normandie , dans le cadre de École doctorale économie-gestion Normandie (Caen) , en partenariat avec Université de Caen Normandie (établissement de préparation) et de Centre de recherche en économie et management (Rennes ; Caen ; 2004-....) (laboratoire) .

Le président du jury était Rafik Abdesselam.

Le jury était composé de Patricia Renou-Maissant, Frédéric Lantz, Marie-Estelle Binet, Isabelle Cadoret.

Les rapporteurs étaient Frédéric Lantz, Marie-Estelle Binet.


  • Résumé

    La transition énergétique vers des énergies bas-carbone est aujourd’hui un paradigme dominant des politiques publiques liées à l’énergie. Elle constitue un axe de travail central pour les régions françaises. L’évolution de leur rapport à l’énergie se situe à la fois en situation de filiation avec les expériences européennes et se place dans le sillage d’une incitation nationale à la transition.Cette thèse a pour objectif d’étudier la territorialisation de la production des énergies renouvelables (EnR) selon ses différentes origines (biomasse, solaire, géothermie, éolien et hydraulique). Nous proposons d’évaluer les performances des régions en matière de diversification du bouquet énergétique en 2015 et sur la période 1990-2015. Des méthodes d’analyse de données multidimensionnelles ont été employées. Une typologie des régions françaises caractéristique du développement régional des énergies renouvelables (EnR) en France en 2015 est proposée, elle met en évidence l’émergence de cinq profils types de développement des EnR très contrastés selon les filières d’EnR. L’analyse des données évolutives adoptée pour étudierla dynamique régionaleen termes de promotion des EnR sur la période 1990-2015met en évidence quatre sous-périodes de développement des EnR.La classification Ascendante Hiérarchique (CAH) sur chaque sous-périodea mis en exerguetrois types distincts de profils de développement des EnR et une certaine stabilité dans les trajectoires des régions. Cette structure très stable révèle que les disparités entre les régions au début des années 1990 ont persisté tout au long de la période.Enfin, l’étude des déterminants de la consommation des EnR à l’échelle régionale a permis d’identifier les principaux leviers favorisant leur déploiement. En effet, nous avons montré à travers l’estimation d’un modèle VECM, qu’à court terme, la croissance économique à la période passée mesurée par le taux de croissance du PIB réel affecte positivement la consommation des EnR, alors que les productions nucléaire et industrielle par habitant ont un impact négatif. A long terme, les estimations des modèles FM-OLS et DOLS indiquent que le niveau de développement de l’économie, mesurée par le logarithme du PIB par habitant impacte positivement la part d’EnR dans la consommation finale d’énergie. Les résultats montrent également que les dépenses en recherche et développement favorisent le recours aux EnR qui dépendent en grande partie de la densité de la population. Enfin, nous montrons qu’à l’échelle régionale, le poids des partis « verts » influence positivement l’essor des EnR.

  • Titre traduit

    The regional development of renewable energies in France


  • Résumé

    The energy transition to low-carbon energy is now a dominant paradigm in energy-related public policies. It is a central focus of work for the French regions. The evolution of their relationship with energy is both in line with European experiences and in the wake of a national incentive for transition. The objective of this thesis is to study the territorialization of renewable energy (RE) production according to its different origins (biomass, solar, geothermal, wind and hydro). We propose to assess the regions' performance in diversifying the energy mix in 2015 and over the period 1990-2015. Multidimensional data analysis methods were used. A typology of French regions characteristic of the regional development of renewable energies (RE) in France in 2015 is proposed, it highlights the emergence of five typical RE development profiles that are highly contrasted according to the RE sectors. The analysis of evolving data adopted to study regional dynamics in terms of RE promotion over the period 1990-2015 highlights four sub-periods of RE development. The Hierarchical Ascending Classification (HAC) over each sub-period has highlighted three distinct types of RE development profiles and a certain stability in the trajectories of the regions. This very stable structure shows that disparities between regions in the early 1990s persisted throughout the period. Finally, the study of the determinants of RE consumption at the regional level made it possible to identify the main levers favouring their deployment. Indeed, we have shown through the estimation of a VECM model that in the short term, past economic growth measured by the real GDP growth rate positively affects RE consumption, while nuclear and industrial production per capita have a negative impact. In the long term, estimates from the FM-OLS and DOLS models indicate that the level of economic development, measured by the logarithm of GDP per capita, has a positive impact on the share of RE in final energy consumption. The results also show that research and development spending favours the use of REs, which are largely dependent on population density. Finally, we show that at the regional level, the weight of "green" parties has a positive influence on the development of renewable energies.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université de Caen Normandie. Bibliothèque de ressources électroniques en ligne.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.