La fabrique nationale du patrimoine mondial : une étude politique de l'action publique patrimoniale en Turquie et à Diyarbakır

par Julien Boucly

Thèse de doctorat en Etudes politiques

Sous la direction de Nathalie Clayer.

Le président du jury était Patrick Le Galès.

Le jury était composé de Patrick Le Galès, Benjamin Gourisse, Maria Gravari-Barbas, Jean-François Pérouse.

Les rapporteurs étaient Benjamin Gourisse, Maria Gravari-Barbas.


  • Résumé

    Cette thèse analyse le fonctionnement d’un système d’action publique relatif à la production et à la gestion du patrimoine culturel et du patrimoine mondial en Turquie. Dans une démarche de sociologie politique, une attention particulière est portée sur les interactions entre institutions étatiques et organisations civiles et sur les multi-positionnements individuels et collectifs. Les enquêtes menées à Istanbul, Ankara, dans la région kurde, sur plusieurs sites du patrimoine mondial à travers l’ensemble du pays et au sein des arènes de l’UNESCO permettent d’explorer en profondeur les mécanismes de l’action publique et les circulations des experts du patrimoine mondial. Plus spécifiquement, à travers le cas du site de Diyarbakır, inscrit au patrimoine mondial en juillet 2015 et sinistré par des combats armés dès la fin de la même année, il est possible de montrer que l’expérience de transfert du programme du patrimoine mondial ne peut être comprise qu’à travers une étude politique des relations et des modalités d’exercice du pouvoir aux niveaux local, régional et national. La fabrique du patrimoine et du patrimoine mondial s’opère selon une succession d’appropriations et de manipulations de concepts et instruments d’action publique suscitant la création de produits hybrides, d’objets patrimoniaux situés entre métaculture unesquienne et représentations nationalistes.

  • Titre traduit

    The National Production of World Heritage : a Political Study of Public Action on Heritage in Turkey and in Diyarbakır


  • Résumé

    This PhD dissertation analyses the public action system related to the production and management of cultural heritage and World Heritage in Turkey. In a political sociology approach, particular attention is given to the interactions between state institutions and civil organisations and to the multi-positionings of individuals and collectives. Field research conducted in Istanbul, Ankara, in the Kurdish region, at various World Heritage sites throughout the country, as well as within the UNESCO arenas themselves, enables an in-depth exploration of public action mechanisms and of the circulation of World Heritage experts. The specific case of the site of Diyarbakir, inscribed on the World Heritage list since July 2015 and deeply affected by armed conflict at the end of the same year, illustrates how the experiences of transfer of the World Heritage program can only be understood through a political study of the relations and modalities of the exercise of political power at the local, regional and national levels. The making of heritage and World Heritage proceeds from a sequence of appropriations and manipulations of concepts and public action tools. These mechanisms create hybrid products, heritage objects located between unesquian metaculture and nationalist representations.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : École des hautes études en sciences sociales. Thèses.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.