Approche phytosociologique et symphytosociologique des végétations et des paysages du Bas-Vivarais (nord du Bassin méditerranéen français)

par Guillaume Choisnet

Thèse de doctorat en Urbanisme et aménagement du territoire

Sous la direction de Frédéric Bioret et de Vincent Boullet.

Soutenue le 22-01-2019

à Brest , dans le cadre de École doctorale Sociétés, temps, territoires (Angers) , en partenariat avec Institut de géoarchitecture (laboratoire) .

Le président du jury était Bernard Etlicher.

Le jury était composé de Frédéric Bioret, Vincent Boullet, Bernard Etlicher, Gilles Thébaud, Pauline Delbosc, Arnault Lalanne.

Les rapporteurs étaient Bernard Etlicher, Gilles Thébaud.


  • Résumé

    S’étendant sur environ 1800 km², le Bas-Vivarais correspond à la partie sédimentaire du département de l’Ardèche située en bordure sud-est du Massif central. Du fait d’une lithologie et d’une géomorphologie variées, d’un contexte climatique s’inscrivant dans un gradient latitudinal de ‘’méditerranéité’’, la végétation du Bas-Vivarais, malgré une certaine homogénéité apparente, est hautement diversifiée et s’avère originale par rapport aux végétations du reste du Bassin méditerranéen. En appliquant les préconisations méthodologiques de la phytosociologie braun-blanqueto-tüxénienne et de la (géo)symphytosociologie franco-espagnole, une étude des groupements végétaux et des complexes de groupements végétaux a été entreprise, permettant, à partir de 2 619 relevés et 388 synrelevés de mettre en évidence 144 associations et groupements, dont 58 apparaissent nouveaux, ainsi que 22 synassociations et hypogéosynassociations. L’étude phytosociologique permet de compléter la connaissance des végétations méditerranéennes et de proposer un cadre d’analyse s’appuyant sur des critères synécologiques, structuraux et synchorologiques transposables à l’ensemble du bassin méditerranéen. L’étude des complexes de groupements réalisée suivant la méthodologie franco-espagnole de la phytosociologie paysagère, montre, dans le Bas-Vivarais, les limites d’une approche fondée sur une démarche purement phytodynamique et sériale et oblige de retourner aux fondamentaux de la phytosociologie intégrée inductive, c’est-à-dire la description causale de synassociations écologiquement homogènes par la mise en évidence de combinaisons répétitives de syntaxons. Des préconisations méthodologiques sont donc proposées pour la délimitation in situ des complexes de groupements et la caractérisation d’unités homogènes sur le plan synécologique et physionomique.

  • Titre traduit

    Phytosociological and symphytosociological approach of vegetations and landscapes of Bas- Vivarais (north of French Mediterranean Bassin)


  • Résumé

    Occupying about 1800 km², the Bas-Vivarais Region corresponds to the sedimentary part of the Ardèche department, located on the south-eastern edge of the Massif Central. Due to varied lithology and geomorphology features, to a climatic context forming part of a latitudinal mediterranean gradient, and despite an apparent homogeneity, the vegetation appears to be very diversified and original, compared to the vegetation of the rest of the Mediterranean Basin.The study of plant communities and complexes communities was undertaken following the principles of the Braun-Blanqueto-Tüxenian phytosociology and on the methodology of the French-Spanish (geo)synphytosociology. The analysis of 2.619 relevés and 388 synrelevés allows to highlight 144 syntaxa of association level among which 58 units appear new, 54 synassociations and hypogeosynassociations.The phytosociological study allows to increase the knowledge about Mediterranean vegetations and proposes a analysis framework based on synecological and structural and synchorological criteria that can be transposed to the entire Mediterranean basin.In the Bas-Vivarais, the study of the complexes (groups) of communities following the French-Spanish methodology, shows the limits of community complexes study based on a purely phytodynamic and serial approach. It obliges to come back to the fundamentals of integrated inductive landscape phytosociology, (TÜXEN 1973, 1979), that is to say the causal description of ecologically homogeneous synassociations through the demonstration of repetitive combinations of communities. Methodological recommendations are therefore proposed for the in situ delineation of communities complexes and the characterization of homogeneous units both at synecological and physiognomic levels.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université de Bretagne occidentale (Brest). Service commun de documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.