Expressions et organisation des personnes adoptées d'origine étrangère en France depuis les années 1980

par Hélène Laffitte

Thèse de doctorat en Histoire contemporaine

Sous la direction de Yves Denéchère et de Claudine Veuillet-Combier.

Soutenue le 20-12-2019

à Angers , dans le cadre de École doctorale Sociétés, temps, territoires (Angers) , en partenariat avec Temps, Mondes, Sociétés (2015-...) (équipe de recherche) .

Le président du jury était Frédéric Chauvaud.

Le jury était composé de Sébastien Roux.

Les rapporteurs étaient Frédéric Chauvaud, Irène Théry.


  • Résumé

    Le temps passant et les générations d’enfants devenant adultes, des personnes adoptées ont revendiqué un droit à la parole, à l’expression de leurs vécus et se sont rassemblées pour porter communément leur voix sur la scène publique. Des générations d’enfants adoptés sont devenues aujourd’hui des adultes capables de s’exprimer sur le sujet et sont parfois organisées en associations. Aujourd’hui, les organisations de personnes adoptées souhaitent être reconnues en tant qu’acteur à part entière de l’adoption au sein des institutions françaises de l’adoption, composées majoritairement d’associations de familles adoptives et professionnels de l’adoption, souvent eux-mêmes parents adoptifs. Ces associations de personnes adoptées souhaitent qu’une véritable réflexion soit possible afin d’améliorer le devenir adulte des enfants adoptés en recentrant le débat sur la personne adoptée elle-même et en la prenant comme point de départ de la réflexion. Ainsi a été créée en 1995 l’association Racines Coréennes, et en 2005, la Voix des Adoptés, par des jeunes adultes d’origines sud-américaines, puis en 2012, le Conseil national des adoptés, à l’initiative de responsables d’associations impliqués dans l’adoption, qui considèrent que les personnes adoptées ont une parole à porter. Au-delà de l’expression de soi, l’analyse des discours individuels et groupaux qui s’étend des récits numériques aux plaidoyers d’associations d’adoptés relève d’une stratégie d’agentivité visant à affirmer une posture citoyenne et à légitimer leur posture d’experts de l’adoption.

  • Titre traduit

    Expressions and organization of adopted persons of foreign origin in France since the 1980s


  • Résumé

    As time has passed and generations of children have become adults, adoptees have claimed a right to speak out, to express their experiences and have come together to bring their voices to the public stage. Generations of adopted children have become adults capable of expressing themselves on the subject and are sometimes organised in associations. Today, adoptees' organisations wish to be recognised as full-fledged actors in adoption within the French adoption institutions, which are mainly composed of associations of adoptive families and adoption professionals, often adoptive parents themselves. These associations of adopted persons wish that a real reflection be possible in order to improve the adult future of adopted children by refocusing the debate on the adopted person himself/herself and by taking him/her as the starting point for the reflection. This is how the association Racines Coréennes was created in 1995, and in 2005, the Voix des Adoptés, by young adults of South American origin, and then in 2012, the Conseil national des adoptés, on the initiative of leaders of associations involved in adoption, who consider that adopted persons have a voice to bear. Beyond self-expression, the analysis of individual and group discourses, which extends from digital narratives to the pleas of adoptee associations, is part of a strategy of agentivity aimed at asserting a civic posture and legitimising their position as adoption experts.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université d'Angers. Service commun de la documentation. Section Lettres - Sciences.
  • Bibliothèque : Université d'Angers. Service commun de la documentation. Section Droit - Economie - Santé.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.