Optimisation des posologies des antiépileptiques chez l’enfant à partir de données pharmacocinétiques pédiatriques et adultesOptimisation des posologies des antiépileptiques chez l’enfant à partir de données pharmacocinétiques pédiatriques et adultes

par Christelle Rodrigues

Thèse de doctorat en Neurosciences

Sous la direction de Vincent Jullien et de Emmanuelle Comets.

Soutenue le 28-11-2018

à Sorbonne Paris Cité , dans le cadre de École doctorale Cerveau, cognition, comportement (Paris) , en partenariat avec Université Paris Descartes (1970-2019) (établissement de préparation) et de Epilepsies de l'Enfant et Plasticité Cérébrale / U1129 (laboratoire) .

Le président du jury était Sarah Zohar.

Le jury était composé de Vincent Jullien, Emmanuelle Comets, Sarah Zohar, Behrouz Kassai Koupai, Sylvain Goutelle, Aurélie Barrail.

Les rapporteurs étaient Behrouz Kassai Koupai, Sylvain Goutelle.


  • Résumé

    Les enfants diffèrent des adultes non seulement en termes de dimension corporelle mais aussi en termes physiologiques. En effet, les phénomènes de développement et maturation interviennent au cours de la croissance. Ces processus ne sont pas linéaires et induisent des différences pharmacocinétiques et pharmacodynamiques. Ainsi, contrairement à la pratique commune, il n’est pas approprié de déterminer les posologies pédiatriques directement à partir des doses adultes. Étudier la pharmacocinétique chez l’enfant est fondamental pour pouvoir déterminer les posologies à administrer. La méthodologie idéale est l’analyse de population à travers des modèles non-linéaires à effets mixtes. Cependant, même si cette méthode permet l’analyse de données éparses et déséquilibrées, le manque de données individuelles doit être compensé par l’inclusion de plus d’individus. Cela pose un problème lorsque l’indication du traitement est une maladie rare, comme le sont les syndromes épileptiques de l’enfance. Dans ce cas, l’extrapolation de modèles adultes à la population pédiatrique peut s’avérer avantageuse. L’objectif de ce travail de thèse était d’évaluer les recommandations posologiques d’antiépileptiques lorsque des données pharmacocinétiques pédiatriques sont suffisamment informatives pour permettre la construction d’un modèle, ou lorsque celles-ci ne sont pas suffisamment importantes ou ne peuvent pas être exploitées correctement. Dans un premier temps, un modèle parent-métabolite de l’oxcarbazépine et de son dérivé mono-hydroxylé (MHD) a été développé chez l’enfant épileptique âgé de 2 à 12 ans. Ce modèle a permis de mettre en évidence que les plus jeunes enfants nécessitent des doses plus élevées, ainsi que les patients co-traités avec des inducteurs enzymatiques. Un modèle a aussi été développé pour les enfants épileptiques de 1 à 18 ans traités avec la formulation de microsphères à libération prolongée d’acide valproïque. Ce modèle a tenu en compte le flip-flop associé à la formulation et la relation non-linéaire entre la clairance et la dose due à la liaison protéique saturable de façon mécanistique. Encore une fois, il a été mis en évidence le besoin de doses plus élevées pour les enfants plus jeunes. Puis, un modèle adulte du vigabatrin a été extrapolé à l’enfant pour déterminer les posologies permettant d’atteindre des expositions similaires à l’adulte pour traiter les épilepsies focales résistantes. A partir des résultats obtenus, qui sont en accord avec les conclusions d’essais cliniques, nous avons pu proposer une dose de maintenance idéale dans cette indication. Enfin, nous avons étudié la pertinence de l’extrapolation par allométrie théorique dans un contexte de non-linéarité avec l’exemple du stiripentol. Nous avons pu en conclure que cette méthode semble apporter de bonnes prédictions à partir de l’âge de 8 ans, contrairement aux molécules à élimination linéaire où cela semble correct à partir de 5 ans. En conclusion, nous avons pu tester et comparer différentes approches pour aider à la détermination de recommandations posologiques chez l’enfant. L’étude de la pharmacocinétique pédiatrique par des essais spécifiques reste indispensable au bon usage du médicament.

  • Titre traduit

    Posology optimization of antiepileptic drugs in children using adult and pediatric pharmacokinetic data


  • Résumé

    Children greatly differ from adults not only in terms of size but also in physiological terms. Indeed, developmental changes occur during growth due to maturation. These processes occur in a nonlinear fashion and can cause pharmacokinetic and pharmacodynamic differences. Thus, oppositely to common practice, it is not appropriate to scale pediatric doses directly and linearly from adults. The study of pharmacokinetics in children is then essential to determine those pediatric dosages. The more commonly used methodology is population analysis through non-linear mixed effects models. This method allows the analysis of sparse and unbalanced data. In return, the lack of individual data has to be balanced with the inclusion of more individuals. This can be a problem when the indication of treatment is a rare disease, as are epileptic syndromes of childhood. In this case, extrapolation of adult pharmacokinetic models to the pediatric population may be interesting. The objective of this thesis was to evaluate the dosage recommendations of antiepileptic drugs when pediatric pharmacokinetic data are sufficient to be modeled, and when they are not, extrapolating adequately adult information. Firstly, a parent-metabolite model of oxcarbazepine and its monohydroxy derivative (MHD) was developed in epileptic children aged 2 to 12 years. This model showed that younger children require higher doses, as well as patients co-treated with enzyme inducers. A model was also developed for epileptic children aged 1 to 18 years treated with a valproic acid sustained release microsphere formulation. This model took into account the flip-flop associated with the formulation and the non-linear relationship between clearance and dose caused by a saturable protein binding. Again, the need for higher doses for younger children was highlighted. Then, an adult model of vigabatrin was extrapolated to children to determine which doses allow to achieve exposures similar to adults in resistant focal onset seizures. From the results obtained, which are in agreement with the conclusions of clinical trials, we have been able to propose an ideal maintenance dose for this indication. Finally, we studied the relevance of extrapolation by theoretical allometry in a context of non-linearity with the example of stiripentol. We concluded that this method seems to provide good predictions from the age of 8, unlike the linear elimination molecules where it seems correct from 5 years. In conclusion, we were able to test and compare different approaches to help determine dosing recommendations in children. The study of pediatric pharmacokinetics in specific trials remains essential for the proper use of drugs.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Paris Descartes-Bibliothèque électronique. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.