The decline and fall of the coffee sector in Kenya : a case study of the Murang’a region and Taita Hills

par Sarah Achola

Thèse de doctorat en Études rurales

  • Titre traduit

    Déclin et chute du secteur café au Kenya : étude de cas de la région de Murang'a et des collines Taita


  • Résumé

    Cette thèse vise à établir les causes du déclin de la production de café au Kenya en étudiant l'environnement décisionnel du petit producteur de café. L'étude a été menée sur les collines Taita, où la production de café a diminué jusqu'au point de cessation et dans le comté de Murang'a, une importante région productrice de café au Kenya, où l’on observe actuellement une tendance à la baisse de la production. L'étude vise à déterminer quel rôle le café jouera dans un nouveau contexte de production, dans lequel la décision de cultiver le café n'est pas contrôlée directement par l'État, mais repose uniquement sur les petits exploitants agricoles. L'étude montre qu'il existe une différence inhérente dans la façon dont le café est considéré par deux grandes générations d'agriculteurs, ceux au-dessus de 60 ans et ceux en dessous de 30 ans. Tandis que l'ancienne génération considère qu'il s'agit d'une culture prestigieuse à cultiver et que celle-ci fonde leur identité propre, la jeune génération lie la culture du café à une forme d’esclavage économique, en raison des pertes financières subies pendant sa production. Par ailleurs, on a pu observer une dégradation des systèmes de soutien aux petits exploitants agricoles tels que les coopératives de café, qui ne remplissent plus les rôles qui leurs avaient été mandatés. Nous avons constaté l’augmentation des moyens de subsistance concurrents et alternatifs que les agriculteurs trouvent plus rentables que l'agriculture de café. Bien que la production de café soit maintenue, le soin donné à la parcelle de café dépend directement du revenu généré par les autres activités économiques à la ferme. En conclusion, notre thèse souligne la diminution de l'importance du café dans le ménage des petits fermiers. Finalement, pour que la culture du café se poursuive et pour garantir son financement, il est nécessaire pour les petits producteurs de s'engager dans d'autres activités agricoles alternatives mais également hors secteur agricole.


  • Résumé

    The study aims to establish the causes of coffee production decline in Kenya by studying the decision making environment of the smallholder coffee farmer. The study was conducted in the Taita Hills, where coffee production has declined to the point of cessation and in Murang’a County, a major coffee producing zone in Kenya, where a declining trend in production is currently being observed. The study seeks to establish what role coffee will play in a new production context whereby the decision to farm coffee is not directly state controlled but solely rests with the smallholder farmers. Using a mixed method approach, the study establishes that there is an inherent difference in the way coffee is regarded by two generations of farmers (above 60 years and below 30 years), whereas the older generation considers it to be a prestigious crop to cultivate and find identity in, the younger generation considers coffee cultivation to be economic slavery due to losses incurred in its cultivation. In addition, there has been a degradation of the support-systems for the smallholder farmers such as the coffee cooperative societies which are not fulfilling their mandated roles, such as input supplies and affordable credit services. In the two study areas, it was found that there are competing and alternative livelihoods which the farmers find to be more profitable than coffee farming which they engage in , although coffee is still produced, the care given to the coffee plot is dependent on income from other economic activities on the farm. In conclusion, the study finds that the importance of coffee in the smallholder coffee farmer household has diminished. Its production is mainly done as a form of loyalty to the early years of coffee production when the farmers earned a profit from its cultivation. It is concluded that for coffee cultivation to continue, it is necessary to engage in other alternative on-farm and off farm economic activities in order to fund coffee production.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Toulouse Jean Jaurès. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.