The "other-voice" effect : how speaker identity and language familiarity influence the way we process emotional speech

par Laura Rachman

Thèse de doctorat en Neurosciences cognitives

Sous la direction de Stéphanie Dubal et de Jean-Julien Aucouturier.

Le président du jury était Mohamed Chetouani.

Le jury était composé de Disa Sauter, Marie Gomot.

Les rapporteurs étaient Sonja A. Kotz, Pascal Belin.

  • Titre traduit

    L'effet «autre voix» : comment l'identité du locuteur et la connaissance de la langue influencent le traitement de la parole émotionnelle


  • Résumé

    L’objectif théorique de cette thèse est d’étudier le rôle de la familiarité vocale sur le traitement de la voix émotionnelle. Les chapitres 2 et 3 présentent des études comportementales et électrophysiologiques portant sur les contributions spécifiques de la voix du self et la voix de l’autre sur le traitement de la parole émotionnelle. En comparant le self et l’autre, la familiarité est évaluée ici à un niveau personnel. Les résultats du chapitre 2 montrent une dissociation chez les participants des traitements explicites et implicites de leur propre voix. Alors que la discrimination explicite de leur propre voix émotionnelle est réduite, le traitement implicite de soi entraîne un avantage pour la reconnaissance des émotions et la discrimination du locuteur. Le chapitre 3 montre que les voix inconnues sont priorisées par rapport à la voix du self dans le traitement des changements émotionnels et acoustiques de bas niveau, par des réponses électrophysiologiques (EEG) et comportementales plus rapides. Au chapitre 4, l’effet de la familiarité sur la perception des émotions vocales est évalué au niveau socioculturel en comparant la langue maternelle et étrangère. Au travers de ces études, cette thèse met en évidence les différentes manières par lesquelles «l’étrangeté» d’une voix - qu’il s’agisse d’un locuteur autre que le soi ou d’une langue étrangère - est traitée avec une priorité plus élevée, mais une précision acoustique diminuée.


  • Résumé

    The human voice is a powerful tool to convey emotions. Humans hear voices on a daily basis and are able to rapidly extract relevant information to successfully interact with others. The theoretical aim of this thesis is to investigate the role of familiarity on emotional voice processing. Chapters 2 and 3 present behavioral and electrophysiological studies investigating how self- versus non self-produced voices influence the processing of emotional speech utterances. By contrasting self and other, familiarity is here assessed at a personal level. The results of Chapter 2 show a dissociation of explicit and implicit processing of the self-voice. While explicit discrimination of an emotional self-voice and other-voice was somewhat impaired, implicit self-processing prompted a self-advantage in emotion recognition and speaker discrimination. Chapter 3 reports a prioritization for the non-self voice in the processing of emotional and low-level acoustic changes, reflected in faster electrophysiological (EEG) and behavioral responses. In Chapter 4, the effect of voice familiarity on is assessed at a larger sociocultural scale by comparing speech utterances in the native and a foreign language. Taken together, this thesis highlights some ways in which the ‘otherness’ of a voice - whether a non-self speaker or a foreign language speaker - is processed with a higher priority on the one hand, but with less acoustic precision on the other hand.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Sorbonne Université. Bibliothèque des thèses électroniques.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.