Sociologie de la connaissance du chiisme dans l'espace des savoirs sur l'Iran en France (1947-2010)

par Morvarid Ayaz

Thèse de doctorat en Sociologie

Sous la direction de Jean-Paul Willaime.

Soutenue le 12-01-2018

à Paris Sciences et Lettres , dans le cadre de École doctorale de l'École pratique des hautes études (Paris) , en partenariat avec École pratique des hautes études (Paris) (Établissement de préparation de la thèse) et de Groupe Sociétés, Religions, Laïcités (Paris) (laboratoire) .

Le président du jury était Mohammad Ali Amir-Moezzi.

Le jury était composé de Jean-Paul Willaime, Mohammad Ali Amir-Moezzi, Roland Lardinois, Oliver Bast.

Les rapporteurs étaient Christian Bromberger, Roland Lardinois.


  • Résumé

    Dans l’espace des savoirs sur l’Iran, les énoncés concernant sa dimension religieuse ne sont pas rares. Au contraire, cet espace déborde de travaux qui ont, soit la religion pour objet principal d’analyse, soit une place primordiale pour la religion en en faisant le facteur par excellence de la compréhension de la société, de la culture et de la politique iraniennes. Reconnu en tant qu’une tradition spirituelle, ésotérique et mystique de l’islam dans la période de l’institutionnalisation des études iraniennes, en France, le chiisme fait objet de controverses intellectuelles après sa mise en action par les révolutionnaires de 1978-1979 et l’instauration de la République islamique d’Iran. Dépassant les cadres interprétatifs sclérosés de la connaissance du chiisme par les philosophes, les spécialistes des sciences religieuses et ceux de la civilisation iranienne, ce sont désormais les praticiens en sciences sociales qui prennent le relais pour la formation des discours scientifiques à ce sujet. Cette bifurcation d’objet, liée autant aux faits qu’aux orientations épistémiques, didactiques et idéologiques, va de pair avec l’agir de la conjoncture sociopolitique sur les conditions de possibilité du savoir pour que la problématisation de la question du chiisme constitue un éventail difficile et imprévisible. En partant d’une approche constructiviste, cette thèse entend donner à voir les composants scientifiques mais aussi extrascientifiques qui orientent la problématisation du chiisme dans l’espace des savoirs sur l’Iran en France de 1947 à 2010.

  • Titre traduit

    The sociology of knowledge of Shiism in the space of knowledge on Iran in France (1947-2010)


  • Résumé

    Since the establishment of renewed Iranian Studies in Post-War period, the academic study of Iran has been growing abundantly in France. In this scientific space of knowledge, the question of “shi’isme” has been evoked prominently through philosophical and spiritual patterns since it became more controversial after the revolution of 1979 and the revival of “shi’isme” as an ideological mean of defying the imperial regime. This led to an epistemological and institutional rupture related to different theoretical and methodological patterns within disciplines and thought systems associated with the construction of “shi’isme” as an object of scientific enquiries. The rise of intellectual controversies between spiritual and historicized frameworks that oriented the production of discourses on “shi’isme” challenges the scientific and epistemological patterns of knowledge construction, as well as ideological and socio-political ones. This study attempts to provide a constructivist approach to the advent and the evolution of scientific discourses on “shi’isme” in France from 1947 to 2010, through a socio-historical viewpoint of the sociology of knowledge. Institutional patterns, epistemological criteria and sociological components will be put together to illustrate a comprehensive mapping of discourse structuration on “shi’isme” in the French space of knowledge on Iran.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : PSL. EPHE. Thèses électroniques.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.