Analyse des musiques d'informatique, vers une intégration de l'artefact : propositions théoriques et application sur Jupiter (1987) de Philippe Manoury

par Maxence Larrieu

Thèse de doctorat en Arts

Sous la direction de Martin Laliberte et de Kevin Dahan.

Soutenue le 12-01-2018

à Paris Est , dans le cadre de CS - Cultures et Sociétés , en partenariat avec Centre de recherche Littératures, savoirs et arts (Champs-sur-Marne, Seine-et-Marne) (laboratoire) et de Littératures, Savoirs et Arts (laboratoire) .

Le président du jury était Myriam Desainte-Catherine.

Le jury était composé de Martin Laliberté.

Les rapporteurs étaient Alain Bonardi.


  • Résumé

    Cette thèse questionne l'analyse des musiques d'informatique. Ces musiques sont particulières dans la mesure où elles existent avec un medium tout à fait singulier, un medium numérique, que nous désignons tout au long de nos travaux par artefact. Notre réflexion part du constat que les moyens d’appréhension de ces artefacts sont nouveaux pour la théorie de l’analyse musicale. Nous posons alors en liminaire de nos travaux la question suivante : «  comment analyser ces musiques à partir de leur artefact ? ». Notre thèse est une réponse à cette question en utilisant une pièce pionnière des années 1980, Jupiter, de Philippe Manoury, pour flûte et électronique, composée à l’Ircam avec Miller Puckette. Notre réponse se fait en trois temps. Dans un premier nous éclairons les artefacts en relevant cinq points de singularité qui leur sont propres et nous mettons en évidence un système clé dans l’étude des artefacts, le système Homme-Artefact-Son. Dans un deuxième temps nous apportons des réponses théoriques à la question. Nous montrons que les artefacts sont difficiles à saisir dans la mesure où ils se structurent en différents niveaux d’abstraction. Toute saisie doit alors se faire au sein d’un processus hautement dynamique, où des significations computationnelles, sonores et musicales se recouvrent autant que nécessaire. Un cadre conceptuel est ensuite proposé pour guider la description des artefacts. Enfin le dernier temps de notre thèse est dédié à l’analyse de Jupiter. Nous mettons en pratique les éléments de réponses que nous avons avancés. L’artefact de la pièce est entièrement démantelé et ensuite une analyse est effectuée, section par section, en confrontant l’écoute et la connaissance que nous avons acquise de l’artefact.

  • Titre traduit

    Computer music & musical analysis : through an integration of computer artefact. Theoretically propositions and application on Jupiter (1987) by Philippe Manoury


  • Résumé

    This thesis question the musical analysis of computer music works. These works are particular insofar as they exist with a wholly singular medium, a digital medium, which we name artifact. Our reflection starts from the ascertainment that the means needed to understand the artifact are new for the theory of musical analysis. Thereby our work begins with the following question : « how does computer music works can be analyzed with the help of their artifact ? ». Our thesis intends to answer to this question through a pioneer work from the 1980s, Jupiter, composed by Philippe Manoury at Ircam with Miller Puckette. Our answer is built in three parts. At first, we enlighten artifact by defining five points of singularity which characterize them. In the same line we identify a key system in the study of artifact, the Man Artifact Sound system. The second part is dedicated to our answer. One of the main difficulties in studying artifact is that they are structured in different levels of abstraction, and each one has its own structure. Consequently, the understanding of artifact had to be done inside a highly dynamic process, where the computational, sound and musical significations overlap as much as necessary. A conceptual framework is then suggested by which artifacts can be described, taking into account the different levels of abstraction. In the last part we put into practice those last propositions in analyzing Jupiter. His artifact is entirely dismantled and then an analysis is carried out, section by section, in confronting the listening and the knowledge we get from the artifact.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?