Identités de genre et identité nationale à travers l'histoire des corridas de taureaux en Espagne (1874-1923).

par David Castro Devesa

Thèse de doctorat en Études de genre

Sous la direction de Mercédès Yusta Rodrigo.

Soutenue le 19-10-2018

à Paris 8 , dans le cadre de École doctorale Pratiques et théories du sens (Saint-Denis, Seine-Saint-Denis) , en partenariat avec Laboratoire d'études romanes (équipe de recherche) .

Le président du jury était Marta Segarra.

Le jury était composé de Marie Franco, Ana M. Aguado.

Les rapporteurs étaient Karine Bergès, François Malveille.


  • Résumé

    Cette thèse doctorale présente la corrida de taureaux comme un phénomène culturel producteur de représentations nationales et genrées. L’objectif principal est l’analyse des discours reliant le spectacle taurin à la construction de la nation et aux identités de genre en Espagne entre 1874 et 1923, une période de crise nationale et de reconfiguration des rôles masculins et féminins dans la société espagnole. L’approfondissement de ces questions se réalise principalement à travers trois études de cas : le succès d’une équipe de toreras, les Noyas ; la transsexualité d’un/e torero/a, la Reverte ; la célèbre rivalité entre les toreros Joselito et Belmonte. Cette recherche aborde les trajectoires de ces personnages notamment à partir des articles de presse généraliste et taurine, repérant les pratiques discursives des journalistes sur la nation et le genre, les encadrant dans l’évolution de la société espagnole et son système de représentations culturelles de l’identité nationale et des identités de genre. La corrida de taureaux s’articule autour de la régénération nationale configurant une masculinité à l’espagnole, à partir de la figure du torero, et des rapports de genre par la domination, symbolisés dans l’exclusion des femmes en tant que protagonistes de la nommée fête nationale.

  • Titre traduit

    Gender identities and national identity through the history of bullfights in Spain (1874-1923)


  • Résumé

    This thesis addresses the Spanish bullfighting as a cultural phenomenon producer of national and gendered representations. The main objective of this research is to analyze the discourses linking bullfighting show to the construction of the nation and to gender identities in Spain between 1874 and 1923. It covers a time of national crisis in the Spanish history and a period of reconfiguration of the male and the female roles in the society. To do so, this research explores these questions through an in-depth study of three cases relevant to this period: the success of a team of women bullfighters, the Noyas; the transsexuality of a bullfighter, the Reverte; and the famous rivalry between two bullfighters, Joselito and Belmonte. The research approaches the trajectories of each case through content analysis of articles in the general and the bullfighting press. It identifies journalists’ discursive practices on the nation and gender, in close connection with the evolution of the Spanish society and its system of cultural representations of national and gender identities. Bullfighting revolves around national regeneration by reconfiguring a Spanish masculinity, starting from the figure of the bullfighter and gender relations of domination symbolized in the exclusion of women as protagonists of the so-called national party.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Paris 8-Vincennes Saint-Denis (Sciences humaines et sociales-Arts-Lettres-Droit). Service Commun de la Documentation. (Saint-Denis) .
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.