Urban crime in Ecuador : three essays on the role of economic inequalities, population density and emotions

par Andrea carolina Aguirre sanchez

Thèse de doctorat en Sciences economiques

Soutenue le 15-11-2018

à Lyon en cotutelle avec Faculté latinoamericaine de sciences sociales. Programa Ecuador , dans le cadre de École doctorale Sciences économiques et gestion (Lyon) , en partenariat avec Université Jean Monnet (Saint-Étienne) (Etablissement opérateur d'inscription) et de Groupe d'analyse et de théorie économique (Lyon) (laboratoire) .

Le président du jury était Tanguy Van Ypersele.

Le jury était composé de Stéphane Riou, Fernando Martín Mayoral, Nelly Exbrayat, Carl Gaigné, Fabien Candau, Carolina Curvale, Camille Hémet.

Les rapporteurs étaient Carl Gaigné, Fabien Candau.


  • Résumé

    L’Amérique Latine et les Caraïbes sont l’une des régions plus violentes du monde. Le niveau de violence est particulièrement élevé dans les plus grandes villes de cette région (UNODC, 2013). La compréhension des déterminants de la criminalité urbaine est donc un défi majeur pour ces pays. Cette thèse a pour but d’explorer le rôle de trois déterminants de la criminalité en Équateur: les inégalités économiques, la taille des villes et le role des émotions liés aux évènements sportifs tels que les matchs de football.Avant d’entreprendre cette analyse empirique, nous proposons une revue des littératures théorique et empirique sur les déterminants de la criminalité urbaine. Une conclusion importante est que les incitations économiques conduisant à des activités criminelles sont influencées par les schémas de localisation des criminels et des victimes. Partant de ce constat, la thèse propose d’entreprendre trois analyses empiriques à différentes échelles géographiques. Tout d’abord, nous explorons l'effet des inégalités de revenus sur le risque de victimisation en Équateur, en utilisant des données individuelles issues de l’enquête nationale de victimisation. Le principal résultat est que, contrairement aux prédictions, le coefficient de Gini a un effet négatif sur la probabilité d’être victime de vols. Ce résultat pourrait être lié à une ségrégation résidentielle élevée ou à un contrôle social élevé contre la criminalité. De plus, les estimations révèlent une relation croissante et concave entre le niveau de revenu des victimes et la probabilité de victimisation concernant les vols de véhicule, qui augmente avec un revenu mensuel jusqu’à 5,100 dollars, et puis diminue.Ensuite, nous testons l'existence d'une prime de criminalité urbaine (criminalité plus élevée dans les zones urbaines) en Équateur, à l’échelle des paroisses. Le principal résultat indique que la taille des villes a une influence non-monotone sur le taux d’homicide. La probabilité de constater un ou plusieurs homicides est plus élevée dans les paroisses les plus peuplées. Toutefois, le taux d’homicide diminue avec le niveau de population dans les paroisses où se produisent des homicides. Concernant les crimes contre la propriété, les résultats confirment l’influence positive de la population sur le nombre de crime par habitant. Enfin, nous estimons l’impact des matchs de football sur le nombre d'homicides et de crimes contre la propriété dans 16 cantons d’Équateur, à l’échelle intra-urbaine. L’objectif est d’étudier l’influence des matchs de football sur les profils temporels et géographiques des crimes, ainsi que l’impact des émotions (frustration et euphorie) liées aux résultats des matchs sur la criminalité. Les résultats indiquent que le nombre d'homicides augmente 0.18% avant le match, tandis que le nombre de crimes contre la propriété augmente 12% après le match, à proximité du stade. Les matchs de football entraînent également une diffusion spatiale de la criminalité dans des quartiers éloignés des stades. Les jours de matchs, les crimes contre la propriété diminuent 0.88% avant le match et les homicides diminuent 0.05% pendant le match, dans les quartiers éloignés des stades. Après le match, les homicides et les crimes contre la propriété augmentent de manière significative dans les quartiers éloignés des stades. Enfin, l'effet des émotions sur les homicides et les crimes contre la propriété n'est pas significatif au niveau agrégé, alors qu’il est significatif en ce qui concerne les homicides commis dans la capitale de l'Équateur, Quito.

  • Titre traduit

    Criminalité urbaine en Equateur : trois essais sur les rôles des inégalités économiques, la taille des villes et les émotions


  • Résumé

    Latin America and the Caribbean (LAC) is one of the most violent regions in the world. Importantly, higher levels of violence prevail in most urbanized LAC cities (UNODC, 2013). Understanding the determinants of urban crime is therefore a major challenge for those countries. The purpose of this dissertation is to explore the role of three crime determinants in Ecuador: economic inequalities, city size, and the emotions caused by soccer events.Before conducting this empirical analysis, we first review the theoretical and empirical literature on urban crime determinants. An important conclusion is that economic incentives that lead individuals to commit crime are influenced by the location pattern of criminals and victims. Building on these considerations, we perform three empirical analyses at different geographic levels.First, we explore the effect of income inequality on victimization in Ecuador, using data at the individual level thanks to the Ecuadorian Victimization survey. The main result is that, contrary to the predictions, the Gini coefficient has a negative effect on victimization by robbery. This result could be related to a high residential segregation or a high social control against crime. In addition, we provide evidence for an increasing and concave relationship between the income level of victims and the probability of victimization by vehicle theft, which first increases with a monthly household income up to $5,100, and then falls.Second, we test the existence of an urban crime premium (higher crime in urban areas) in Ecuador, at the parish level. Our main result is that population exerts a non-linear influence on the homicide rate. The probability that a homicide happens is higher in larger parishes. However, the homicide rate decreases with population in parishes with positive homicides. By contrast, the results regarding property crimes confirm that the level of population increases the number of pecuniary crimes per inhabitant.Third, we explore the effect of soccer matches on the number of homicides and property crimes in 16 cantons of Ecuador, at the intra-city level. The aim is to test whether soccer matches alter the temporal and spatial patterns of crime, and the role of emotions (frustration and euphoria) resulting from soccer matches on crime. Results reveal that the number of homicides increases by 0.18% before the match whereas the number of property crimes increases by 12% after the match, near the stadium. Soccer matches also cause spatial spillovers of crime in locations distant from stadiums. On game days, the number of property crimes falls by 0.88% before the match and the number of homicides falls by 0.05% during the match, in these distant locations. After the game, the homicides and property crimes significantly increase in locations distant from stadiums. Finally, the effect of emotions on homicides or property crimes is not significant at the aggregate level but it is significant regarding homicides that occur in the capital of Ecuador, Quito.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Jean Monnet. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.