Franc-maçonnerie, réseaux maçonniques et dynamiques bordelaises au XVIIIe siècle

par Lauriane Cros

Thèse de doctorat en Histoire moderne et contemporaine

Sous la direction de François Cadilhon.

Le président du jury était Michel Figeac.

Le jury était composé de Pierre-Yves Beaurepaire, Scarlett Beauvalet-Boutouyrie, Michel Vergé-Franceschi.

Les rapporteurs étaient Pierre-Yves Beaurepaire, Scarlett Beauvalet-Boutouyrie.


  • Résumé

    La franc-maçonnerie qui se développe en France au cours du XVIIIe siècle est définie dans l’Encyclopédie comme étant une « réunion de personnes choisies qui se lient entre elles par une obligation de s’aimer comme frères, de s’aider dans le besoin et de garder un silence inviolable sur tout ce qui caractérise leur ordre ». Bordeaux est alors, après Paris, un centre maçonnique français majeur traversé par des dynamiques particulières qui s’inscrivent dans l’espace de la ville. Ville négociante et parlementaire, premier port français au siècle des Lumières, la capitale de Guyenne se caractérise par une identité plurielle au sein de laquelle s’intègre un espace maçonnique qui bénéficie d’un brassage humain et social, d’une croissance économique exceptionnelle. Ce grand port négociant du XVIIIe siècle, est étroitement lié à un espace national, européen mais également atlantique, au travers le monde des Antilles et en particulier Saint-Domingue, faisant figure de nœud majeur au cœur des communications, où s’expriment des interconnexions auxquelles sont associées les sociabilités maçonniques. Au cours du siècle des Lumières, plusieurs loges maçonniques voient le jour au sein de la cité et ont un rôle prégnant dans la vie bordelaise dès la première création en 1732. Ces ateliers sont de fait un reflet de ce dynamisme bordelais et un aspect de la réalité de ses élites. Dès lors, celles-ci participent à cette sociabilité maçonnique qui concoure à la construction de l’identité de la ville. Une identité qui ne peut être complètement saisie sans la perception de l’interface maçonnique et des réseaux qui y sont associés, réseaux économiques, politiques, culturels ou sociaux. Les dynamiques bordelaises et maçonniques s’intègrent dans des logiques humaines et territoriales qui s‘inscrivent dans la chronologie d’un long XVIIIe siècle jusqu’à la période révolutionnaire, qui montre l’adaptation de la maçonnerie dans un contexte politique sur lequel il paraît indispensable de s’interroger quant à la profondeur des ruptures et des continuités.

  • Titre traduit

    Freemasonery, masonery networks and dynamics of bordeaux eighteenth century


  • Résumé

    The freemasonry movement that developed in France throughout the 18th century is defined by the Encyclopédie as a « gathering of chosen people bound together by an obligation to love each other like brothers, to help each other in need, and to maintain an inviolable silence about anything related to the order ». Then, Bordeaux was - behind Paris - a major French Masonic center experiencing particular dynamics resulting from the city's geographic position. As a trade, diplomatic city as well as the first French port of the Age of Enlightenment, Guyenne's capital city was characterized by a plural identity within which was incorporated a Masonic movement benefitting from a human and social diversity and a remarkable economic growth. This major 18th- century trade port was intertwined with a national, European as well as Atlantic space, throughout the West Indies – especially Saint-Domingo. It thus played a central part in communications, where were expressed interconnections associated with Masonic sociabilities. During the last century of the Ancien Régime, several Masonic lodges were born within the city and they had a important role to play in the local life, following the foundation of the first lodge in 1732. These Masonic lodges both reflected the dynamism of Bordeaux and part of the reality of its elites. Consequently, these elites, took part in the Masonic sociability which helped shape the city's identity. The latter cannot be grasped without taking into account the Masonic interface and the economic, political, cultural and social networks associated with it. The dynamics of Bordeaux and of freemasonry were part of human and territorial logics, incorporated within the timeframe starting with a long 18th century till the revolutionary era. The latter witnesses the adaptation of masonry in a political framework that needs to be questioned as far as breaks and continuities are concerned.



Le texte intégral de cette thèse sera accessible librement à partir du 01-09-2020


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Bordeaux Montaigne. Service Commun de la Documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.