La résonance comme concept psychanalytique. : Les médiations thérapeutiques : une mise en résonance de la jouissance pour un traitement par l'art

par Isabelle Orrado (Santos)

Thèse de doctorat en Psychologie

Sous la direction de Jean-Michel Vives.

Soutenue le 17-12-2018

à Côte d'Azur , dans le cadre de École doctorale Sociétés, humanités, arts et lettres (Nice ; 2016-....) , en partenariat avec Université de Nice (établissement de préparation) , Laboratoire d'Anthropologie et de Psychologie Cognitives et Sociales-EA 7278 (Nice ; 2012-2016) (laboratoire) et de Laboratoire d'Anthropologie et de Psychologie Cliniques, Cognitives et Sociales (laboratoire) .

Le président du jury était Denise Maurano.

Le jury était composé de Denise Maurano, François Sauvagnat, Frédéric Vinot.

Les rapporteurs étaient Denise Maurano, François Sauvagnat.


  • Résumé

    Cette thèse cherche à identifier ce qui fait de l’homme un être de substance dont le corps est sensible. Si le moi vibre et que le sujet bat, le parlêtre résonne via les pulsions. Nous faisons de la résonance un concept opératoire pour rendre compte de la jouissance en jeu chez le parlêtre : mise en résonance du corps et du langage, via l’objet a. Notre choix d’étude s’est porté sur les troubles du langage, non pas comme dysfonctionnement de la parole, mais en tant qu’agitations. Lalomanie, coprolalie, écho de la pensée ou encore écholalie témoignent de l’impact direct du langage sur le corps et de son traitement. Nous approchons ici la matérialité du langage : si le dire est le poids réel du sujet, la réson est le réel du langage. Dans cette logique, la schizophrénie devient folie résonnante, la paranoïa une folie raisonnante, tandis que l’autisme enferme le sujet dans une résonance pétrifiée. Le névrosé, lui, est condamné à vivre la répétition de la mélodie de l’Autre.Une revisite fondamentale des pratiques de médiations thérapeutiques par l’art dans la clinique de l’enfant est proposée. L’objet médiateur est situé à la jonction entre intérêt du patient et désir de l’intervenant de travailler avec cet objet. Le psychologue va alors adopter ce que nous nommons une position réfléchie, modalité de présence particulière où il se fait partenaire de l’enfant. Le clinicien devient alors un créateur de vide-en-forme, qui sert de caisse de résonance à la jouissance. Comme dans l’art, le réel de la réson est invoqué pour lui permettre de trouver un nouveau destin : les ateliers à médiation sont des lieux de possible mise en résonance de la jouissance pour faire laisser être un traitement par l’art.

  • Titre traduit

    Resonance as a psychoanalytic concept : Therapeutic mediations : When through Art becomes treatment by resonating jouissance


  • Résumé

    This thesis seeks to identify what makes Man a person of substance whose body is sensitive. If the ego vibrates and the subject beats, the “parlêtre” resonates via the drives. We use resonance as an operative concept in order to stake how jouissance is acting the parlêtre: resonance of the body and of the language, through the “a object”. Our choice of study focuses on language disorders, not as speech dysfunction, but as agitations. Lalomania, coprolalia, echo of thought or echolalia show the direct impact of language on the body and its treatment. We are reaching hereby the language materiality: if the saying is the real weight of the subject, the “reson” is the real of the language. In this logic, schizophrenia becomes resonant madness, paranoia a reasoning madness, while autism encloses the subject in a petrified resonance. The neurotic is condemned to live again and again the Other melody. We are proposing a fundamental revisit of the practices of therapeutic mediations through art within the child clinic. The mediating object is situated at the junction between the patient’s interest and the psychologist’s desire to work with this object. He will then adopt what we call a “thoughtful position”, a particular mode of presence where he turns himself into a partner of the child. The clinician then becomes a creator of “vacuum-in form”, which serves as a resonance board (sounding board) for jouissance. As in art, the real of the “réson” is invoked to allow it to find a new destiny. By letting be, the mediation workshops are places where art becomes a possible treatment by resonating jouissance.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Nice Sophia Antipolis. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.