L'utilisation des langues africaines dans les écoles : le cas de l’Afrique du Sud

par Nthatisi Bulane

Thèse de doctorat en Linguistique et didactique des langues

Sous la direction de Paulette Roulon-Doko.

Le jury était composé de Paulette Roulon-Doko, Claude Carpentier, Marie Salaün, Michel Lafon.

Les rapporteurs étaient Victor N. Webb, Claude Carpentier.


  • Résumé

    L'objectif de cette étude est d'étudier l'utilisation de langues africaines dans le système éducatif sud-africain post-apartheid. Ce travail de terrain est basé, pour les données principales sur cinq écoles primaires et deux lycées des townships de Pretoria et, pour le contrôle, sur deux écoles primaires, l’une à Johannesbourg, l’autre de modèle-C,à Pretoria. Les data recueillies représentent bien la variété des situations existantes. Ayant fait un survol historique des pratiques linguistiques antérieures, l’auteur explore les pratiques actuelles dans les classes et leur conformité à la recommandation de 1997 qui stipule que la langue d'apprentissage et d'enseignement doit être la langue des apprenants pendant quatre ans avant d’être remplacée par l’anglais. L’analyse démontre que l'utilisation répandue en classe du pretoria-sotho, une variété urbaine prédominante devenue, pour une majorité des habitants de ces townships, une langue maternelle, se fait au détriment des formes normalisées des langues africaines et conclut que cette pratique est due à un manque de compétence en langues africaines, tant au niveau des enseignants qu’à celui des apprenants. Le résultat produit est en contradiction avec la recommandation officielle et influe fortement sur la transmission normalisée des langues africaines conduisant à des taux d'échec élevés et désastreux dans ces écoles. L’étude préconise donc une éducation bi / multilingue basée sur la langue maternelle et souligne le besoin d'adopter un concept pédagogique plus contextualisé, le translanguaging qui introduit des méthodologies d'enseignement des langues étrangères et secondes, afin de réduire l'écart entre les pratiques linguistiques réelles et la recommandation officielle. Cela offre la possibilité, conforme à la politique choisie, de promouvoir,transmettre et améliorer la maîtrise des formes normalisées autant pour les langues africaines que pour l'anglais.Enfin cela fournit un cadre pédagogique pour une transmission efficace et significative des connaissances dans la langue maternelle effective des apprenants, le pretoria-sotho.

  • Titre traduit

    The use of African languages in schools : the case of South Africa


  • Résumé

    The principal goal of this research study is to is to investigate the use of African languages in the post-apartheid South African education system. Based on fieldwork, the study analyses, for main support data, five primary schools and two high schools of the Pretoria city townships, and for control data, two primary schools, one in Johannesburg, the other a Pretoria inner city model-C school. The data collected accurately represent the variety of existing situations. Having reviewed the history of previous language policies and practices, the author explores current practices in classrooms and their conformity with the 1997 recommendation that languages of learning and teaching should be languages of the learners for four years to be replaced by English there after. The study highlights the fact that the prevalent use of Pretoria-Sotho, a predominant urban variety that has become a mother tongue for the great majority of the inhabitants of these townships, is detrimental to standardised forms of the African languages. It concludes that this practice is due to a lack of competence in African languages, by both teachers and learners alike. The outcome is in contradiction with the official recommendation and heavily influences the transmission of standardised forms of the African languages leading to high and disastrous failure rates in these schools. Thus, the study strongly advocates for a bi-multilingual education based on the mother tongue and brings to the surface the need for the adoption of a more contextualized pedagogical concept such as translanguaging which introduces second/foreign language teaching methodologies, to palliate the language gap between the language practices in these schools and the policy recommendation. Following this policy recommendation, translanguaging offers the possibility to promote, transmit and improve proficiency in both the standardised forms of the African languages as well as in English. Finally, translanguaging provides a pedagogical framework to ensure an effective and meaningful knowledge transmission in the true home language of the learners, Pretoria-Sotho.

  • Titre traduit

    Ts'ebeliso ea lipuo bats'o likolong : mohlala oa Afrika-Boroa


  • Résumé

    Sepheo sa sehlooho sa thuto-phuputso ena ke ho batlisisa ts’ebeliso ea lipuo tsa batho bats’o likolong tsa Afrika-Boroa kamor’a apartheid. Thuto ena ea sebaka e thehiloe holima data ea likolo tse hlano tsa mathomo le tse peli tse phahameng tsa makeishene a batho bats’o a toropo ea Pretoria. Data taolo e tsoa likolong tse peli tsa mathomo, se Johannesburg le ex-model C e kahar’a toropo ea Pretoria. Data ena eohle e bonts’a ka mokhoa o hlakileng maemo a fapaneng a ts’ebeliso ea lipuo likolong tsena. Ka mor'a ho hlahloba nalana ea maano a lipuo le ts’ebeliso ea tsona likolong, mongoli o hlahloba mekhoa ea morao-rao ea ts’ebeliso ea lipuo thutong ho latela khothaletso ea 1997 hore lipuo tsa ho ithuta le ho ruta li lokela ho ba lipuo tsa baithuti ka lilemo tse ‘ne tsa pele tsa sekolo Senyesemane se latele hamorao. Tlhatlhobisiso ea data e bontša tšebeliso e phahameng ea Pretoria-Sotho, puo ea makeisheneng e seng e fetohile, ho baahi ba bangata ba makeishene puo ea pele. Pretoria-Sotho e senya thuto le ho ithuta ha lipuo tsa batho bats’o tsa molao likolong tsena. Thuto-phuputso ena e etsa qeto ea hore kato ea ts’ebeliso ea Pretoria-Sotho e bakoa ke ho hloka botsebo bo phethahetseng ba lipuo tsa batho bats’o ke barutuoa le matichere ka mokhoa o ts’oanang. Sephetho sa thuto se bonts’a khahlano pakeng tsa ts’ebeliso le khothaletso ea molao ho susumetsang ka matla ts’ebeliso ena ea Pretoria-Sotho e lebisang boemong bo phahameng ba ho feila likolong tsena. Ka hona, thuto ena e buella thuto ka lipuo tse fapaneng e thehiloeng holima lipuo tsa barutuoa tsa pele, e leng translanguaging. Translanguaging e tlama kenyeletso ea mekhoa ea ho ruta lipuo tsa bobeli le tse ling e le ho fokotsa sekheo lipakeng tsa ts’ebeliso ea lipuo likolong kajeno le likhothaletso tsa molao tsa leano la lipuo thutong. Sena se fana ka monyetla, ho latela leano le ts’ebetsong ha joale, ho ntšetsa pele, ho fetisetsa le ho ntlafatsa tsebo ea lipuo tsohle tse khothaletsoang ke molao ho kenyeletsa le Senyesemane. Qetellong, translanguaging e fana ka moralo oa thuto bakeng sa ho fetisa tsebo e phethahetseng e nang le moelelo ka puo ea sebele ea baithuti e leng Pretoria-Sotho.


Le texte intégral de cette thèse n'est pas accessible en ligne.
Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Autre version

Cette thèse a donné lieu à une publication

L'utilisation des langues africaines dans les écoles : le cas de l'Afrique du Sud


Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Bibliothèque universitaire des langues et civilisations (Paris). Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.

Consulter en bibliothèque

Cette thèse a donné lieu à une publication

Informations

  • Sous le titre : L'utilisation des langues africaines dans les écoles : le cas de l'Afrique du Sud
  • Détails : 1 vol. (253 p.)
La version de soutenance de cette thèse existe aussi sous forme papier.

Où se trouve cette thèse\u00a0?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.