Barthes, l'histoire, les historiens

par Hessam Noghrehchi

Thèse de doctorat en Littérature générale et comparée

Sous la direction de Tiphaine Samoyault.

Soutenue le 05-12-2017

à Sorbonne Paris Cité , dans le cadre de École doctorale Littérature française et comparée (Paris) , en partenariat avec Centre d'études et de recherches comparatistes (Paris) (laboratoire) et de Université de la Sorbonne Nouvelle (Paris) (établissement de préparation) .

Le président du jury était Philippe Roger.

Le jury était composé de Tiphaine Samoyault, Philippe Roger, Patrick Boucheron, Éric Marty.

Les rapporteurs étaient Philippe Roger, Patrick Boucheron.


  • Résumé

    Entre Roland Barthes et les historiens de l’école des Annales un lien de solidarité se crée au fil des années, suscitant d’importants enjeux intellectuels. Barthes essaie de renouveler l’histoire et la théorie littéraire en s’appuyant sur l’idée de l’histoire des mentalités et la théorie de la « longue durée » de Fernand Braudel. Parallèlement il souhaite situer sa sémiologie au croisement des sciences humaines : la sémiologie interroge le rapport des sciences au signe, elle s’enrichit en même temps de leurs apports et se déplace toujours en étant attentive à leurs nouvelles inquiétudes. La sémiologie et l’histoire sont fortement liées dans la pensée de Barthes, car le sens est un produit de l’histoire. En essayant de mettre en évidence la dimension historique de la pensée barthésienne nous souhaitons d’un côté questionner le développement possible de la recherche interdisciplinaire, et de l’autre, démontrer la puissance, encore aujourd’hui originale, d’une théorie historique de lecture, telle qu’on peut la déduire de l’œuvre de Barthes.

  • Titre traduit

    Barthes, history, the historians


  • Résumé

    Roland Barthes and the historians of the Annales School formed a bond of solidarity over the course of many years, raising major intellectual issues. Barthes tried to renew history and literary theory, relying in part on the idea of the history of mentalities and Fernand Braudel’s theory of the “longue durée”. At the same time, he wished to situate his semiology at the crossroads of human sciences: semiology interrogates the relation of the sciences to the sign, while simultaneously enriching their contributions and always working with an attentiveness to their new anxieties. Semiology and history are strongly linked in Barthes’ thought because meaning is a product of history. In attempting to highlight the historical dimension of Barthesian thought we wish to question the possible development of interdisciplinary research, while at the same time demonstrating the power, still strikingly original today, of a historical theory of reading, one that can be deduced from the work of Barthes.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Sorbonne Nouvelle. Direction des Bibliothèques Universitaires. Bibliothèque numérique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.