Attitude à l'égard de la (non)conformité : impact des stéréotypes sur l'évaluation de candidats à l'embauche

par Charlène Soubrier

Thèse de doctorat en Psychologie

Sous la direction de Jacques Py et de Valérie Le Floch.

Le président du jury était Ewa Drozda-Senkowska.

Le jury était composé de Jacques Py, Valérie Le Floch, Alain Somat, André Ndobo, Annalisa Casini.

Les rapporteurs étaient Alain Somat, André Ndobo.


  • Résumé

    Depuis quelques années, les stéréotypes sexués font l’objet de débats controversés dans la société française. Ces débats opposent ceux qui sont attachés à leurs différences à ceux qui désirent les gommer afin de permettre une plus grande égalité professionnelle entre les femmes et les hommes. Plusieurs modèles théoriques (américains) expliquent que les effets des stéréotypes s’expriment aussi bien quand un individu se comporte de façon conforme à ses stéréotypes sexués (comportement stéréotypique) que quand il se comporte de façon non-conforme (comportement contre-stéréotypique). Etant donné que très peu d’études ont été menées pour tester ces modèles sur le sol français, le but de la thèse a été double. Il s’agissait à la fois d’examiner le contenu des stéréotypes de sexe et de statut pouvant amener à de l’inégalité de traitement entre les hommes et les femmes dans le milieu du travail; et à la fois de mesurer l’impact de la conformité et de la non-conformité à ces stéréotypes sur le recrutement d’un candidat et sur l’évaluation d’un travailleur en poste. Pour ce faire, nous avons réalisé 11 études, menées essentiellement auprès d’étudiants issus de diverses disciplines, mais également de salariés en poste (3528 participants au total, dont 2136 femmes, âgés de 25 ans en moyenne). Les résultats montrent l’impact majeur des stéréotypes descriptifs sexués sur l’évaluation des individus mais uniquement lorsque ceux-ci postulent à un poste non conforme à leur sexe. Cet effet délétère disparaît lorsque des informations contre-stéréotypiques sur les candidats sont rendues disponibles. La bonne ou mauvaise évaluation de ce candidat se ferait, dès lors, à partir de l’adéquation entre sa personnalité et le poste visé. Sous l’effet de certaines motivations personnelles, l’évaluateur peut cependant choisir de pénaliser ce candidat contre-stéréotyique, ou de le favoriser davantage. Au final, ce sont surtout les stéréotypes liés aux professions qui impactent le plus le jugement des évaluateurs. Notre discussion portera sur l’importance accordée aux stéréotypes sexués par les politiques françaises alors même qu’un changement de représentations des métiers serait certainement plus à même de diminuer les inégalités de traitement entre les hommes et les femmes.

  • Titre traduit

    Attitude towards (non)conformity : impact of stereotypes on the evaluation of candidates


  • Résumé

    In recent years, gender stereotypes have been the subject of controversial discussions in French society. The debates have polarized into two camps: one driven by the importance they attach to gender differences; the other by the need to erase them and promote gender equality at work. Several (american) models explain the effects of stereotypes on judgment. These effects can either be stereotypical (i.e., when the person behaves in concordance with his stereotypes or counter-stereotypical (i.e., when he behaves differently to his stereotypes). To this day, very few studies have been carried out in France to test these models. Hence, the purpose of this doctoral dissertation was twofold. First, we examined gender and status stereotypes which could lead to sex inequality at work. Second, we tested the impact stereotypic conformity and stereotypic non-conformity had on the recruitment of applicants and on the evaluation of actual workers. We carried out 11 studies among students from different backgrounds and workers. Four studies were focused on characterizing the French gender and hierarchical stereotypes, one study allowed us to determine if French people feel pressure to comply with gender stereotypes and 6 studies were aimed to test the impact of stereotypic and counter stereotypic information on the evaluation of applicants and workers. We recruited 3528 (2136 women) with a mean age of 25 years. Results showed the major impact descriptive gender stereotypes have on the evaluation of people. When applying for a job, behaving stereotypically would benefit the applicants if their gender and status fit with the job. In the other case, it would disadvantage them. However, this impact fades when information about the applicants is available, in particular when the applicants are gender counter stereotypic. The judgment will then be based on the conformity between the applicants’ personality and the job. Depending of the personal motivations of the evaluator, he can decide to either penalize or aid the counter stereotypical candidate. Finally, it is likely that stereotypes associated to jobs are those that have the more impact on the recruitment officer’s judgment. Our discussion will focus on the importance French political authorities devote to gender stereotypes whereas changing representations of occupations would be a more promising solution to reduce gender inequality.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Toulouse Jean Jaurès. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.