La bataille des esprits. L'opinion publique en France et en Belgique pendant la Seconde Guerre mondiale

par Johannes Schmid

Thèse de doctorat en Histoire, histoire de l'art et archéologie

Sous la direction de Olivier Wieviorka.

Le président du jury était Pieter Lagrou.

Le jury était composé de Olivier Wieviorka, Pieter Lagrou, Julian Jackson, Stefan Martens, François Robinet.

Les rapporteurs étaient Julian Jackson, Stefan Martens.


  • Résumé

    L’objectif de cette thèse est de faire ressortir dans le cadre d’une comparaison historique les différences et les points communs dans l’évolution des attitudes et des comportements dans des sociétés française et belge sous l’occupation. Le focus thématique se concentre sur la perception de l’occupant, des alliés, de l’évolution de la guerre, des dirigeants politiques et du destin de la population juive, tout en distinguant entre des tendances d’opinion dans la bourgeoisie, dans les classes moyennes, chez les ouvriers et dans la population rurale. Des documents des services allemands, notamment ceux des administrations militaires, des représentations diplomatiques et des « Instituts allemands » sont la base des sources pour les pays étudiés. Nous utilisons également les analyses d’opinion des services britanniques chargés de la propagande et du renseignement. Pour la France ce sont les rapports des préfets et des forces de l’ordre de quelques départements représentatifs qui forment la base du travail, complété par des documents de la France Libre et des documents personnels comme des journaux intimes. Pour la Belgique ce sont surtout les rapports de la partie de l’administration belge restée sur place pendant l’occupation, des rapports du gouvernement belge en exil à Londres et les fonds des réseaux de renseignent travaillant pour lui.

  • Titre traduit

    Fighting for Hearts and Minds. Public Opinion in France and Belgium during the Second World War


  • Résumé

    The thesis deals with a comparison of the evolution of people’s opinion in France and Belgium during the Second World War. The focus of this study lies on the perceptions of the German occupier, the Allies, and the development on the different theatres of war, by the French and Belgian populations. Furthermore, the reactions of these two peoples towards their own political leaders and the fate of the Jewish population are studied. Special attention is given to opinion variations in different social groups such as the bourgeoisie, the middle class, the working class or the rural population. The study is based on an extensive analysis of documents of the various German authorities in occupied France and Belgium, especially the military administration, the German embassies in Paris and Brussels as well as the “German institutes”. We also make use of documents from British services, especially those in charge of propaganda and intelligence gathering. For France, the detailed reports of French prefects, police and postal control services are used in a representative sample of départments, reflecting regional differences in mentality, population composition and occupation. These documents are complemented by observations from the Free French Forces and personal testimonies such as diaries. In Belgium, reports of the Belgian authorities in the occupied territory were used as well as of those in exile in London and documents from some of the resistance networks.


Le texte intégral de cette thèse n'est pas accessible en ligne.
Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : École normale supérieure. Bibliothèque.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.