De la révolution lucasienne aux modèles DSGE : réflexions sur les développements récents de la modélisation macroéconomique

par Francesco Sergi

Thèse de doctorat en Sciences économiques

Sous la direction de Jean-Sébastien Lenfant et de Annie Louise Cot.

Soutenue le 24-03-2017

à Paris 1 , dans le cadre de École doctorale d'Économie (Paris) , en partenariat avec Centre d'économie de la Sorbonne (Paris) (équipe de recherche) et de Centre d'économie de la Sorbonne (Paris) (laboratoire) .

Le président du jury était Jean-Bernard Chatelain.

Le jury était composé de Jean-Sébastien Lenfant, Annie Louise Cot, Michel Armatte.

Les rapporteurs étaient Michel De Vroey, Muriel Dal Pont Legrand.


  • Résumé

    Ce travail propose une mise en perspective des pratiques de modélisation macroéconomique,depuis les travaux de Robert E. Lucas dans les années 1970 jusqu’aux contributions actuelles de l’approche dite d’équilibre général dynamique stochastique (DSGE). Cette mise en perspective permet de caractériser l’essor des modèles DSGE comme un compromis entre conceptions antagonistes de la modélisation : d’une part, celle de l’approche des cycles réels (RBC) et, d’autre part, celle de la nouvelle économie keynésienne. Pour justifier cette opposition, ce travail propose une reconstruction épistémologique de l’histoire récente de la macroéconomie, à savoir une analyse des différents critères qui définissent la validité et la pertinence d’un modèle. L’hypothèse de travail est qu’on peut identifier, pour chaque pratique de modélisation,trois critères méthodologiques fondamentaux : la validité interne (l’adéquation des hypothèses d’un modèle aux concepts aux formalismes d’une théorie), la validité externe(l’adéquation des hypothèses et/ou des résultats d’un modèle au monde réel, et les procédés quantitatifs pour évaluer cette adéquation) et le critère de hiérarchie (la préférence pour la validité interne sur la validité externe, ou vice versa). Cette grille de lecture, inspirée de la littérature sur les modèles en philosophie des sciences, permet d’apporter quatre contributions originales à l’histoire de la macroéconomie récente. (1) Elle permet de concevoir l’essor des modèles DSGE sans faire appel à l’explication proposée par l’historiographie produite par les macroéconomistes eux-mêmes,à savoir l’existence d’un consensus et d’un progrès technique exogène. Contre cette vision de l’histoire en termes de progrès scientifique, nous mettons en avant les oppositions méthodologiques au sein de la macroéconomie et nous illustrons l’interdépendance entre activité théorique et développement des méthodes statistiques et économétriques. (2) La thèse s’attaque au cloisonnement entre histoire des théories macroéconomiques et histoire des méthodes quantitatives. Grâce à sa perspective méthodologique, ce travail permet d’opérer la jonction entre ces deux littératures et de développer les bases d’une vision globale des transformations récentes de la macroéconomie. (3) La relecture méthodologique de l’histoire de la modélisation permet de mettre en évidence comment la condition de validité externe a représenté le principal point de clivage entre différentes conceptions de la modélisation. La question de la validité externe apparaît par ailleurs intrinsèquement liée à la question de l’explication causale des phénomènes, sur laquelle repose largement la justification de la modélisation comme outil d’expertise des politiques économiques. (4) Ce travail aboutit à une caractérisation originale de l’approche DSGE : loin de constituer une «synthèse» ou un consensus, cette approche s’apparente à un compromis, fragilisé par l’antagonisme méthodologique entre ses parties prenantes.

  • Titre traduit

    History of recent developments in macroeconomic modeling : from Robert Lucas to dynamic stochastic general equilibrium (DSGE) models


  • Résumé

    This dissertation provides a history of macroeconomic modeling practices from RobertE. Lucas’s works in the 1970s up to today’s dynamic stochastic general equilibrium (DSGE) approach. Working from a historical perspective, I suggest that the recent rise of DSGE models should be characterized as a compromise between opposing views of modeling methodology—on the one hand, the real business cycle (RBC) view, on the other hand, the new Keynesian view. In order to justify this claim, my work provides an epistemological reconstruction of the recent history of macroeconomics, building from ananalysis of the criteria defining the validity and the pertinence of a model. My assumption is that recent macroeconomic modeling practices can be described by three distinctive methodological criteria : the internal validity criterion (which establishes the consistency between models’ assumptions and concepts and formalisms of a theory), the external validity criterion (which establishes the consistency between the assumptions and results of a model and the real world, as well as the quantitative methods needed to assess such a consistency) and the hierarchization criterion (which establishes the preference for internal over external validity, or vice versa). This epistemological reconstruction draws primarily from the literature about models in the philosophy of science. My work aims to make four contributions to the history of recent macroeconomics. (1) To understand the rise of DSGE models without referring to the explanation providedby the macroeconomists themselves, who tend to think that macroeconomics evolved through theoretical consensus and exogenous technical progress. By distancing itself fromthis perspective, my work draws attention to the disruptive character of methodological controversies and to the interdependence between theoretical activity and the developmentof statistical and econometric methods. (2) To overcome the existing divide betweenthe history of macroeconomic theories and the history of quantitative methods. Throughits epistemological perspective, my work reconciles these two historiographies and specifiesthe basis for a comprehensive understanding of recent developments in macroeconomics.(3) To put the accent on the external validity condition as the main controversial issue separating different views of macro-modeling methodology. Furthermore, I illustrate how the debate about external validity is closely related to the problem of casual explanation and, finally, to the conditions for providing economic policy evaluation. (4) To characterize the DSGE approach: although DSGE models are often presented as a“synthesis”, or as a “consensus”, they are better described as a shaky compromise between two opposing methodological visions.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Bibliothèque Cujas de droit et de sciences économiques (Paris).
  • Bibliothèque : Bibliothèque électronique de l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.