L'universitarisation de la formation de sage-femme et ses conséquences pour les structures de formation : entre dynamique de professionnalisation et remaniements de l'identité des ensignants en maïeutique

par Isabelle Vaast

Thèse de doctorat en Sciences de l'éducation

Sous la direction de Christophe Niewiadomski.


  • Résumé

    Se saisissant du processus de Bologne pour ambitionner une intégration de sa formation à l’Université, la profession de sage-femme espère aujourd’hui une reconnaissance de la part du grand public et des autorités politiques. Cependant, ce processus d’universitarisation met en lumière un contraste entre une situation initialement désirée et une réalité souvent beaucoup moins idéalisée. L’intégration aux Facultés de Médecine et/ou UFR de Santé, confronte désormais les enseignants sages-femmes à une dynamique de professionnalisation, interpelant leur identité professionnelle, tentant de faire tenir ensemble la revendication d’une appartenance à la famille médicale mais aussi celle d’une spécificité.Ainsi l’intégration universitaire de la formation en maïeutique ne contribue-t-elle pas à renforcer une logique dualiste de l’identité professionnelle des sages-femmes enseignantes, dans la mesure où ces dernières oscillent entre appartenance et distanciation par rapport au groupe professionnel des médecins ?Pour tenter de répondre à cette question, nous avons effectué une enquête au sein des structures de formation en maïeutique : 102 questionnaires, adressés aux équipes pédagogiques ont été ainsi colligés et 22 entretiens ciblés ont été menés auprès de sages-femmes enseignantes, directrices de structures de formation, sages-femmes de « terrain » et médecins.Les analyses montrent que l’intégration à l’Université impose une renégociation des valeurs individuelles et collectives. Paradoxalement, le passage d’une affiliation à un établissement hospitalier vers l’Université, semble renforcer la mise en exergue de la clinique. Quant à la nécessaire certification des formateurs, elle concoure à une « renormalisation » du métier d’enseignant. Cette évolution a en effet des effets directs sur la communauté de travail édifiée en référence à un métier: Perte de reconnaissance d’expérience pour les uns, valorisation d’un savoir spécifique pour les autres, mais aussi télescopage intergénérationnel. Dans ce contexte, ces professionnels doivent trouver un sens à la mutation engagée, alors que le stress généré par cette transformation se traduit soit par une « entrée en résistance »soit par une adhésion au projet. L’identité sage-femme étant encore fortement ancrée, la polyvalence des personnels des structures n’aide sans doute pas à forger une identité enseignante qui croise dorénavant celle de chercheur. Au final, l’enquête réalisée montre que le passage de « sage-femme enseignante » à « enseignant-chercheur en maïeutique » ne pourra donc s’effectuer qu’au prix de réajustements significatifs de l’éthos professionnel.

  • Titre traduit

    The universalisation of midwifery training and its consequences for training structures : between the dynamics of professionalisation and the reorganization of the identity of the ensignants in maieutics


  • Résumé

    Seizing the opportunity of the Bologna Process to strive for the integration of their professional training into University, the midwives now hope for the acknowledgment of their specific knowledge from both the general population and public authorities. However, this “universitarisation process” has highlighted a contrast between the situation that was initially expected and a reality that does not meet expectations. As part of the medical school, midwife teachers are now facing a dynamic of professionalization that questions their vocational identity and tries to deal, on the one hand, with the medical identity claim of midwives and, on the other hand, with the specific nature.Does the “universitarisation process” of the midwifery training participate in the reinforcement of the dual identity of midwife teachers, split between being affiliate to medical practitioners and being differentiated from them?In order to consider this issue, a survey was carried out among several midwife schools in France: 102 questionnaires were collected from teachers and 22 targeted interviews were conducted with midwife teachers, Heads of midwife schools, midwife practitioners and doctors.Analyses show that, to achieve an integration into University, a renegotiation of individual and collective values is necessary. The shift from an affiliation to hospital facility to an affiliation to University seems, paradoxically, to emphasize the significance of medical clinic. However, the required certification of teachers contributes to a recast of the teaching profession. Indeed, this evolution has direct consequences on a professional community that has been built up on a specific profession: loss of recognition of experience for some, better appreciation of a specific knowledge for others, and a difference between generations. In the framework of these conclusions, professionals must try to find a meaning for this ongoing transformation taking into consideration that the stress triggered by this situation leads either to acceptance or to protestation and “resistance”. Contrary to the deeply-rooted identity of the midwife, the great versatility of the workforce is not likely to facilitate the emergence of clear identity for the teaching staff, also strongly linked nowadays to the identity of the researcher. Eventually, the study shows that the shift in the characterization of the midwife teacher, from the prevalence of the medical field to the prevalence of the teacher-researcher, will be only possible with significant adjustments of the professional ethos.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?