La coopération fiscale entre Etats dans la lutte contre la fraude et l'évasion fiscales internationales

par Alexandre Laumonier

Thèse de doctorat en Droit privé

Sous la direction de Florence Deboissy.

Soutenue le 27-11-2017

à Bordeaux , dans le cadre de École doctorale de droit (Pessac, Gironde) , en partenariat avec Institut de Recherche en droit des affaires et du patrimoine (Pessac, Gironde) (équipe de recherche) et de Institut de Recherche en droit des affaires et du patrimoine (Pessac, Gironde) (laboratoire) .

Le président du jury était Guillaume Wicker.

Le jury était composé de Guillaume Wicker, Ariane Périn-Dureau, Gauthier Blanluet, Édouard Marcus.

Les rapporteurs étaient Ariane Périn-Dureau.


  • Résumé

    Si la fraude et l'évasion fiscales sont aussi anciennes que l'impôt lui-même, la mondialisation et la numérisation de l'économie ont placé les Etats face aux limites de leur pouvoir fiscal, pouvoir qui demeure intimement lié à leur compétence territoriale. Plus récemment, c'est la crise financière de 2007-2008 qui a attiré l'attention de l'opinion publique mondiale sur l'importance du phénomène de fraude et d'évasion fiscales internationales et le rôle essentiel qu’y tiennent les paradis fiscaux. Les outils juridiques conventionnels traditionnels à la disposition des Etats ont montré toutes leurs limites, et ce tant en matière de détection des situations à risque que d’échange d’informations ou d’assistance au recouvrement. S’est ainsi faite jour la nécessité, pour certains Etats, de relancer, sur le plan international, des actions de nature coopérative d’un nouveau type pour tenter d'endiguer les pertes budgétaires massives ainsi subies ou consenties. Ces actions, participant tant de la « soft law » que de la règle de droit, menées par l'OCDE comme par l'Union européenne, se concentrent sur deux aspects fondamentaux que sont, d'une part la transparence fiscale et, d'autre part, la lutte contre les pratiques d'érosion de la base imposable et de transfert des bénéfices vers des Etats ou territoires à fiscalité faible ou nulle. L'analyse de ces tentatives de réforme de la fiscalité internationale conduit à s'interroger non seulement sur la méthode utilisée ainsi que sur le contenu des réglementations qui en découlent, mais également sur les perspectives d'avenir de la lutte contre la fraude et l'évasion fiscales internationales. Face aux carences du « nationalisme fiscal », il convient donc de s'interroger sur la pertinence d'une mondialisation de l'impôt lui-même, et ce tant au niveau de la base imposable que des taux d’imposition.

  • Titre traduit

    Interstate cooperation against international tax fraud and tax avoidance


  • Résumé

    Tax fraud and tax avoidance are as old as tax itself. Economy’s globalisation and digitalazation have however confronted States with the limitations of their tax power that remains dependant on their territorial boundaries. More recently, the 2007-2008 financial crisis has drawn the attention of the public opinion on the extent of international tax fraud and avoidance as well as on the key role tax heavens play in this frame. The traditional and conventional legal tools States can use have reached their limits in the field of detection of potential risky tax’s situations, exchange of information as well as collection assistance. Some States are willing to revive, on an worldwide level, the international tax cooperation, so as to curb massive budgetary losses they either undergo or consent to. These measures, which are based on « soft law » or on real right rules, are lead by the OECD and the European Union in order to face two main purposes. The first one deals with tax transparency whereas the second one tackles with base erosion and profit shifting towards States and territories with low or nil tax levels. The analysis of these attempts to amend international tax rules leads up to question about the used methods, the regulation’s content and their perspectives. While facing the lacks of « tax nationalism », it is necessary to wonder about the relevancy of globalising taxes themselves through both their basis and their rates.


Le texte intégral de cette thèse n'est pas accessible en ligne.
Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Autres versions

La coopération fiscale entre États dans la lutte contre la fraude et l'évasion fiscales internationales


Cette thèse a donné lieu à une publication en 2019 par LGDJ, une marque de Lextenso à Issy-les-Moulineaux

La coopération entre États dans la lutte contre la fraude et l'évasion fiscales internationales


Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université de Bordeaux. Direction de la Documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.

Consulter en bibliothèque

à

Informations

  • Sous le titre : La coopération fiscale entre États dans la lutte contre la fraude et l'évasion fiscales internationales
  • Détails : 1 vol. (685 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 629-666. Index

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2019 par LGDJ, une marque de Lextenso à Issy-les-Moulineaux

Informations

  • Sous le titre : La coopération entre États dans la lutte contre la fraude et l'évasion fiscales internationales
  • Dans la collection : Bibliothèque finances publiques et fiscalité , Tome 67 , 0520-044X
  • Détails : 1 vol. (X-531 p.)
  • ISBN : 978-2-275-06445-1
  • Annexes : Bibliographie p. [481]-500. Notes bibliogr. Index
La version de soutenance de cette thèse existe aussi sous forme papier.

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • null La coopération fiscale entre États dans la lutte contre la fraude et l'évasion fiscales internationales : cacher l(es) exemplaire(s)
  • 978-2-275-06445-1 La coopération entre États dans la lutte contre la fraude et l'évasion fiscales internationales : cacher l(es) exemplaire(s)
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.