Les métaphores dans les romances de William Shakespeare : 'Pericles', 'Cymbeline', 'The Winter’s Tale' et 'The Tempest' : des prescriptions rhétoriques à l’écriture dramatique

par Barbara Muller

Thèse de doctorat en Etudes anglophones

Sous la direction de Jean-Jacques Chardin.

Le président du jury était Danièle Berton-Charrière.

Le jury était composé de Danièle Berton-Charrière.

Les rapporteurs étaient Pascale Drouet, Michèle Vignaux.


  • Résumé

    L’usage que fait Shakespeare des métaphores dans les romances (Pericles, Cymbeline, The Winter’s Tale et The Tempest) contrevient aux prescriptions des traités de rhétorique anglais du XVIe siècle quant à l’élaboration de cette « figure du transport ». Les métaphores dans les romances sont marquées par une forte promotion de l’hybridité, que ce soit celle de la figure elle-même ou celle que le trope induit. Les métaphores que les rhétoriciens auraient pu qualifier d’inconvenantes et de cherchées trop loin contribuent à enrichir le genre protéiforme des pièces et la palette des émotions suscitées chez le spectateur. Elles ont aussi pour fonction de produire des effets catoptriques, de construire des identités sociales et sexuelles fluctuantes et complexes et de créer une dialectique subtile entre le visuel de la scène et celui de l’œil intérieur. Dès lors, le déploiement des métaphores au-delà des règles érigées par les rhétoriciens permet au dramaturge de révéler au mieux la diaprure du monde et celle des êtres.

  • Titre traduit

    Metaphors in Shakespeare's romances : Pericles, Cymbeline, The Winter's Tale, The Tempest : from rhetorical prescriptions to playwriting


  • Résumé

    Shakespeare’s use of metaphors in the romances (Pericles, Cymbeline, The Winter’s Tale and The Tempest) breaks the rules of decorum such as they were prescribed by sixteenth-century rhetoricians concerning the elaboration of this “figure of transport”. Metaphors in the romances tend to promote hybridity in a very powerful way. The figure, which relies on the art of grafting meanings, creates generic hybridity. Metaphors which may well have been deemed inappropriate and far-fetched by Renaissance rhetoricians are a means of strengthening the protean genre of these plays and producing an elaborate affective response in the audience. Moreover, they produce catoptric effects, build complex and fluctuating social and sexual identities and construct a dialectic relation that invites the spectator to approach the plays both with their physical and their inner eyes. Therefore, the development of metaphors beyond strict rhetorical rules enables the playwright to change perspectives and embrace a larger view of the world.



Le texte intégral de cette thèse sera accessible librement à partir du 01-01-2022


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université de Strasbourg. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique 063.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.