Etude comparée des parlers du groupe bantu kota-kele (B20) du Gabon : a la recherche de nouveaux critères classificatoires

par Soraya Mokrani

Thèse de doctorat en Sciences du langage

Sous la direction de Lolke J Van der Veen.

Soutenue le 30-09-2016

à Lyon , dans le cadre de École doctorale Lettres, langues, linguistique, arts (Lyon) , en partenariat avec Laboratoire Dynamique Du Langage (équipe de recherche) et de Université Lumière (Lyon) (établissement opérateur d'inscription) .

Le président du jury était Gérard Philippson.

Le jury était composé de Cédric Patin.

Les rapporteurs étaient Annie Rialland, Jacky Maniacky.


  • Résumé

    La présente thèse a deux objectifs principaux. Le premier objectif est de proposer une description de la phonologie et de la morphologie de base pour l’ensemble des parlers B20 connus à ce jour (16 au total). Le deuxième objectif est de mettre au jour de nouveaux critères, non lexicaux, en vue de l’amélioration et de la consolidation de la classification interne de ce groupe resté largement inconnu pendant longtemps.Les parlers B20 sont tous relativement proches les uns des autres, de tous les points de vue. Par conséquent, trouver des critères non lexicaux pour faire avancer les connaissances dialectologiques n’est pas chose aisée. Seule une description fine peut permettre de le faire. Je me suis focalisée sur la phonologie des parlers, sans ignorer pour autant ce que j’avais pu collecter comme données sur la morphologie nominale (classes nominales et PN) et verbale. La première grande partie de la thèse présente l’essentiel des résultats de cette étude fastidieuse. Ces résultats ont à leur tour alimentés l’étude présentée dans la seconde grande partie, consacrée elle à la dialectologie et plus précisément à la recherche de nouveaux critères pouvant être utiles pour la classification interne. L’étude des critères potentiellement utiles pour la dialectologie a révélé que les critères morphologiques retenus tendent à mieux confirmer les propositions de classification interne existantes (et établis sur la base de données lexicales) que les différents critères phonologiques. Si les premiers ont globalement tendance à corroborer les deux, voire trois sous-groupes proposés notamment par Grollemund (2012) et confirmer, indirectement, le caractère flottant du B20 (Bastin & Piron, 1999), les derniers révèlent une disparité bien plus grande au sein du groupe kota-kele. Cette thèse présente d’autres atouts. Elle constitue une contribution importante au travail de documentation des langues bantu menacées de disparition. En plus des nombreuses informations d’ordre linguistique, culturel et historique, la thèse apporte aussi sa pierre à l’édifice quant à l’élaboration d’un atlas linguistique du Gabon et à la classification des langues de ce pays.

  • Titre traduit

    A Comparative Study of the Kota-Kele (B20) Group of Gabon : seeking New Criteria for Improving its Internal Classification


  • Résumé

    This doctoral dissertation has two main objectives. The first objective is to provide a description of the phonology and morphology base for all B20 dialects known to date (16 in total). The second objective is to uncover new criteria, nonlexical, for the improvement and consolidation of the internal classification of this group which has remained largely unknown for long.B20 dialects are all relatively close to each other, from all points of view. Therefore, finding nonlexical criteria to improve our understanding of the dialectological structure of this group is not an easy task. Only thorough linguistic description can change this. I focused on the phonology of the dialects, but did not ignore data about noun morphology (nominal classes and noun prefixes) and very basic verb morphology. The first major part of the thesis presents the results of this fastidious study. These results in turn are the basis for the study presented in the second major part which is comparative in nature and dedicated to dialectology and the search for potentially useful new criteria for the improvement of the internal classification of the group.The careful study of potentially useful criteria for dialectology revealed that the selected morphological criteria tend to better confirm existing internal classification proposals (mainly based on lexical data) than the various phonological criteria. If the former generally tend to corroborate the two or three subgroups proposed earlier (particularly by Grollemund (2012)) and confirm, indirectly, the floating nature of the B20 (Bastin and Piron, 1999), the latter clearly reveal a much larger disparity within the Kota-Kele group.This doctoral dissertation also has other assets. It is an important contribution to the ongoing documentation of Bantu languages, many of them being currently threatened with extinction. In addition to extensive linguistic, cultural and historical information, the thesis also wants to make a significant contribution to the development of a linguistic atlas of Gabon and to the classification of the Gabonese languages.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Lumière (Bron). Service commun de la documentation. Bibliothèque universitaire.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.