L'idéologie méritocratique dans le système éducatif : un élément de reproduction sociale ?

par Virginie Wiederkehr

Thèse de doctorat en Psychologie

Sous la direction de Céline Darnon.

Le président du jury était Delphine Martinot.

Le jury était composé de Céline Darnon, Virginie Bonnot, Fabio Lorenzi-Cioldi.

Les rapporteurs étaient Pascal Pansu, Estelle Michinov.


  • Résumé

    Malgré les politiques en faveur du principe d’égalité des chances, le milieu social dans lequel évoluent les enfants influence fortement leur niveau scolaire (Observatoire des Inégalités, 2011). Ce principe implique une logique méritocratique selon laquelle chaque élève a, a priori, les mêmes chances de réussite scolaire. Or les croyances méritocratiques peuvent avoir des conséquences néfastes chez les membres de groupes défavorisés par le statu quo, notamment sur leur auto-évaluation (Shannon & Major, 2006 ; Jost & Hunyady, 2005 ; Midgley, Feldlaufer, Eccles, 1989 ; Marsh, Köller, Baumert, 2001). Pourtant, les membres de groupes défavorisés ont besoin de croire en la méritocratie pour préserver leur image de soi et/ou de leur groupe d’appartenance (Jost, Banaji, & Nosek, 2004; Kay & Friesen, 2011; Kay et al., 2009; Van Der Toorn, Tyler, & Jost, 2011). L’objectif de ce travail est d’étudier, d’une part, comment la croyance en la méritocratie scolaire peut expliquer, en partie, les inégalités sociales de réussite scolaire auprès d’élèves et d’étudiant(e)s et d’autre part, quels seraient les déterminants de cette croyance auprès d’une population étudiante et plus particulièrement auprès des étudiant(e)s défavorisé(e)s par le statu quo. Les trois premières études ont été réalisées sur des élèves d’école primaire. Une première étude (Étude 1) souligne l’existence d’un processus de médiation du lien entre le statut socioéconomique des élèves et leurs performances scolaires par l’intermédiaire de leur degré de sentiment d’efficacité personnelle (SEP). Les trois études suivantes soulignent comment la croyance en la méritocratie scolaire peut contribuer à creuser les écarts sociaux de réussite et/ou de SEP, principalement dans le domaine des mathématiques, chez des élèves d’école primaire (Études 2 et 3) alors qu’elle inverse l’écart social de sentiment de compétence classiquement observé auprès des étudiant(e)s à l’université (Étude 4). Les résultats d’une cinquième étude (Étude 5) soulignent que dans un contexte sélectif tel que l’université, les étudiant(e)s de filières de sciences non sociales croient plus en la méritocratie scolaire que les étudiant(e)s de sciences sociales mais que cet effet ne s’observe pas pour les étudiant(e)s se percevant de bas statut socioéconomique. Enfin, la dernière étude présentée dans ce travail (Étude 6) souligne que les étudiant(e)s se percevant de bas statut socioéconomique présentent une forte croyance en la méritocratie scolaire dans une condition où la sélection universitaire est rendue saillante (vs. Condition de « Réussite pour tous »), alors que cet effet s’inverse chez les étudiant(e)s se percevant de haut statut socioéconomique. L’ensemble de ces résultats est discuté au regard des définitions de l’idéologie méritocratique et de la polysémie du terme « mérite » et de l’impact de ces spécificités sur la reproduction des inégalités au sein du système éducatif, notamment par l’intermédiaire des processus de sélection.

  • Titre traduit

    Meritocratic ideology in the educational system : an element of social reproduction ?


  • Résumé

    Despite the policies of equal opportunities, children’ social environment strongly influences their level of education (Observatory of Inequalities, 2011). The equality principle implies a meritocratic logic according to which each student has the same chances to succeed in school. However, meritocratic beliefs may have negative consequences for members of disadvantaged groups including self-assessment or self-concepts (Shannon & Major, 2006; Jost & Hunyady, 2005; Midgley, Feldlaufer, Eccles, 1989; Marsh, Köller, Baumert, 2001). However, members of disadvantaged groups need to believe in meritocratic ideology to preserve their self-image and/or their group (Jost et al., 2004; Kay & Friesen, 2011; Kay et al., 2009; Van Der Toorn et al., 2011). This work studied, how the belief in school meritocratic ideology may explain, in part, social inequalities in academic achievement and, secondly, the determinants of this belief, especially among disadvantaged students. The first three studies were carried out on primary school pupils. A first study (see study 1) highlights the existence of a mediation process between students’ socioeconomic status and their academic performances through their self-efficacy. The following three studies highlight how the belief in school meritocratic ideology can increase social achievement and self-efficacy gaps, predominantly in the field of mathematics among primary school pupils (see studies 2 and 3) while it reverses social self-competence gap typically observed among university students (see study 4). Results from a fifth study determined that in a context such as selective university, students of non-social science field believe stronger in school meritocratic ideology than students in the social sciences field. This effect is not observed for the students who perceive themselves as members of low socioeconomic status (see study 5). The last study presented in this work (see study 6) underlines that the students who perceive themselves as members of low socioeconomic status presented stronger belief in school meritocratic ideology in a salient selection process condition (vs. “Success for all” condition). This effect is reversed for the students who perceive themselves as members of high socioeconomic status groups. These results are discussed in relation to the definitions of the meritocratic ideology and the multiple meanings of the word “merit”. We also discussed the impact of these characteristics on the reproduction of inequalities in the education system, where the selection process is salient.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Clermont Auvergne. Bibliothèque numérique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.