Genre et réécriture de l'Histoire : du témoignage à l'autobiographie à plusieurs voix

par Ji Sun Bae

Thèse de doctorat en Études de genre

Sous la direction de Nadia Setti.

Soutenue en 2014

à Paris 8 .


  • Résumé

    Ce travail montre les conditions d'élaboration et de production de langues et écritures qui relisent une mémoire subjective et collective, en récrivant l'Histoire par-delà les violences, les dénis, les refoulements et les censures. Il analyse le rapport entre l’autos, je, soi-même, inséparable du bios, la vie comme expérience qui traverse le corps, et la graphie, l’écriture, à la fois texte, témoignage et récit, en examinant comment la question de la « langue maternelle » intervient dans ce rapport. Cela concerne d’abord l'analyse du texte du témoignage L’histoire qu’on réécrit avec la mémoire (2001) à travers lequel émergent en sujet de l'histoire et de l'écriture les « femmes de réconfort » survivantes de l'esclavage sexuel en Corée du Sud pendant l'occupation japonaise. Cette analyse montre comment des femmes viennent à l’écriture en troublant la femme dans l’écriture de l’Histoire. Grâce au dispositif du Team de Témoignages, les témoignages se modulent en écriture de vie, en biographies. Ensuite, dans le texte autobiographique "Dictée", Theresa Hak Kyung Cha fait apparaître un autre sujet d'énonciation une « voix peuplée » qui vise l'autre histoire de la Corée du Sud à partir de son histoire familiale dans une langue d'exil, une langue de l’autre. L’écriture autobiographique, qui est une écriture de l’histoire individuelle, croise l’écriture de l’Histoire en résistant à la subsumption de la femme ainsi que de la pensée. Dans cette perspective, ce travail interroge la complexité de la « langue maternelle » et de l'autobiographie chez des philosophes tels qu’Arendt, Adorno, Derrida. La « langue maternelle » se révèle tantôt comme langue de la Nation, de la loi, de l’autre tantôt comme langue de l’affection et de l’intime, de la relation généalogique.


  • Résumé

    This work shows the conditions of the elaboration, and production, of languages and writings that revisit a subjective and collective memory by rewriting History beyond violence, denial, repression, and censorship. This work analyses the relationship between the autos, the I, the self – inseparable from the bios, life as an experience the body goes through - and the graphein, the act of writing, the written form, at once text, testimony and narrative, by examining the question of how the “mother tongue” is involved in this relationship. Firstly, it concerns the analysis of the testimony The history we rewrite with memory through which “comfort women”, survivors of sexual slavery in South Korea during the Japanese occupation, emerge as a subject of History and writing. This analysis shows how women have begun to write by agitating the idea of the woman in the writing of History. Thanks to the collaboration of a Team of Testimonies, testimonies become life stories, biographies. Then, in the autobiographical text "Dictée", Theresa Hak Kyung Cha brings to light another subject of the enunciation, an “embodied voice” addressing the other part of South Korean history, through her own family’s story in a language of exile, a language of the other. Autobiographical writing, an account of an individual’s story, meets the writing of History, yet resists the subsumption of the Woman and thought. In this perspective, this work question the complexity of the “mother tongue” and the shortcomings of autobiography in philosophers’ works such as Arendt, Adorno, Derrida. The “mother language” reveals itself sometimes as the language of the Nation, of the law, of the other and sometimes as the language of affection, and intimacy, of the genealogical relationship.

Autres versions

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2016 par l'Harmattan à Paris

Genre et réécriture de l'histoire : témoignages, langues, autobiographie à plusieurs voix


Cette thèse a donné lieu à une publication en 2015 par [CCSD] à Villeurbanne

Genre et réécriture de l'Histoire : du témoignage à l'autobiographie à plusieurs voix

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (331 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 318-331

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Paris 8-Vincennes Saint-Denis (Sciences humaines et sociales-Arts-Lettres-Droit). Service Commun de la Documentation. (Saint-Denis) .
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TH 3611
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.

Consulter en bibliothèque

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2016 par l'Harmattan à Paris

Informations

  • Sous le titre : Genre et réécriture de l'histoire : témoignages, langues, autobiographie à plusieurs voix
  • Dans la collection : Espaces littéraires
  • Détails : 1 vol. (317 p.)
  • ISBN : 978-2-343-07737-6
  • Annexes : Notes bibliogr.
La version de soutenance de cette thèse existe aussi sous forme papier.

Où se trouve cette thèse\u00a0?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.